Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Slowburn

14/02/2019 1612 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

M ilieu des années 1970, Marcel Gotlib, à la barre de Fluide glacial, sollicite la collaboration d’André Franquin. Ce dernier ayant la santé fragile, il lui propose de ne produire qu’une vingtaine de dessins. Avec vingt cases, il en fera soixante, lesquelles occuperont trois pages de magazine. L’histoire se veut assez simple : deux chats copulent, l’un connaît l’extase, l’autre reste sur sa faim.

Soyons francs, s’il n’était pas l’œuvre de deux ténors du neuvième art, ce récit serait sans doute tombé dans l’oubli. Mais comme les signatures sont prestigieuses, le bédéphile y prête attention. L'éditeur a heureusement très bien fait les choses. D’abord les soixante vignettes présentées dans le périodique à raison d’une par page, puis une partie des originaux (mais pourquoi pas tous ?).

L'amateur apprécie l’expressivité des félins et l’art du mouvement que le créateur de Gaston maîtrise à la perfection. Il découvre ensuite comment le rédacteur en chef, dans une démarche quasi oubapienne, a dupliqué, tronqué, recadré et pivoté les illustrations pour que le lecteur ne se rende pas trop compte de la supercherie, tout en assurant la cohérence du projet. L’opuscule est complété par un texte de Gérard Viry-Babel, lequel rappelle les différentes coopérations du tandem et explique la genèse de Slowburn.

Cet album est-il indispensable ? Non.
Fait-il plaisir ? Hé oui. On n’y peut rien, l’équation Franquin + Gotlib s'avère forcément irrésistible, même s’il s’agit d’une production mineure.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Slowburn

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.