Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Katanga 3. Dispersion

18/02/2019 7874 visiteurs 7.4/10 (9 notes)

I l arrive un moment où il faut bien conclure, terminer ce qui a été commencé ! Et si les diamants sont éternels, les hommes - eux - ne le sont pas !

Faire un album sur la guerre est chose courante dans le 9e Art et généralement, elle est magnifiée pour la bonne conscience collective, morale oblige. Ici, le parti narratif du scénariste de Il était une fois en France est quelque peu différent, puisqu’il est question d’un conflit guidé par des considérations avant tout mercantiles.

Dans cette province de l'ex Congo belge où le sang coule comme la sueur, Fabien Nury n’exonère personne : Africains et Européens sont sur un pied d’égalité, la cruauté n’a pas de couleur lorsque tant de richesses sont à piller. Sans vouloir faire œuvre de moralisateur, la force de Katanga est d’être crédible, ne serait-ce que par le background historique dans lequel il s’inscrit. Toutefois, bien que de pure fiction, cet album fait comprendre à tout un chacun que les atrocités décrites ici ont été – ou sont encore - commises sous d’autres latitudes et certainement en pire !

Pour donner vie à une histoire d'où les héros sont absents, Sylvain Vallée fait preuve du juste réalisme dans ses décors et d’une fluidité dans sa mise en page qui ne peut pas être le fruit du hasard. Parallèlement, il exagère volontairement le trait lorsqu’il s’agit des personnages ; jouant des stéréotypes avec une efficacité redoutable, la psychologie de chaque protagoniste transpire dans sa physionomie.

Sur ce dernier volume, Fabien Nury a visiblement refusé la facilité en donnant à la cupidité et au cynisme une place de choix. Immanquablement, ce triptyque – sous ses allures de BD de divertissement - interroge sur la résilience à l’horreur et sur les allégories guerrières. Au pays des hyènes, les loups feraient presque figures d'agneaux !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

Katanga
3. Dispersion

  • Currently 4.55/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (62 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Random- Le 18/04/2019 à 15:39:13

    Suite et fin de cette excellente série, tant par le scénario que par le dessin. Les différents protagonistes sont prêts à tout et il faut attendre le tout dernier moment pour savoir qui tirera son épingle du jeu dans cette course sans morale. Une très belle lecture!

    thieuthieu79 Le 23/03/2019 à 13:53:22

    Cet avis porte sur la série complète. Et quelle série !! Une véritable claque !
    Nury nous livre une excellente histoire, suffisamment bien réfléchie et construite pour nous embarquer totalement dans le Katanga. Il passe aisément d'une scène de combat, à un rebondissement ou à un dialogue bien ciselé sans que jamais le rythme et la tension ne baissent d'un cran.
    J’aime beaucoup cette idée d’ouvrir chacun des albums sur le passé d’un des personnages afin de rendre l’ensemble plus personnel et plus authentique.
    Le dessin n'est pas en reste avec des personnages aux gueules incroyables tous bien différents les uns des autres. Là aussi le travail est remarquable. La mise en couleur très sombre avec beaucoup de scènes de nuit donne une atmosphère très lourde, très pesante, où l'on ressent facilement régner l'insécurité, la corruption et la vengeance.
    Une excellente et incontournable série qui restera longtemps gravée dans le milieu de la bande dessinée...

    mome Le 26/02/2019 à 21:09:41

    Étonnant comment certains sont incapables de faire la différence entre leurs opinions et la qualité d'un album. Heureusement, des auteurs ont envie de proposer aux lecteurs autre chose que des récits de héros sans peur ni reproches propres à séduire les adolescents (les plus jeunes).

    Alors oui, l'histoire est noire, mais elle est totalement humaine et réaliste. Elle plonge dans les horreurs que l'être humain peut produire et pourquoi cela ne devrait-il être raconté ? Surtout quand cela est fait fait par deux auteurs au diapason, le scénariste sachant bâtir des personnages intéressants et gérer une tension de tous les instants, le dessinateur proposant fluidité de lecture et construction des atmosphères prégnantes.

    De l'Aventure réaliste et parfaitement, avec son lot de laideur, ce qui restera toujours plus intéressant que les récits aseptisés que certains veulent nous imposer.

    Shaddam4 Le 20/02/2019 à 09:58:19

    Ce troisième et dernier tome de la série Katanga poursuit dans la continuité de ses prédécesseurs. Je rappelle les points forts de cette plutôt bonne série, que j'avais évoqué sur les précédents billets: un dessin un peu cartoon mais très propre et à l'encrage qui donne envie de le lire en édition spéciale, la colorisation absolument parfaite (comme d'habitude) de Bastide, le réalisme historique du contexte et un montage parfaitement huilé. On n'est pas surpris, Nury fait partie des vieux briscards du scénario franco-belge qui imprime sa patte sombre en incarnant l'anti grand-public. L'historien renforce dans ce troisième tome le côté historique avec le sort fait à Patrice Lumumba, qui fait monter d'un cran, en une scène d'une rare violence, la tension et la noirceur de cette série que seule la conclusion dépasse en nihilisme. J'avais émis des réserves sur une vision des africains qui pouvait flirter avec le racisme tout en notant le traitement non préférable fait aux blancs. Et c'est au final ce qui m'a dérangé, cette absence totale d'espoir, de lumière, le seul être surnageant un peu, Alicia, étant une prostituée calculatrice... Quel est le message de cette série hormis dénoncer le système de la françafrique et de la colonisation? Il est certain que j'ai pris du plaisir à la lecture de cette trilogie très travaillée et parfaitement fabriquée, mais quand Il était une fois en France intéressait par son ambiguïté et ses zones grises, Katanga ne propose que du noir. Trop pour moi. C'est dommage car il y a un vrai talent et en introduisant un héros et un peu plus de sens historique cela aurait pu être une très grande série.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/02/09/bd-en-vrac-3

