Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L e terrible comte de Barback est amoureux et il veut se marier (demain). Problème, il n’a pas de promise. Il décide d’épargner un renard imprudent prévu initialement à son menu afin que celui-ci l’aide à trouver une femme à son goût (façon de parler). Les goupils sont malins, c’est bien connu. Ce duo incongru part derechef sur les routes en quête d’une future conjointe.

Entre fable traditionnelle et conte pour enfants pas sages, Nicolas Dumontheuil a imaginé un récit loufoque et cruel comme il se doit. Bien armé des références habituelles du genre, le scénariste démarre son histoire en compagnie d’un voleur de poule et de son ami Ours tout droit sortis du Roman de Renard ou de Sylvain et Sylvette. La comparaison s’arrête là puisque l’affaire tourne rapidement à une enfilade d’incidents tous plus rocambolesques les uns que les autres qui se finissent invariablement par la dégustation d’un ou plusieurs protagonistes ayant eu le malheur de croiser Barback et son valet. Visiblement, un peu à l’image de Fred, Dumontheuil s’est contenté de laisser filer son imagination plutôt que de construire un scénario de A à Z. Heureusement, le créateur de Qui a tué l’idiot ? a de la ressource. Ses « trucs » d’écriture restent voilés et il réussit à maintenir un semblant de cohérence à son fil narratif.

Accompagnant des dialogues délicieusement décalés, le découpage et la charmante colorisation se montrent à la hauteur. Le trait mélangeant anthropomorphisme et caricature (tout le monde aura reconnu Gargamel sous les oripeaux du comte) est vivant en diable. La mise en page très classique s’avère également maîtrisée et efficace. À ce sujet, le dessinateur démontre un art de la profondeur particulièrement pointu. Résultat la lecture est entraînante et agréable.

Suffisamment ouvert pour n’imposer aucune réelle morale, L’ogre amoureux laisse la place à toutes les interprétations rendant ainsi l’ouvrage universel et, ne l’oublions pas, immensément drôle.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.7

Informations sur l'album

L'ogre amoureux

  • Currently 3.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (12 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 18/10/2020 à 16:53:56

    Je suis encore sous le choc d’une telle lecture. Cet ogre amoureux mange réellement des gens. On aura également une pensée toute émue pour le gentil ours qui accompagnait notre héros un beau renard roux.

    Incontestablement, cette lecture n’est pas destinée aux enfants malgré un titre et un graphisme un peu enfantin. Il est vrai que le sens de ce conte m’a un peu échappé mais on passe un bon moment empreint d’originalité.

    Cet ogre n’est pas vraiment amoureux car il se cherche une compagne à tout prix. Fort heureusement, à la fin, la morale sera sauve. On a eu peur.

    Libellulebabel Le 28/10/2018 à 13:56:45

    96 pages vite lues avec de belles couleurs et un dialogue décalé et drôle ! Se marier demain est-ce possible ?... A lire aux enfants pas sages.