Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Amour minuscule

29/11/2018 1735 visiteurs 8.0/10 (1 note)

D ’origine italo-argentine, Iris vient de prendre possession de la demeure ancestrale, à Verezzi, avec son compagnon Ismaïl. Tout leur sourit. Elle, illustratrice, travaille à son compte, lui enseignera bientôt la calligraphie et les beaux-arts à l’université. Cependant, il doit d’abord retourner à Damas régler quelques affaires avant de s’installer définitivement dans la péninsule. Seulement, en Syrie, la guerre est déjà toute proche et le jeune homme en fait rapidement les frais. Alors qu’il s’engage sur la route semée d’embûches des migrants, sa dulcinée apprend qu’elle est enceinte. Inquiète pour l’absent, elle puise son réconfort auprès de ses proches et dans les lignes qu’elle écrit à l’être qui grandit en son sein.

Raconter à la fois l’amour, ses fruits, la famille, la transmission générationnelle, les migrations (é- ou immigration), l’amitié, la vocation, l’entraide en un seul album, le défi est de taille. Teresa Radice et Stefano Turconi (Le port des marins perdus, Orlando) le relèvent avec chaleur et talent dans une bande dessinée riche et dense. Le format d’Amour minuscule – quelques trois cents pages dessinées ou écrites – pourrait effrayer ou les thématiques abordées laisser craindre, sur la longueur, une descente dans le pathos. Il n’en est rien.

Finement ciselée, l’histoire s’étale et prend son essor, d’abord lentement et en surface, pour progressivement s’étoffer, se développer, parvenir au cœur des choses et des personnes. Elle se déploie au fil des lunes (les chapitres) et de la gestation qui en forment le cadre. La grossesse d’Iris se trouve ainsi vécue au plus près et au plus intime. Cet aspect est encore renforcé par les lettres adressées à l’enfant à naître, auxquelles viennent ensuite faire écho les pensées du père durant son long calvaire pour rallier sa nouvelle patrie. Évidemment, ce choix rend la narration verbeuse, mais le verbe, ici, prend tout son sens et confère un surcroît d’humanité et d’authenticité au propos.

Le récit doit beaucoup également à ses protagonistes, touchants, attachants, vrais, amusants même par moments. Si Ismaël et sa compagne sont au centre de l’intrigue puisque le lecteur suit à la fois leur vécu au présent et leur rencontre quelques années auparavant, les autres acteurs font également mouche. À leur histoire répond celle de Maïté, la mère d’Iris, dont l’amitié fidèle avec Tiz se réverbère dans celle de sa fille avec Ale. De même, le déracinement de son gendre rappelle le sien dans les années soixante-dix (d'Argentine vers l'Italie) et celui de sa génitrice (de Gênes vers l'Amérique du Sud). Enfin, l’approche de la question des migrants, de la guerre en Syrie et des déchirures que cela implique se révèle aussi directe que pleine d’humanité. Il suffit aux auteurs de quelques situations pour offrir un aperçu vif et poignant. Au regard de cette richesse, les quelques facilités qui pourraient être reprochées sont vite oubliées.

Le crayon et les couleurs de Stefano Turconi viennent habiller et donner corps au scénario imaginé par Teresa Radice. Son graphisme expressif réussit à rendre palpable les émotions des personnages, à créer des ambiances justes et fortes, tout en offrant de très beaux paysages. Il parvient également à rendre visuellement les déplacements entre les époques que ce soit par une colorisation différente ou un recours à un trait plus hachuré. Il n’hésite pas non plus à s’affranchir des phylactères ou à passer d’un découpage en cases à des bandes pour mieux transmettre le message véhiculé.

Porté par et porteur d'espoir, Amour minuscule est un album-fleuve qui s'avère d'une grande profondeur et d'un humanisme indéniable. Un joyau à savourer en prenant son temps pour en extraire toute la saveur.

> Lire la preview.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Amour minuscule

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Theolude Le 03/12/2018 à 20:16:09

    Un récit intime, fort, servi par un graphisme et une mise en couleur délicats, inventifs et pertinents.

    Le récit est dense, et laisse découvrir peu à peu une profondeur et des personnages attachants. Nuance, délicatesse, chaleur et attachement, le récit est verbeux, mais il faut se laisser porter par les mots ; surtout quand le récit se fait poème.

    Tout n'est pas égal, difficulté de la traduction ou limites de l'auteur, il y a parfois un peu de lourdeur... mais qu'importe on se laisse prendre par la vague.

    L'ensemble baigne dans un positivisme chaleureux, peut-être pas très réaliste, même si les références et l'ancrage dans notre actualité donnent du crédit aux propos, le scénario sonne un peu hollywoodien, et la fin ne saurait être qu'heureuse. Ce qui fait aussi du bien en ces temps de crises diverses !! Je suis resté un moment en apesanteur une fois la lecture terminée, une légèreté agréable et bienheureuse qui aide à avoir aussi un autre regard sur la vie.

    Seul vrai regret, le format ... comme pour le port des marins perdus, quelle idée de servir de si beaux dessins dans un format si réduit !! La mise en couleur est également très réussie.

    Bourbix Le 09/10/2018 à 17:30:44

    Un album extrêmement riche et dense. Difficile de le lire d'une traite sans risquer l’asphyxie ! Une pause à chaque lune (chapitre) parait salutaire pour laisser place à l'assimilation.
    Une œuvre forte et très personnelle dont la narration et le graphisme sont d'une grande justesse. Le tout est beau.