Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

P ersonne n’est à l'abris de la maladie. Riche, pauvre, jeune, vieux, elle peut frapper n’importe qui, n’importe quand. Les seules choses qui restent en notre pouvoir sont nos réactions et notre attitude face à ce coup du sort. Sans le savoir, Charlotte, Daniel et Catherine partagent le même mal et, surtout, les mêmes peurs.

Triple chronique entrecroisée, Les jours qui restent n’est pas à proprement parlé un ouvrage sur la thrombocytose (anomalie de l'hémogramme caractérisée par une augmentation du nombre de plaquettes circulantes). Si, Eric Dérian prend bien la peine de clairement détailler cette affliction et son traitement (effets secondaires compris), il place la dimension psychologique au centre des débats. Avec trois exemples contrastés – Charlotte, jeune étudiante qui vient de recevoir son diagnostique, Daniel qui vit avec depuis plus de vingt-cinq ans et, entre les deux, Catherine qui l’a totalement intégré en l’oubliant presque -, il présente les réactions, les moments de colère, voire de désespoirs ainsi que la force de la résilience de l’être humain. Si le côté intérieur est prépondérant, l’extérieur n'est pas oublié pour autant. Sans être atteints, famille et amis doivent également apprendre à composer avec « ça ». Le portrait s’avère complet et instructif sans être rébarbatif ou trop clinique. Par contre, l’atmosphère très typée « feel good movie » détonne un peu sur la longueur. S’il évite de tomber dans le mélo pur et dur, le scénariste n’hésite pas à jouer lourdement avec les bons sentiments pour boucler son histoire.

Illustratrice au trait frais et entraînant, Magalie Foutrier insuffle énormément de vie à ces existences marquée par la maladie. Elle met en scène une galerie de personnages finement croqués dans une ville – Paris ? Elle n’est jamais nommée – grouillante d’énergie. À la frontière du réalisme et du cartoon sophistiqué, le découpage et la mise en scène se montrent particulièrement efficaces. De plus, malgré un propos logiquement préoccupant, le rythme reste continuellement soutenu et démontre bien que le monde ne vous attend pas. Après avoir appris une si mauvaise nouvelle, il faut s’accrocher encore et encore pour ne pas complètement perdre pied.

Roman choral plein d’espoir, Les jours qui restent réussit à faire le tour de son douloureux sujet sous la forme d’un récit contemporain optimiste malgré tout.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les jours qui restent

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 17/02/2019 à 19:06:18

    Un très beau récit plein de vie sur le sujet très douloureux de la maladie et de la mort. Cet album au rythme soutenu et aux couleurs flashis nous montre que malgré tout, la vie continue et qu'il faut garder espoir et sa joie de vivre.
    Les auteurs ont su faire cohabiter très habilement 3 personnages différents tout au long de l'histoire, l’environnement de l’un interagissant avec celui d’un autre, donnant ainsi une belle fluidité à l’album.
    Celui-ci est découpé en 4 chapitres dont chacun se termine par une double-page qui résume en un dessin l'état d'esprit des différents protagonistes, ainsi que leur situation sociale, familiale ou professionnelle. Et on voit que ces derniers, en suivant un but, sortent au fur et à mesure la tête de l'eau pour accepter la maladie et retrouver la joie de vivre.
    J'ai trouvé l'ensemble très beau, très touchant, très sincère... Un récit vivant, teinté d'émotions avec une pointe d'humour qui ne peut que nous séduire.