Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

T yrone Meehan est sorti, après quatre jours d'interrogatoire mené par ceux qu'il a trahis. Direction la maison de son père à Killybegs, dans le comté de Donegal. Là-bas, il attendra... et aura tout le loisir de rejouer le film de ces vingt-cinq dernières années. Celles qui ont fait de lui un traître à sa cause et aux siens.

Après avoir pris plaisir à adapter Mon traître, de Sorj Chalandon, il était presque naturel que Pierre Alary s'intéresse à son pendant, Retour à Killybegs. Le succès étant au rendez-vous, Rue de Sèvres et le dessinateur de Silas Corey, proposent donc une nouvelle plongée dans les pas du conflit irlandais et sur les traces de son héros déchu, Tyrone Meehan.

Que les fans de la première heure, et les autres, soient rassurés, le défi est relevé encore une fois et avec brio. Si la forme reste similaire, trait semi-réaliste, voix-off et bichromie, le ton est différent. L'auteur colle ainsi parfaitement à l'œuvre originelle. Plus sombre, plus sec, l'album se dévore tout aussi facilement. Le voyeurisme du lecteur, qui cherche à comprendre et à appréhender les choix du héros n'en sont pas les seules raisons. La lisibilité impeccable et la narration au cordeau, entre présent et souvenirs, rend l'immersion totale. Et tant pis si les visages marqués des protagonistes se ressemblent quelque peu, rien ne trouble le déroulé d'un scénario prenant.

Par petites touches, les étapes marquantes de la vie du traître sont présentées, elles enrichissent sa psychologie en apportant des éléments pour mieux saisir l'homme qu'il a été et qu'il est devenu. L'essence de son engagement, les racines de l'amour qu'il porte à sa terre tout autant qu'à Sheila, sa femme, et Jack leur fils. Et ses erreurs évidemment...
Humanisant cette lutte, ses prisonniers, ses victimes, ces séquences apportent une teinte de désespoir qui s'ajoute au désarroi de son entourage avec la révélation de sa faute. Car plus que la surprise et des explications, c'est l'expression et le ressenti du malaise et de la fatalité du sort de Tyrone, qui est contée ici. Avec force, vigueur, tristesse et talent.

Pierre Alary réussit son Retour à Killybegs, qui n'aura comme défaut que de devoir être apprécié avec (après en fait) son album précédent. Il y a pire comme contrainte.

Lire la chronique de Mon traître.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Retour à Killybegs

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    judoc Le 10/03/2019 à 11:00:47

    Terrible, Poignante et fascinante, mais aussi (et finalement) très humaine, cette histoire mise en scène par un dessin soigné et une colorisation bien pensée nous entraine derrière l'Irlandais Tyrone Meehan (ou plutôt Denis Donaldson) et son combat pour l'Irlande de son cœur. Nul doute, quand on referme l'album, qu'il a aimé sa terre et ses habitants. Nul doute également que la réciproque n'est plus vrai aujourd'hui, mais on peut tout de même lui souhaiter une forme de rédemption.

    Superbe album au final dont le dessin sert à merveille cette terre d'Irlande du Nord (et son histoire récente) balayée par les vents du nationalisme.