Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Edmond (Chemineau) Edmond

08/11/2018 4467 visiteurs 7.7/10 (3 notes)

E n 1897, tandis que Feydeau et Courteline triomphent, Edmond Rostand s'entête à écrire des pièces en alexandrins qui se révèlent être des « fours ». Comment cet auteur, en plein doute, va réussir à créer Cyrano de Bergerac, une œuvre qui traversera les siècles pour devenir l'un des symboles de la littérature française ?

Les turpitudes de la création ont cela d'étrange que la pièce d'Alexis Michalik, a d'abord été pensée pour les salles obscures. Faute de financement, c'est au théâtre que la comédie du jeune metteur en scène rencontrera le succès populaire et critique (cinq Molière en 2017). Mais avant d'être finalement portée sur le grand écran, Léonard Chemineau lui offre un détour par le neuvième art.

Le défi était grand, tant Edmond (la pièce) repose sur le nombre d'acteurs, leurs jeux, leurs verves et la mise en scène, pourtant, le dessinateur de Julio Popper : Le dernier roi de Terre de Feu parvient à proposer un récit tout à fait dans l'esprit, à la fois hommage au dramaturge et comédie d'époque ébouriffante. Pour sa seconde adaptation (il avait déjà officié sur Les amis de Pancho Villa) l'auteur fait preuve d'une grande maîtrise narrative. Son intrigue s'installe d'abord lentement, le temps que la pression inhérente au défi que représente cette entreprise se découvre. Puis, rapidement, les événements s'enchaînent et l'histoire prend son envol, tourbillonne pour littéralement exploser le soir de la première représentation. Cette frénésie grandissante est parfaitement mise en valeur par un trait, savant dosage de réalisme et de caricature, qui illumine chaque planche. Autour du personnage principal, se croisent et virevoltent des seconds rôles enthousiasmants qui s'escriment à monter ce Cyrano. De Rosemonde, la femme aimante qui doute du génie et de la fidélité de son mari, à Léonidas l'ami coureur qui tombe amoureux, en passant par Constant Coquelin, l'acteur fort en gueule qui rêve d'un retour à la Comédie Française ou Honoré, le cafetier noir philosophe, tous jouent leur partition à merveille. L'alchimie est au rendez-vous et l'humour omniprésent, dans les expressions, les bulles ou les situations, et tant pis si certains gags (la récurrence des interventions des financiers corses) auraient mérité plus de légèreté.

En couleurs directes, cette fresque émerveille, les décors sont soignés, les costumes détaillés et le faste des lieux parfaitement restitué. L'artiste n'économise pas son talent et déploie une mise en page vivante (la tirade de Cyrano-Constant vaut le détour), appuyé par des protagonistes haut en couleurs et des dialogues succulents. À l'image de son héros qui se débat entre ses problèmes d'inspiration, les contraintes de création, les caprices des uns, les doléances des autres et les impondérables, l'auteur joue les funambules avec sa trame, ni tout à fait vaudeville ni vérité historique. Les pages défilent avec gourmandise jusqu'au dénouement de cette farandole pétillante.

Edmond est un pari réussi. Léonard Chemineau, accompagné d'Alexis Michalik, livre une histoire enlevée, réjouissante et romancée sur la genèse d'un des fleurons du théâtre français. De quoi donner l'envie d'en apprendre plus sur Edmond Rostand ou d'aller voir sa version sur les planches en attendant le film.

Lire la preview

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

Edmond (Chemineau)
Edmond

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yovo Le 10/11/2018 à 11:52:00

    Grand admirateur de "Cyrano de Bergerac" que j’ai dû lire une cinquantaine de fois, je ne connaissais pourtant pas la pièce de Michalik de laquelle est adapté cet "Edmond".
    Là où j’attendais une séquence biographique sur la genèse et la création de ces 5 actes légendaires qui ont fait d’Edmond Rostand une star, cet album m'a embarqué dans une espèce de vaudeville frénétique et burlesque où toutes les situations décrites dans la pièce arrivent par hasard l'une après l'autre au jeune auteur - jusqu’alors en panne d’inspiration - qui n’a plus qu’à les retranscrire, en vers, de sa plume alerte ! J’ai très vite compris que je ne saurais donc rien de la "vraie" histoire de l’écriture de cette pièce, au profit de cette version plutôt comique et décalée.
    Et bien je n’ai pas perdu au change ! Cette BD, bien que fantaisiste, est franchement agréable. Le dessin a ses faiblesses mais aussi son brio, le ton est enlevé et résolument positif (ici pas de suspense, on sait que ça finira en triomphe !), les personnages sont truculents et l’hommage au théâtre est sincère et touchant. Une excellente BD que l’on prend plaisir à lire et, j’en suis sûr, à relire ! Manque néanmoins une documentation historique que l’éditeur aurait pu rajouter en annexe…