Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Espace vide

04/07/2005 6222 visiteurs 4.5/10 (2 notes)

D ans un futur lointain, Serge est au chômage. Chaque jour, il prend sa navette et fait le tour des administrations toutes plus inefficaces les unes que les autres, l'ANPE en tête. La morosité et la lassitude s'installent en lui, sa vie de couple en pâtit. Comment pourrait-il sortir de cette situation ?

A la lecture de ce premier album du danois francophone Terkel Risberg, deux références viennent rapidement à l'esprit : Lupus de Frederik Peeters et Breakfast Afternoon d'Andi Watson. Le premier pour son approche graphique et son utilisation de la science-fiction pour aborder des thèmes très actuels et humanistes. Le second pour le traitement des effets du chômage sur la vie d'un homme et les conséquences sur son couple. Deux références qui font saliver mais qui mettent aussi la barre haute. Probablement trop haute.

Au premier abord, le graphisme a un charme indéniable qui évoque Frederik Peeters : abondance de noir, rondeur des traits, importance donnée aux personnages reléguant au second plan l'ambiance futuriste. Cependant, il pêche vite par un certain manque de fluidité, mais surtout d'expressivité dans les visages, empêchant toute émotion.

L'histoire, quant à elle, commence comme une critique acerbe et incisive des administrations, sans beaucoup d'imagination. Elle s'achemine ensuite vers une chronique sociale mettant en avant les difficultés que rencontre Serge depuis qu'il est chômeur : d'une part son sentiment de nullité et d'autre part les relations tendues qu'il entretient avec sa conjointe. Mais là encore, on rentre difficilement dans le jeu, et ce pour plusieurs raisons : d'abord le manque d'émotion se fait cruellement sentir, mais surtout la narration est peu adroite et les dialogues peu limpides. Pour finir, on termine la lecture sans avoir trop su saisir le message de l'auteur et sa moralité.

Espace vide a tout pour plaire mais ne parvient finalement qu'à être l'objet de comparaisons qui lui font défaut. N'oublions pas cependant que si certains auteurs lui font de l'ombre, il y en a sûrement parmi eux qui auraient bien aimé débuter leur carrière avec un album du même acabit que celui-ci.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
4.5

Informations sur l'album

Espace vide

  • Currently 1.83/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.8/5 (12 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    edgarmint Le 17/09/2005 à 10:22:12

    C'est d'un ennui... c'est long... il faut du courage pour aller au bout. Le dessin est absolument quelconque. Heureusement qu'il y a quelques râres touches d'humour pour éviter la nullité absolue. Je n'ai rien à rajouter, tout est dit.