Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Speak

11/02/2019 2795 visiteurs 7.7/10 (3 notes)

E mily Carroll illustre Speak, un le roman de Laurie Halse Anderson qui raconte l'histoire d'une adolescente violée et bafouée puis son combat pour survivre, et se reconstruire. Elle dessine ici l'indicible douleur.

Melinda Sordino a 15 ans et est rejetée par tous ses camarades de classe. Recevoir une boulette de papier sur la tête dans le bus, arriver seule dans l'auditorium du lycée, tel est son quotidien. C’est une jeune fille traumatisée, murée dans le silence.

Cette BD est une sorte de journal intime où Melinda se raconte et narre sa vie d'étudiante.

Beaucoup de sensibilité et de pudeur dans ce livre en noir et blanc où le lecteur est amené à comprendre à demi-mots ce qui est arrivé à Melinda. Il y trouvera une façon de surmonter l’insurmontable. Pour ceux qui ont connu une expérience similaire ou qui ont dans leur entourage quelqu’un l’ayant vécue, la subtilité du trait, et l’intelligence du scénario leur permettra de faire un bout de chemin dans la quête de la reconstruction.

Le roman, dont l'album est une adaptation,a été très bien accueilli par la critique, sa manière de suggérer, de dire sans vraiment parler salués. Aujourd'hui, la transposition d’Emily Carroll montre que le dessin peut relater des faits tragiques sans choquer, sans incommoder. Il faut donc lui souhaiter pareil succès.

C’est une belle performance de l’illustratrice et une lecture très satisfaisante qui, en ce début d'année, saura trouver toute sa place dans une bibliothèque.

Par C. Guérif
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

Speak

  • Currently 4.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 30/08/2020 à 12:19:20

    Une oeuvre dans la droite ligne de "13 reason why" (pour ceux qui connaissent à la fois le roman et la série sur Netflix). Mélinda n'a jamais réussi à parler de son viol tant l'épreuve a été difficile à vivre.

    Elle est devenue une sorte de paria au sein de son lycée pour avoir appeler la police lors de cette fête où elle avait trop bu et où l'on a abusé d'elle. Cependant, elle n'est pas aller jusqu'au bout de sa démarche de dénonciation. Du coup, elle va perdre progressivement ses amies et ses parents sont trop éloignés de ses préoccupations. Ses résultats scolaires vont chuter sauf dans une seule matière à savoir les arts plastiques qui laissent s'exprimer ses émotions cachées. Elle sera même victime d'harcèlement scolaire.

    C'est une oeuvre qui s'étale sur presque 400 pages. C'est long car on va avoir droit à beaucoup de souffrances qui s'expriment autrement que par des mots. Les victimes ont souvent du mal à se faire entendre après une agression. C'est également très difficile de voir son bourreau tous les jours dans le lycée et qu'il fait comme si de rien n'était en étant sûr de sa supériorité. La beauté masculine n'excuse pas tout bien au contraire.

    C'est comme un journal intime qu'on lit entre les mains. C'est touchant sur un sujet tabou. Le ton reste toujours juste sans tomber dans le pathologique. Une oeuvre qui mériterait d'être un peu plus connue car utile pour une prise de conscience. Non, c'est non !

    Au Fil des Plumes Le 10/07/2019 à 15:46:50

    Melinda a subi un viol durant l'été pendant une fête. Paniquée, elle appelle la police mais devient soudainement mutique. Ce roman graphique nous décrit son année de lycée suite à cet événement tragique.

    Le scénario est poignant et dissémine des indices tout le long sur le pourquoi de cet harcèlement au lycée. L'histoire est pleine d'émotions et tout en sensibilité. J'ai été complètement retournée et à fleur de peau durant toute ma lecture. La situation que vit Melinda est révoltante. Cela pousse terriblement à se remettre en question.

    Melinda est un personnage très attachant. Elle essaie de s'exprimer mais elle n'y arrive pas. Il y a pleins de petits signes mais les gens qui l'entourent semblent ne rien voir. Comment ne pas s'interroger face à cette situation? Le sujet est lourd et malheureusement trop fréquent.

    L'esthétique en noir et blanc reste très pudique mais néanmoins elle marque les esprits. Les traits sont ronds et les dessins sont subtils. J'ai apprécié la façon dont Emily Carroll a traité l'ensemble du sujet. Ce n'est pas vulgaire, ce n'est pas du mélodrame, c'est tout simplement un témoignage poignant en toute pudeur.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com