    voltaire Le 17/02/2019 à 19:04:26

    Une fin tout à fait immorale avec un twist qui revient aux premières planches de l'aventure, beau boulot !
    Cette ode aux crapules est bien sûr assez peu ragoutante mais elle sonne très vrai.
    On attend maintenant que Nury et Vallée nous offrent une nouvelle oeuvre du même tonneau, fut-il aussi désespérant.

    yannzeman Le 16/02/2019 à 00:35:31

    Finalement, le scenario a viré à l'eau de rose !
    Mais pour rester cohérent, ça finit quand même mal, et les méchants l'emportent. Et Cantor est vraiment très con.

    3 albums pour nous expliquer que la pourriture gouverne le monde... Etait-ce nécessaire ?
    Personnellement, je ne le pense pas.

    Nury a le talent pour raconter une histoire, mais son histoire ne parle que de médiocres élevés au rang de personnages principaux.

    C'est dommage, car sylvain Vallée a vraiment énormément de talent, qu'il pourrait consacrer à des oeuvres plus ambitieuses, de celles qui élèvent et non qui font regarder vers le caniveau.

    historybd Le 03/02/2019 à 11:35:16

    Que dire de plus que les autres commentaires ? De mon point de vue, Fabien Nury est le meilleur scénariste français depuis Charlier, qui était pour moi le meilleur et transcendait tout ce qu'il touchait, ce n'est donc pas peu dire. Le scénario est fluide, profond, les personnages complexes et le tout d'un redoutable réalisme. Quelle classe ! On peut se ruer sur tout ce qu'il fait, il a un talent énorme, c'est un vrai régal à chaque fois. Certains pourraient se demander quelle est la "morale" de l'histoire ? Précisément, il n'y en a pas, l'histoire se déroule froide et implacable et c'est tout, oubliez l'eau de rose et les happy end convenus, la moindre faiblesse tue les protagonistes les uns après les autres et ne reste debout à la fin que celui qui avait les meilleures cartes pour l'emporter. Pas de doute, c'est du lourd.
    Et Sylvain Vallée est tout aussi brillant au dessin, on passe de longs moments à observer certaines cases et les "tronches" de tout ce panier de crabes, c'est un pur bonheur. L'enchainement des cases est d'une maitrise folle, c'est vraiment du très, très haut niveau. On ne peut pas mettre 6 étoiles ?

    Yovo Le 02/02/2019 à 18:03:02

    Voilà une série absolument géniale mais définitivement clivante. Il est évident que moult lecteurs trouveront ça abominable ou/et sans intérêt. Cette histoire ne peut que heurter la (bonne) conscience et secouer un peu nos confortables certitudes. Car le marasme dans lequel nous vivons aujourd’hui est né de ce cynisme absolu, décrit ici, qui a toujours présidé à la politique occidentale depuis les années 50. Quand le reste du monde n’était pour nos dirigeants et nos grandes entreprises qu’un moyen facile et rapide de s’enrichir outrageusement aux dépends des populations, simples variables d’ajustement.

    Au-delà de ça, c’est surtout une excellente BD. Mais la meilleure idée est vraiment de l’avoir condensée en 3 tomes. Du coup, c’est ultra rythmé, cinglant, radical… Bref, ça claque !

    kurdy1207 Le 30/01/2019 à 13:59:08

    S’il y a une chose à retenir de cette mini-série Katanga, c’est son immoralité. L’être humain ne pèse pas lourd surtout s’il est noir. Des salopards font disparaitre, découpent, brûlent tout en discutant sans se rendre compte des gestes ignobles qu’ils effectuent.

    L’histoire de ce troisième tome est à vomir mais c’est tellement bien fait, bien mis en scène, bien dessiné, bien raconté… En film, elle serait franchement insupportable alors qu’avec son graphisme semi réaliste semi caricaturale cette BD est excellente.

    Un grand moment… fort peu recommandable ! A prendre au second degré avec cet humour noir qui défrise et déchire.

    kergan666 Le 26/01/2019 à 14:38:25

    comme les 3 autres cet album est fabuleux aussi bien par les dessins que par le scénario.
    je ne me lasse pas des tronches des différents personnages présentées sous tous les angles.
    j'adore l'humour noir (sans jeux de mots) et là c'est un régal.
    aucuns des personnages n'est sympatrique et c'est un délicat euphémisme.
    seul Charlie, Alicia et dans un sens Armand Cantor présentent un peu d'humanité mais dans le genre paumée.
    le politiquement correct est complétement absent et c'est pour moi un délice.
    j'avoue ressentir un certain plaisir à penser à ces lecteurs "biens pensants" complétement étanches à la dérision qui seront outrés à la lecture de cette série qui pour moi restera comme l'une des meilleures de ses 20 dernières années voir plus.
    je vais les relire pas mal de fois dans les années qui viennent avec le même plaisir que j'ai à voir et à revoir les tontons flingueurs par exemple ou encore un bon Tarantino.
    une série à positionner à la meilleure place dans une bibliothèque.