Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le dernier dragon 1. L'Œuf de Jade

25/03/2019 1001 visiteurs 5.0/10 (3 notes)

E n 1499, quelque part en Arabie, deux hommes parviennent dans la vallée inaccessible où les dragons pondent et meurent et s’emparent d’un œuf qu’ils comptent négocier à prix d’or, comme tout ce qui touche à ces créatures ailées. Peu après, à des milliers de kilomètres de là, la supérieure de la maison chapitrale des dragonnières d’Occident envoie Umas à la recherche du précieux bien volé. En route, celle-ci doit retrouver sa consœur Stali qui n’a plus donné de nouvelles depuis des jours. Et pour cause, elle vient de perdre sa monture, tuée par des chasseurs accompagnés d’une puissante Drac, un ordre aux relents sulfureux.

L’œuf de jade ouvre une série aux accents uchroniques, mêlant une Europe du Quattrocento finissant à des éléments fantastiques, en l’occurrence des dragons et leurs cavalières. Jean-Pierre Pécau est coutumier du genre et apprécie de remanier l’Histoire. Dans ce premier tome, il dresse la toile de fond de son intrigue, présentant les différents protagonistes, l’environnement et les enjeux géopolitiques. De ce fait, la trame narrative oscille d’un personnage principal à l’autre, circonstanciant le propos en attendant probablement de plonger en son cœur par la suite. Néanmoins, la riche galerie d’intervenants et la diversité des lieux se révèlent prometteuses, de même que les frictions qui émergent au détour du récit. Reste un point dommageable qu’une relecture attentive aurait pu éviter : la confusion, à un moment donné, entre les noms d’Umas et de Stali, qui survient alors que le lecteur est encore en pleine familiarisation avec les identités de chacun.

L’histoire est portée par le graphisme réaliste de Léo Pilipovic dont le trait s’avère être expressif et caractérise bien les nombreux acteurs, malgré un rendu des créatures ailées un peu en deçà du reste. Il livre également quelques décors majestueux, intérieurs ou extérieurs. Parallèlement, les cadrages sont variés et le découpage assure une bonne lisibilité. La colorisation lumineuse de Thorn vient agréablement envelopper le tout, en créant de jolies ambiances.

Avec son entrée en matière qui s'attarde à installer les pions de la partie qui s'annonce, ce volume initial du Dernier dragon laisse le lecteur sur sa faim, tout en laissant entrevoir un univers prometteur. Espérons que la série prendra enfin son essor au prochain épisode.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Le dernier dragon
1. L'Œuf de Jade

  • Currently 3.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 19/03/2019 à 10:35:43

    Delcourt/Soleil sont familiers des séries fantasy, tellement qu'on se demande parfois comment ces dizaines de créations trouvent leur lectorat. C'est donc sans beaucoup d'attentes que j'ai entamé cet album doté d'une très belle couverture. Et heureusement, on trouve régulièrement dans ce genre hyper-balisé de très bonnes surprises dont Le dernier dragon fait partie! Dans une Europe de la Renaissance et des cités-Etat italiennes les dragons n'ont pas disparus. Ils sont protégés par on ordre de dragonnières descendant d'Eve et que de plus en plus de puissances politiques souhaiteraient voir disparaître à mesure que le nombre de dragons faiblit et le pouvoir de l'ordre avec. Car le crane de ces bêtes ancestrales renferme une pierre aux propriétés fantastiques que des chasseurs tentent de posséder au péril de leur vie... Outre les dessins très agréables de Léo Filipovic, le scénario de Pécau a l'originalité de transposer cet élément de fantasy dans un contexte historique bien connu, semant les premières pierres d'une intrigue géopolitique où dragons et dragonnières seront les derniers gardiens d'une ère qui s'éteint. Cet album parvient en 64 pages à poser un contexte, des personnages charismatiques et un univers très solides tout en offrant de l'action et le côté épique de toute BD grand public. Un des succès d'aventure de 2019 à prévoir.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/03/19/bd-en-vrac-4

    Johnny Fletcher Le 03/03/2019 à 19:55:37

    Hormis la scene d'ouverture qui, bien menée, m'avait incité à acheter cet album, tout le reste du récit croule sous les péripéties convenues, les dialogues paresseux, les actions vues et revues un millier de fois ailleurs, des intrigues dont j'ai cherché en vain l'intérêt et le mystère, bref j'ai été royalement déçu par le scénario au point que, passé le premier tier, l'unique intérêt de ma lecture consistait à ne pas refermer l'album avant d'en avoir lu la dernière page (au terme de laquelle l'ennui m'avait définitivement vaincu).
    C'est dommage car le dessin, très agréable et soigné, promettait une série de qualité.

    thieuthieu79 Le 17/02/2019 à 12:07:02

    Un peu déçu par cet album. L'histoire est intéressante, assez bien construite et possède beaucoup de références historiques et géographiques authentiques.
    Le dessin est lui aussi assez bon et retranscrit bien l'époque dans laquelle se déroule l'histoire.
    En revanche, il y a plusieurs points négatifs au niveau des dialogues et des textes. A plusieurs reprises, on trouve des "ma couille", "ma gueule"... On se croirait dans le film "Les visiteurs"... L'histoire perd en crédibilité...
    Les 2 passages où il y a le groupe de mercenaires sont remplis de lourds dialogues qui n'apportent rien à l'histoire. Ils sont complètement inutiles. L'auteur aurait pu concir tout ça pour aller à l'essentiel et ainsi ne pas perdre en fluidité de lecture.
    En 4éme de couverture, il est bien indiqué qu'il y a d’un coté la dragonnière Umas et de l'autre la dragonnière déchue Stali. Ces 2 protagonistes sont bien identifiées jusqu'à la page 40 où tout d'un coup Umas devient Stali et Stali devient Umas. Cet échange est toujours présent en page 46, puis en page 47, les 2 prénoms sont à nouveau échangés comme au début de l’histoire....
    Bref on n'y comprend rien, le lecteur est perturbé, ne sait plus qui est qui. Cette simple et toute petite erreur au niveau des prénoms, a eu pour moi de graves conséquences de compréhension et de fluidité de lecture. C'est bien dommage ...
    Malgré tout cela, je ne m'en fais pas trop. Avec Pécau au scénario les séries commencent souvent avec une note de 3 et beaucoup de remarques pour finir avec un 4 ou un 5 et un album totalement abouti.
    Attendons le second en fin d'année pour voir ce qu'il en sera....

    kurdy1207 Le 02/02/2019 à 16:32:11

    Waouh ! J’ai adoré cet album que ce soit le graphisme ou le scénario. Je l’ai avalé d’une traite pour me dire à la fin, quoi ? Déjà fini !

    Que va devenir Duncan ce voleur d’œufs de dragons sans foi ni loi ? Quel est l’avenir de la Dragonnière Umas condamnée à devenir une Drac après la mort de son Dragon ? Quels méfaits préparent Torque et la sorcière Drac Draga ? Comment va réagir le pape après l’intervention de Stali de Markiate et les flammes de son Dragon contre les florentins ? A quel avenir doit prétendre la petite Jeanne ? Quel perversités liées à la Dragonite vont encore surgir ?

    Des tonnes de questions surgissent à la fin de ce premier tome qui m’a vraiment enthousiasmé. Une multitude de personnages pour une histoire passionnante d’une fluidité remarquable.

    Un superbe travail du dessinateur Léo Pilipovic surtout dans les expressions des visages où l’on peut percevoir l’âme (je sais c’est un bien grand mot) des protagonistes. J’ai trouvé la mise en couleur de Thorn de très haute qualité.

    J’attends la suite avec grande envie !