Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Dickie 8. Dickie au musée

02/11/2018 787 visiteurs 5.5/10 (2 notes)

À travers une série de saynètes sans paroles, Dickie, un petit bonhomme chauve et grassouillet à la moustache hitlérienne offre, à sa façon, un cours d’histoire de l’art. En quarante-six pages et autant de tableaux, il présente la genèse des œuvres ou relate une anecdote les concernant. Il démontre qu’une sculpture de Modigliani est tombée d’un camion avant que des voitures ne roulent dessus pour lui donner son allure filiforme caractéristique. Il raconte qu’Andy Warhol voulait peindre une nature morte, mais comme Lou Reed est passé et qu’il a tout mangé, l’homme aux cheveux blancs n’avait plus qu’une boîte de soupe dans son garde-manger, alors c’est ce qu’il a reproduit. Il se questionne également sur la possibilité de se pendre quand on habite dans une composition d’Escher où il n’y a pas véritablement de haut et de bas.

Pieter de Poortere a de l’imagination. Dans Dickie au musée, les gags se suivent et ne se ressemblent pas. Dans chacune des planches, en peu de cases et sans phylactères, le scénariste présente un épisode complet et cohérent. En fait, c’est un peu faux. Le Flamand fait le pari que son lecteur possède une certaine culture générale et qu’il n’a pas à tout lui expliquer. Il tient pour acquis qu’il est familier avec l’histoire de l’oreille coupée de Vincent Van Gogh, qu'il a vu La naissance de Vénus de Botticelli et qu'il est familier avec les emballages de Christo. Il a ainsi le loisir d’inscrire son propos dans une trame déjà connue, à partir de laquelle il peut extrapoler un récit généralement délirant.

L’album étant muet, les gags sont toujours visuels. Il y a d’une part son personnage fétiche, lequel se révèle systématiquement ridicule, par exemple lorsqu’il pratique l’exhibitionnisme à quelques mètres d’une foule nue de Spencer Tunick ou quand, maladroit, il détruit Le cri de Munch. Par ailleurs, l’auteur fait preuve d’une impressionnante polyvalence en pastichant des pièces de musée de tous les styles et de toutes les époques.

Un regard iconoclaste et plaisant sur l’Art.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
5.5

Informations sur l'album

Dickie
8. Dickie au musée

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.