Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

G iverny est un musée à ciel ouvert qui cultive le souvenir de Claude Monet. Surgissant d’un passé que d’aucuns voudraient oublier, la mort s’invite à nouveau dans ce petit coin de Normandie, où le temps - suspendu dans quelques méandres – devient une prison pour trois femmes. La première songe aux jours perdus, la seconde désire donner un sens à son présent et la troisième tente de se dessiner un avenir…

Transcrire un roman, surtout à succès, demeure un exercice périlleux et prompt à susciter les comparaisons, faussant ainsi toute analyse objective.

Avec Les Nymphéas noirs Fred Duval propose une histoire intrigante autant que prenante et subtilement découpée. Huis clos champêtre au milieu d’une campagne artialisée par la présence omnipotente du chef de file de l’Impressionnisme, il s’agit avant tout d’un récit policier qui n’est pas sans rappeler par certains côtés Shutter Island. En miroir, la partition graphique de Didier Cassegrain sait éviter les fantasmes néo-impressionnistes. Dans des tonalités qui rappellent, sans les copier, la signature des coreligionnaires du maître de Giverny, le dessinateur de la turbulente jeunesse de Carmen Mc Callum dégage une réelle esthétique. Sobre et efficace, le trait semi-réaliste appuie habilement les premiers plans pour les faire ressortir d’un fond souvent de pure forme, concentrant ainsi l'attention sur l'important et laissant l'imagination se charger d'impressions...

Graphiquement maîtrisée et parfaitement écrite, cette variation immersive des Nymphéas noirs de Michel Bussi se suffit à elle-même et ne devrait pas laisser indifférents ceux qui s’y aventureront au risque d’être quelque peu troublés, lors du retour à la réalité !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.6

Informations sur l'album

Nymphéas noirs

  • Currently 4.89/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.9/5 (18 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    namlik Le 18/02/2019 à 14:07:50

    j'avais lu le roman, passionnant, je ne pensais pas qu'on puisse le mettre en image et pourtant c'est une parfaite réussite, on voit le premier indice (quand on connait l'histoire) à la page 125 sur les 139 de l'album, les dessins et surtout les couleurs sont également réussis.
    bien sur, je n'ai pas eu la surprise d'une première lecture, mais c'est une grande bd issu du roman de Michel Bussi et magistralement adapté.

    BRUNO11 Le 08/02/2019 à 12:50:47

    Une histoire qui m'a profondément touché. Les trois tableaux qui s'entremêlent auraient pu très rapidement s'emmêler, mais force est de constater que ces derniers se déroulent avec une parfaite compréhension pour le lecteur.
    Les dessins quant à eux mettent parfaitement en image Giverny, l'impressionnisme, l'impression de tout comprendre. Les personnages sont stylisés de sorte qu'ils transpirent un sentiment type, un sentiment recherché.
    Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu une histoire aussi intelligemment pensée en amont, avec un final qui nous laisse sur le c...