Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

« Arriver à mettre sur du papier le plus possible de la vie qui est là, devant mes yeux.»

Edmond Baudoin est fasciné par le corps (surtout celui des dames) et sa représentation. La relation entre le peintre et son modèle est d’ailleurs une thématique récurrente dans ses travaux (Le Portrait, L’arléri). Tout au long de sa vaste œuvre, il a également cherché à dépeindre le mouvement des individus, souvent lorsqu’ils font l’amour, à quelques occasions lorsqu’ils interprètent une chorégraphie (La mort du peintre). Dans Le corps collectif, le bédéiste poursuit cette exploration en assistant aux répétitions et aux prestations d’une troupe de danseurs.

Son ouvrage a l’allure d’un carnet de croquis émaillés de commentaires. Il n’y a pas de véritable récit ou de fil conducteur ; les dialogues se révèlent rares, mais les émotions sont toujours vives. Il ne s’agit pas vraiment d’un documentaire, même si le projet, qui s’étend sur sept années, s’y apparente. Au-delà des femmes et des hommes qui apprivoisent et domptent leurs muscles et leurs articulations, le propos est essentiellement celui de la quête d’un artiste. Un créateur, armé d’un pinceau et d’un pot d’encre, pour incarner l’ivresse émanant du ballet.

Alors que Pablo Picasso prétendait révéler son modèle en le présentant simultanément de tous les points de vue, le lecteur a l’impression que le bédéiste tente de capter toutes les déclinaisons du geste dans une seule composition. Le résultat se montre parfois troublant, par moment un peu brouillon, néanmoins séduisant. Car il faut le dire, l’auteur des Sentiers cimentés est un très grand dessinateur. Sa démarche demeure singulière ; l’aficionado subodore que, dans une forme d’empressement, il escamote les étapes du découpage et du crayonné pour passer directement au produit final, saisissant ainsi un instant fugace avant qu’il ne s’évanouisse complètement.

Edmond Baudoin dessine plus vite que son ombre. Ses livres ne sont pas tous achevés, mais il se dégage quelque chose de chacun. Une énergie brute qui pourrait se rapprocher de celle de Manu Larcenet (Blast et Le rapport de Brodeck) ou de Gippi.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le corps collectif

  • Currently 3.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    janharmony Le 07/02/2019 à 13:57:08

    Attention, ce livre peut changer votre vie. Ne soyez pas surpris si vous commencez à danser avec votre partenaire pendant une minute chaque jour après avoir lu ce livre. Ceci sera certainement bénéfique pour votre relation dans toutes ses facettes.
    Et concernant Monsieur Baudoin, n'est-il pas temps de l'appeler, comme le veut la tradition japonaise, un " trésor national vivant " :-) (Le grand prix d'Angoulème sera un bon début).
    Edmond Baudoin est l'illustration parfaite du fait que l'art ne réside pas dans l'œuvre achevée, mais plutôt 'au sein d'œuvres en cours d'élaboration.