Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Cyberfatale Si ça sort, on est morts.

17/12/2018 1824 visiteurs 5.5/10 (2 notes)

Q uand le président de la République apparaît en slip kangourou à motif léopard sur internet, l’équipe de nuit de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes prend deux minutes de trop pour réagir. Cent-vingt secondes, c’est assez pour qu'une capture d’écran soit partagée des milliers de fois et que le chef d’État devienne la risée du monde. C’est évidemment le branle-bas de combat : officines gouvernementales, militaires et spécialistes des relations publiques s’en mêlent. Mais comme le disait Jacques Chirac, les emmerdes volent en escadrille. Les ennuis se poursuivent donc alors qu’un virus informatique force un avion Rafale à se poser en Turquie. Qui a fait le coup ? Les Russes ? Daesh ? C’est de nouveau la panique.

Les crises d’hystérie constituent de fait le fil conducteur de ce récit efficace et enlevant. L’intrigue se montre solide et la chute imprévisible. Il ne faut tout de même pas chercher la subtilité dans les personnages aux comportements archétypaux (officiers, journaliste, politicien, etc.) présentés dans ce premier opus de Cyberfatale. Cela dit, bien que l’ensemble ait l’allure d’une farce, le lecteur se doute que le scénario n’est pas bien loin de la réalité de la dynamique de la joute diplomatique, notamment de la relation d’amour * haine entre l’Hexagone et les États-Unis. La rumeur affirme d’ailleurs que derrière le nom du scénariste, Cépanou, se cachent différentes personnes dont une, La Source, œuvre au sein de la cyberdéfense française.

Le trait de Clément Oubrerie est reconnaissable entre tous. Dans Si ça sort, on est morts, il adopte néanmoins un style un chouïa plus caricatural et nerveux que de coutume. Les réactions des protagonistes sont excessives : yeux gigantesques de colère ou d’étonnement, visages entourés de gouttes de sueur pour marquer la peur ou la nervosité, etc. Le contour irrégulier des cases contribue également à renforcer l’instabilité des situations. Bref, l’artiste utilise tous les artifices classiques de la bande dessinée humoristique. L’illustrateur semble par ailleurs prendre un véritable plaisir à dessiner toute une panoplie de véhicules militaires. Le pinailleur lui reprochera tout de même, par exemple, l’intégration d’une voiture qui ressemble à une photo collée au milieu d’un dessin.

Un agréable vaudeville qui a des ressemblances évidentes avec Quai d’Orsay de Christophe Blain.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
5.5

Informations sur l'album

Cyberfatale
Si ça sort, on est morts.

  • Currently 2.57/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yayayoute Le 19/04/2019 à 15:35:14

    Que dire de cette "oeuvre" ? :
    - dessin : faible
    - scénario : faible
    - couleurs : faible
    - lettrage : faible
    et ils ont trouvé un éditeur ? Bravo.

    jmarcv Le 26/01/2019 à 17:55:56

    Le scénario est bien ficelé, les personnages identifiables et assez typés pour être à la limite du ridicule.
    Cette BD d''un sujet d'actualité qui pourrait être grave est en fait humoristique.
    J'ai passé un très bon moment à sa lecture.
    Au fait le scénariste c'est certainement Snowden... mais chut

    Yovo Le 21/12/2018 à 23:20:27

    Grand admirateur de l’excellent Clément Oubrerie, je ne suis pas le plus objectif pour en parler, mais j’ai trouvé ce "Cyberfatale" tout à fait réjouissant et fort recommandable !
    Le parallèle avec "Quai d'Orsay" de C. Blain est évident et c’est tant mieux ! Les deux partagent le même esprit pétillant, la même énergie et le même focus sur les coulisses secrètes de l'état, vues par le prisme de la caricature.

    Et si le ton et le trait sont volontiers burlesques, les éléments concernant la cybersécurité française abondent et sont 100% plausibles ; ils sentent même fortement le vécu, voire le secret-défense… D’autant que les personnages qui animent ce petit monde sont tous parfaitement campés – y compris les filles, en 1ere ligne. C’est malin et très bien réalisé.
    Tout cela donne un scenario en béton sur un sujet très actuel et une BD franchement drôle, passionnante, truffée de cases superbes et d’un jargon technique et politique à la limite de la poésie !
    Juste dommage que la couverture soit faiblarde et ne rende pas hommage au contenu…
    Le genre d’album dans lequel je me replongerai avec plaisir ! A lire absolument.