Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Vinifera 1. Les amphores de Pompéï

05/11/2018 1553 visiteurs 4.0/10 (1 note)

N ouvelle collection thématique à grand développement avec une trentaine d’albums programmés, Vinifera projette de raconter le vin et la vigne sous tous leurs aspects. Histoire, techniques et anecdotes sont au programme. Les deux premiers volumes inauguraux – Les amphores de Pompéi et Les Moines de Bourgogne - donnent le ton : fiction et documentaire mélangés, plus un mini-dossier en fin d’ouvrage.

Spécialiste du genre avec sa série à succès Châteaux Bordeaux et ses dérivés (À table !, Clos Bourgogne, Cognac, etc.), Éric Corbeyran est aux manettes des scénarios. Distraire, séduire et détailler, la tâche est délicate. Les deux titres disponibles montrent bien toute la difficulté de l’exercice. Les amphores de Pompéi présente succinctement les manières des vignerons romains alors que le Vésuve est sur le point d’exploser. Les moines de Bourgogne joue la carte de la légende et expose plus ou moins maladroitement les origines du découpage des terroirs de la Côte d’or. Explications forcées, intrigues faméliques, l’ensemble est plus bancal que convainquant. Le sujet est passionnant et se suffit à lui-même, les pseudo-trames dramatiques accolées (un vol d’amphore, un orphelin mettant son désarroi et sa colère au service de l’agriculture monacale) n’apportent strictement rien et, même, encombrent des pages déjà bien chargées en informations.

Aux pinceaux, Alexis Robin et Brice Goepfert remplissent professionnellement leur cahier des charges et guère plus. Sans démontrer de prouesse graphiques particulières, les deux dessinateurs offrent des résultats acceptables à défaut d’exprimer beaucoup de personnalité. Cette impression est renforcée par une mise en couleurs formatée du Minte Studio. Tant le « péplum » de Robin que la fresque médiévale façon Servais de Goepfer se lisent avec facilité sans vraiment captiver malheureusement.

Visiblement encore en rodage, ce lancement de Vinifera manque de corps et de tenue. Espérons que les millésimes à venir (Bordeaux et le Champagne sont annoncés pour novembre) seront être plus concluants.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Vinifera
1. Les amphores de Pompéï

  • Currently 1.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.3/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pysa Le 16/09/2018 à 09:15:35

    Valerius revient à Pompei après des années au service de l'Empereur comme légionnaire. Il hérite du domaine de son oncle qui produit le meilleur vin de la région, au gout si particulier. Eric Corbeyran mêle adroitement une intrigue romantique et policière entre le tremblement de terre de 62 et l'irruption du Vésuve de 79. L'histoire, sans être particulièrement originale, est plaisante. Les dessins d'Alexis Robin manquent parfois de précisions.