Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les maîtres de White Plain 2. Rédemptions

29/10/2018 2042 visiteurs 6.0/10 (1 note)

T andis que Moïse se cache et noie son désarroi dans les rues de New-York, Charles est blessé, par une vieille connaissance, pendant la bataille d'Antietam. Mais le destin n'en a pas terminé avec ces deux là. Désireux de retourner à WhitePlain, chacun avec ses motivations, ils retrouveront là-bas Pete, Joséphine et Sally pour enfin mettre un terme à leur rivalité.

Moins de dix-huit mois après Liens de haine, le duo Chevais-Deighton/Giner-Belmonte livre Rédemptions, la seconde partie de leur diptyque.

Le contexte historique habilement rappelé, via la correspondance entre Charles et son épouse, les scénaristes situent l'action en 1862, en pleine guerre de Sécession. Ils dévoilent rapidement ce que le premier tome avait laissé en suspens, à savoir l'origine des liens entre Moïse, l'esclave mutilé et en fuite, et Sally la veuve d'Henri Berthier, maître de WhitePlain. Cette révélation entretient et accroît même la haine que les deux protagonistes principaux se vouent. Se servant de ce fil rouge et de la course qui se lance alors entre ceux-là pour revenir sur leurs terres, les auteurs brossent un tableau complet de la situation, évoquant les exactions des Blancs comme celles des Noirs, la dureté des soldats et la violence des batailles aussi bien que l'injustice, le climat de peur et la chaos qui règnent dans les états en proie au conflit. Des personnages complexes et torturés dans une lutte et une histoire qui ne le sont pas moins. Si l’intention est louable et, dans l'ensemble, bien menée, le découpage (avec, par exemple, changement de lieu ou d'époque au milieu d'une planche), s'avère parfois hasardeux tant les transitions sont par moments brutales. La lisibilité pâtit aussi d'une trop grande ressemblance entre certains protagonistes. La faute à un excès dans l'utilisation des ombrages. Il faudra être attentif pour ne rien rater de l'intrigue même si sa densité diminue à mesure que sa conclusion pointe. Cet écueil est d'ailleurs à mettre en perspective avec la genèse du projet. Développé au départ pour tenir en trois albums de quarante-six planches, le passage au deux fois cinquante-quatre nuit visiblement à l'ampleur du sujet proposé.

De la même manière, la prestation d'Antoine Giner-Belmonte est ambitieuse. Son travail sur l'encrage et la générosité dont il fait preuve à chaque case sont impressionnants. Surtout en considérant qu'il s'agit là de son second album seul au dessin. Des décors fouillés que ce soit des bâtiments ou de la végétation, des paysages variés et copieux, l'artiste assume son trait réaliste et suit la voie de ses illustres modèles (Rossi, Giraud). Grâce aux belles nuances de couleurs de son complice, Sébastien Bouët, les ambiances sont bien rendues, de la moiteur de la Louisiane, à la furie de la guerre en passant par les scènes à haute tension et, notamment, celle du dénouement.

Rédemptions conclut avec panache un récit nerveux et sanglant. Et même s'il est à déplorer le manque de place qui aurait sied à l'envie et au propos des auteurs, il ne faut pas bouder son plaisir et rater l'éclosion d'un dessinateur au potentiel évident

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les maîtres de White Plain
2. Rédemptions

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 13/02/2019 à 08:14:47

    Un scénario passionnant vient conclure ce diptyque où les coups de théâtre s’enchaînent. Quelle est dure la réalité quand on se croit supérieur et que l’on se retrouve au niveau de ceux que l’on a méprisé. Grande leçon d’humilité sur fond de guerre de sécession avec de très bons dessins de Giner-Belmonte.