Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Liaisons Dangereuses - Préliminaires 2. De l'amour et de ses remèdes

04/03/2019 2571 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

C omment Isabelle est-elle devenue la marquise de Merteuil? Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos épiloguent peu sur cette question. Qu’à cela ne tienne, Stéphane Betbeder pallie cette carence. La jolie ingénue est affligée d’un père bon, mais joueur ; il finit par ruiner sa famille, puis perd un duel. Sa veuve, grenouille de bénitier avec peu de caractère, appelle son frère au secours. Ce dernier, qui est tout le contraire de sa sœur, entreprend d’instruire sa nièce aux arts de la manipulation, du mensonge et du contrôle de ses émotions. L’album est d’ailleurs composé d’une quinzaine de chapitres de longueurs très variables, chacun présentant une leçon : Des cadeaux et de leurs symboles, De l’éducation et de ses bénéfices, sans oublier le sulfureux Des hôtes de passage et de leur accueil. L’apprentissage se poursuit alors que l’adolescente épouse un vieillard qui, après l’avoir déflorée un peu brusquement, la pousse dans les bras d’une multitude d’amants.

Dans ce deuxième tome, le scénariste reprend son antépisode du célèbre roman épistolaire. Il faut du culot pour s’attaquer à un tel monument de la littérature, mais l’auteur s’en tire plutôt bien et sa proposition apparaît cohérente avec le texte écrit il y a près de deux cent cinquante ans. Le lecteur découvre comment cette jeune femme gagne en assurance et s’impose comme la parfaite « pré-incarnation » de l’intrigante. Il en fait une icône féministe qui, à l’occasion d’un salon, confronte avec aplomb Voltaire, Diderot, Rousseau et leur compréhension étriquée de la gent féminine. À ses yeux, le Siècle des lumières a sa part d’ombre. La dame a de l’esprit, elle réfléchit, elle est autonome et elle est affranchie des hommes. La chose est tout de même paradoxale puisque ce sont eux (son père, son oncle, son époux et son confesseur) qui l’ont façonnée.

Le dessin de Djief demeure de haut niveau. Le Québécois excelle autant à représenter les jouvencelles à la peau de pêche que les patriarches ridés. Sa reconstitution des lieux et sa représentation des costumes sont par ailleurs impeccables. Alors que l’histoire repose essentiellement sur les dialogues et que les décors affichent une certaine uniformité (une salle de bal ou un jardin du XVIIIe siècle ont forcément des airs de famille), le dessinateur multiplie les angles et varie les plans, créant ainsi un agréable dynamisme. Petit changement pour la mise en couleur, l’artiste a cette fois choisi d’assurer l’ultime étape du projet ; le passage du flambeau entre les coloristes se révèle cependant harmonieux.

Après avoir exploré la jeunesse du vicomte de Valmont dans L’espoir et la vanité, puis celle de sa future complice dans De l’amour et de ses remèdes, la table est mise pour compléter le triptyque qui devrait réunir les deux polissons.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Liaisons Dangereuses - Préliminaires
2. De l'amour et de ses remèdes

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    bd.otaku Le 24/02/2019 à 21:33:42

