Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

S a mère avait réussi à l'apprivoiser. Elle lui ouvrait son cœur ainsi que son esprit et en échange, il les lui restituait sous forme d'une composition mélancolique intime, un discours harmonique unique et universel. Ah, le piano. Pour Paul, le rapport avec cet instrument restera toujours ambivalent et conflictuel, particulièrement après la perte de son bras. À la fois échappatoire et torture, l'essence même de l'objet imprégnera et inspirera toute sa vie.

Pour ne mentionner que la surdité de Beethoven ou la cécité de Monet, lorsqu'un artiste a été meurtri dans sa chair ou dans ses sens, la force qu'il en tire est toujours à la base d'un souffle créateur incroyable et d'une existence remarquable.

Yann Damezin livre ici un superbe ouvrage s'inspirant de la biographie du musicien autrichien Paul Wittgenstein. Il est difficile de séparer le fond de la forme, tant l'un influe sur l'autre en procurant dans leur union, force, sensibilité, poésie et intelligence. La totalité de la destinée de l'homme est relaté, dans ses moments les plus essentiels. De son enfance à sa mort, en passant par la guerre, son accident et ses amours, tout est abordé de manière concise et pertinente. Pour cela, le scénariste-dessinateur emplit ses illustrations d'un symbolisme d'une expressivité et d'une justesse impressionnantes. Il utilise une sorte de bestiaire fantastique à la Bosch, un peu aztèque, un peu astrologique ; du reste, indéfinissable mais tellement beau. Les personnages, quant à eux, pourraient sortir d'un tableau de Miro ou, plus proche du genre, du crayon de David B. L'histoire est dramatique, violente et sombre. Pourtant, le courage et l'obstination de l'individu, malgré ses faiblesses, suscite le respect, à défaut d'admiration. L'onirisme des planches presque surréalistes confère à la sobriété et l'acuité de la prose un souffle qui touche et ensorcelle.

Rarement l'alliance du texte et des dessins n'aura été aussi réussie. Première œuvre, Concerto pour main gauche : unique, original, poignant et puissant, juste indispensable.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Concerto pour main gauche

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Pascal Garin Le 03/06/2019 à 20:43:31

    Cette « œuvre totale » aurait mérité à mon avis un coup de cœur, tant elle détonne dans le paysage trop souvent convenu de la bande dessinée : dessins servant remarquablement le propos tant historique que musical. On est littéralement immergé dans la musique grâce à ce pari audacieux. Curieusement, le concerto pour la main gauche de Ravel n’est pas explicitement cité mais on le devine sous-jacent. Jankélévitch disait que la supériorité de la musique est de pouvoir mêler plusieurs lignes mélodiques simultanément, permettant à l’esprit une plus grande liberté qu’une narration linéaire ; je trouve qu’avec cet album, on arrive à s’arracher de cette linéarité et à « divaguer » au gré de la musique et de son interprète. Bref, je recommande vivement ce bijou à tout amateur de musique et d’art graphique !