Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Amer béton

18/02/2019 4291 visiteurs 9.0/10 (6 notes)

C es petits «chats» sont loin de ronronner et ne se laissent pas facilement caresser… Noiro et Blanko règnent sur Takara, une ville qu'ils aiment mais qui est en train de les trahir. Les deux gamins se soutiennent, tiennent en joue et se jouent des gangs et de la police. Mais le Rat, un yakuza, est revenu dans le quartier. Il n'y aura pas de place pour tous : la guerre est déclarée !

Après une première intégrale sortie en 2007, qu'en est-il de cette réédition, douze ans après ? À l'origine en trois volumes chez Tonkam, l'œuvre n'a pas pris une ride et conserve une portée universelle indéniable. Taiyou Matsumoto fait partie de ces auteurs à part, intelligents, sensibles et ayant un regard sur la vie qui transparaît au travers de leurs œuvres d'une manière beaucoup plus subtile qu'il n’apparaît, sonnant terriblement juste.

Cet artiste, qui ne fait pas comme les autres, possède un style très éloigné du manga habituel : son dessin surprend et séduit grâce à son caractère particulier qui n'a pas de prise au temps. Les perspectives étranges tanguent, donnant une impression irréaliste, accentuée en cela par l'omniprésence du symbolisme et de la métaphore. Pas de dégradé, mais trois tons, blanc, noir et gris pour intensifier le contraste et conforter la dureté du récit. Le découpage génial allie classique et innovation avec des constructions éclatées, à l'image d'un miroir brisé. Coté scénario, l'histoire parait simple et sombre : un duo d'enfants inséparables et opposés en tout, qui luttent pour survivre en un monde violent et sans pitié. Une sorte de combat entre David et Goliath dans une arène urbaine, presque vivante et autour de laquelle gravite tout un échantillon de l'humanité. L'écriture est puissante, certains dialogues résonnent et restent dans l'esprit du lecteur.

Inclassable, intemporel et universel, Amer béton se révèle un ouvrage indispensable pour les amateurs de profondeur et d'originalité. À (re)découvrir d'urgence.

Lire la chronique précédente

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
9.0

Informations sur l'album

Amer béton

  • Currently 4.43/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (44 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zemartinus Le 20/04/2008 à 10:54:13

    Amer Beton aurait très bien put s'appeler Takara tant le rôle tenu par cette
    ville est primordial. Elle est la cible de tous les enjeux, le sujet de toutes les
    conversations. Et parlons-en de cette ville! enseignes lumineuses et publicités
    tapageuses à tous les coins de rue, comme pour parodier les villes japonaises.
    Parodie, car cette ville n'a rien de réaliste : façades courbées, immeubles
    bombés, ruelles ondulées, le tout dessiné avec un déni évident et volontaire
    des proportions. Une ville souple, déformée, presque organique. Une ville
    bourrée de détails insignifiants mais graphiquement riches, parsemée de
    sculptures étranges qui jonchent les places et les trottoirs. Assurément,
    Matsumoto a pris un grand plaisir à dessiner ce manga, tant pour les décors
    urbains improbables que pour les expressions exacerbées des personnages,
    tant pour les scènes d'actions transfigurées par les déformations de la ville
    que pour les tenues et coiffures assez fantastiques de certains protagonistes.
    Peu avenant au tout premier abord, le trait un peu enfantin et cartoonesque
    de Matsumoto révèle toute sa richesse au fur et à mesure que l'on avance
    dans le récit, un trait génial aux influences profondément underground.

    Takara, donc. En défenseurs de cette ville se lèvent deux petits voyous que
    l'on surnomme "les Chats" : Blanko et Noiro, deux frères de même pas 10
    ans. Deux faces d'une seule personne : le coeur et la tête, le rêveur et le
    cynique. L'incarnation de la dualité des choses en quelques sortes, tant
    présente dans la culture japonaise et représentée en général par le yin et le
    yang. Noiro est réaliste, froid, tandis que Blanko - son opposé en toute chose
    mais aussi sa doublure, les deux frères étant véritablement inséparables - se
    présente à nous comme un enfant candide, joyeux, légèrement autiste, un
    peu attardé, un peu poète aussi, qui n'a de cesse de chantonner des textes de
    son cru comme "le cerveau sort par le nez mais c'est pas de la soupe!" et de
    répéter "y'a pas d'prob! y'a pas d'prob!" à tous propos.

    La violence est omniprésente et les "Chats" en use et en abuse en toutes
    occasions. Une violence brute et fracassante, inévitable dans cette ville
    grouillante de gangs et de yakuzas. Autour des deux bambins se démènent
    toute une faune de personnages étonnants qui viennent colorer cette comédie
    dramatique. Il y a Sawada, le flic tout juste débarqué et décomplexé de sa
    frigidité sexuelle, ne rêvant que de pouvoir un jour tirer un coup de pistolet.
    Suzuki, que la pègre a surnommé le Rat, un yakuza calme, débonnaire,
    toujours le sourire en coin et la moquerie à la bouche. Son opposé Kimura,
    violent, agressif, impulsif, sans scrupules. Ou encore le "grand-père" de
    Blanko et Noiro, un sage désabusé et réaliste, le flic Fujimura, les deux frères
    "du jour et de la nuit", le Serpent, Chokola...
    Autant de personnalités qui donnent à la ville de Takara son identité propre.
    Autant de personnalités qui "font" le récit. Le récit, entre autres, d'une
    séparation forcée et de ses effets. Un récit menée avec une très grande
    habileté par le virtuose de la mise en scène qu'est Matsumoto, un récit
    soutenu par un excellent enchaînement des séquences et un découpage en
    tranches horizontales d'un grand effet graphique.

    Amer Beton, c'est un ovni dans le monde de la bande dessinée japonaise, un
    chef-d'oeuvre dont on parle encore plus de dix ans après sa sortie. Et c'est
    bien normal.