    Info ou intox ? L’adaptation des Liaisons dangereuses en bd aurait été commandée à Stéphane Bedtbeder par l’agent d’un certain John M(alkovitch). Elle ne s’est jamais faite comme nous l’apprend la dédicace liminaire du tome 1 mais à la place Betbeder et Djief nous offrent un préquel prévu en trois tomes qui retrace la jeunesse des deux protagonistes de l’œuvre de Laclos : le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil.
    Le tome 1 ne m’avait qu’à moitié convaincue. Assez lent, présenté sous forme d’un récit autobiographique extrêmement linéaire avec de longs récitatifs ; doté d’un héros loin d’être charismatique : puisqu’épileptique, benjamin d’une fratrie de sept, il apparaissait faible, souffreteux et écrasé par la prestance paternelle. Si on le voyait évoluer un peu grâce aux enseignements de son initiatrice et mentor, la comtesse de Senanges, il restait bien falot et ses amours avec la charmante Adélaïde plutôt mièvres.
    Pourtant ce tome 1 possédait déjà des qualités : Djief est très à l’aise dans la peinture du XVIII e siècle (il s’était déjà distingué dans le diptyque « St Germain ») et ses décors et personnages féminins sont somptueux. On y trouvait quelques citations picturales également -- du « colin maillard » de Fragonard par exemple -- mais Betbeder plaçait surtout le volume sous l’égide du peintre Charles Lebrun et de son traité de physiognomonie. Il faisait en effet de sa comtesse une adepte de cette théorie qui s’intéresse aux passions et affirme qu’on peut connaître la personnalité en comparant la physionomie humaine à celle des animaux. Il y a avait donc de belles scènes satiriques que n’aurait pas renié le romancier du XVIIIe et Mme de Senanges était bien un personnage complexe et ambigu comme ceux de Laclos (d’ailleurs c’est elle et non Valmont qui avait les honneurs de la couverture). Les scènes de bals masqués ou celles du théâtre d’ombres chinoises -- pleines pages très réussies de la fin de l’album -- reprenaient aussi la thématique chère au romancier du jeu social et du règne des apparences On retrouvait bien également le ton des « Liaisons » dans la joute verbale libertine et vacharde que se livraient cette femme au sommet de sa gloire mais amante blessée éconduite au profit d’une plus jeune et la nouvelle favorite, Mme de Merteuil, qui faisait là une apparition déjà marquante !
    Le tome 2 est beaucoup plus abouti : dès la couverture qui montre « la femme et le pantin » Valmont, on sent une grande maitrise tant dans le dessin que le scénario. Même si on peut toujours regretter un usage un peu fantaisiste de l’imparfait du subjonctif pour faire « époque », ce volume est bien davantage dans l’esprit du roman. En effet il adopte la forme épistolaire de l’œuvre source puisqu’il est constitué de quatre lettres que Mme de Merteuil écrit à son confesseur qui l’a bannie de son confessionnal à cause de ses mœurs dissolues. Ces lettres seront l’occasion pour elle de se raconter et de présenter les hommes qui ont compté pour elle et forgé sa personnalité : son père, son oncle débauché et retors, son mari libertin et conciliant et enfin Sébastien de Valmont dont le portrait n’est qu’ébauché puisque de toute évidence, le troisième tome sera consacré au duel/duo entre les protagonistes. Les personnages masculins ont une certaine épaisseur psychologique et sont bien campés graphiquement. Merteuil est magnifique et pétillante à souhait. On a de nouveau des clins d’œil à des œuvres picturales (« l’oiseau mort » de Greuze au moment de la défloration ; « les hasards heureux de l’escarpolette » de Fragonard en pages de garde, une illustration célèbre des « voyages de Gulliver » de Swift … ) et cinématographiques ( « Ridicule » de Patrice Leconte et « Barry Lindon »). Les références et citations abondent et les pages sont très travaillées et fouillées. On a même le droit à Voltaire, Rousseau et Diderot en guets stars ! Contrairement au tome 1 le rythme est très rapide comme calqué sur l’impétuosité de l’héroïne et souvent le gaufrier est malmené, bousculé au profit de pleine pages, de hors-cases et parfois d’explosions de couleurs et de juxtapositions de styles et de techniques différentes qui confèrent une tonalité expressionniste à l’ensemble ! Les jeux de lumières sont très maîtrisés pour créer les différentes ambiances et les scènes libertines suffisamment suggestives pour éviter le moindre voyeurisme.
    Bref, un tome haletant, surprenant (à chaque relecture son lot de découvertes), touchant aussi par son beau portrait de femme en avance sur son temps. On attend avec impatience la confrontation avec Valmont et la conclusion de ce triptyque .