Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

G ardienne de musée, Rose mène une vie toute simple. Bon, il est vrai que depuis l’enfance elle a la capacité de se dédoubler, mais mis à part cette singularité, il n’y a rien à signaler. Lorsque son père meurt assassiné, tout bascule. Elle hérite d’un petit immeuble hanté, apprend que le défunt a tué un homme et que sa mère et sa sœur jumelle (dont elle ignorait l’existence) ont été victimes d’un psychopathe. À tout cela s’ajoute un complot de l’industrie pharmaceutique et une malédiction vieille de cinq siècles. Dans ce dernier volet de la trilogie, la jeune femme poursuit son enquête ; les zones d’ombres s’estompent et l’héroïne parvient à se réconcilier avec ses démons.

Dans cet ultime opus, Émilie Alibert et Denis Lapière relèvent le défi de remettre de l’ordre dans une aventure qui, il faut bien l’avouer, est un brin éparpillée. Mission accomplie ? Oui et non. En multipliant les pistes et les intrigues, l’histoire a perdu de son charme. Le lecteur ne sait plus s’il s’agit d’un récit fantastique, d’une énigme policière, d’un drame social avec en toile de fond les magouilles des industriels ou encore une allégorie du passage à l’âge adulte. Cela dit, la lecture demeure malgré tout agréable. Probablement parce que la protagoniste s’avère particulièrement sympathique avec toute sa candeur et sa fragilité.

Le dessin de Valérie Vernay est plaisant. Son trait, rond, gras et naïf, rappelle par moment celui de Philippe Dupuy et Charles Berbérian, avec une touche de Will. Il y a peu a dire sur le découpage, sinon qu’il est propre, carré et qu’il assure une excellente lisibilité. Enfin, le choix d’une colorisation adoptant des couleurs feutrées confère beaucoup de douceur à l’ensemble. Le résultat est joli, peut-être trop. Il est du reste à déplorer que les fantômes et les meurtriers ne se montrent pas plus convaincants ; l’amateur n’arrive d’ailleurs pas à croire que le personnage principal soit vraiment en danger.

Une conclusion en demi-teintes pour un feuilleton qui avait pourtant démarré de belle façon.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Rose (Vernay/Alibert/Lapière)
3. Tome 3

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 08/02/2019 à 16:55:37

    Ce dernier tome met au clair toutes les zones d'ombres disséminées tout au long de l'histoire. Le dénouement, qui est d'ailleurs sans surprise, arrive bien vite et laisse une part importante sur Rose ses capacités de dédoublement et ses fantômes.
    Ainsi, les nombreux sujets ouverts tout au long de l'histoire se clôturent ici.
    Il en ressort une série assez mitigée car elle s’éparpille un peu trop tout en restant totalement maitrisée.
    Je persiste et signe le fait qu’un seul et gros one-shot aurait été beaucoup mieux pour apprécier l'œuvre dans son intégralité...