Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Nada

22/10/2018 5173 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

I l fut un temps où il n’y avait pas de téléphones portables, où les gens fumaient dans les bars et où il était possible de d'entrer peinard dans un commissariat pour y voler des armes sans craindre d’être filmé par des caméras de surveillance. En 1972, la mode était également à l’enlèvement des diplomates. Un petit groupe, Nada, constitué d’ouvriers et d’intellectuels, sous la direction du terroriste Buenaventura, projette le rapt de l’ambassadeur des États–Unis, Richard Poindexter. Le groupuscule d’amateurs y arrive sans trop de mal, mais il y a des blessés et un policier est tué. Les forces de l’ordre veulent venger leur confrère et les politiques sauver la face. Les milieux gauchistes sont dans la mire des enquêteurs.

Après La princesse de sang et Fatale, Doug Headline adapte Nada, un troisième scénario tiré de l’œuvre de son père, Jean-Baptiste Manchette. Dans cette histoire, tout le monde est paumé, tout le monde boit son whisky sec et tout le monde cherche un sens à sa vie. La narration s’avère littéraire, un peu comme si fiston hésitait à transformer le texte de papa pour véritablement le traduire en bande dessinée. Les excès de détails se révèlent fréquents, notamment pour préciser chaque rue empruntée par les activistes ou présenter le récit méticuleux d’un assaut policier. L’album finit par faire de l’embonpoint ; cela dit, ces (presque) deux cents pages, c’est du tout bon. Il y a certes peu de réels rebondissements et la traque semble trop facile, mais les personnages sont réalistes, l’ensemble se tient et le suspens est au rendez-vous.

Le dessin de Max Cabanes vaut le détour. Vaguement expressionniste, il construit ses visages avec des lignes courtes qui donnent beaucoup de caractère aux faciès. Au milieu de ces mines patibulaires, la jolie Cash, toute en courbes, se détache. Les décors parisiens se montrent par ailleurs impeccables. L’encrage léger laisse toute la place à une exceptionnelle colorisation. Elle apparaît d’abord déconcertante ; certaines vignettes sont sépia, d’autres sont dominées par le bleu, le vert ou le rouge. Le choc des teintes favorise cependant de beaux effets ; permettant entre autres de mettre en évidence la fille de la bande en la représentant en couleur alors que le reste de la case est monochrome. Le temps d’une scène, un acteur à l’avant-plan est dans la lumière (bichromie jaune) et discute avec une personne dans l’ombre (bichromie bleu foncé), un cadre de porte sépare les protagonistes et la juxtaposition fonctionne magnifiquement. Et c’est comme ça tout le long du livre. Un seul bémol, la couverture racoleuse n’est pas dans l'esprit du projet.

Des personnages complexes, une reconstitution convaincante du Paris des années 1970 et un polar très agréable.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Nada

  • Currently 4.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    philjimmy Le 14/11/2018 à 08:38:50

    Un vrai bon polar noir. Tout y est glauque , poisseux et désabusé.
    Le groupe Nada, une bande de bras cassés sans réelles convictions, ou alors anciennes, montent un coup à l'arrache, qui va tourner au vinaigre.
    Le récit se déroule de manière lente et linéaire, c'est vrai, mais c'est à l'image de cette bande de paumés qu'on cerne petit à petit, du nostalgique en passant par la pute désabusée , le terroriste radical, l'alcoolique de service, le mari d'une déséquilibrée et le lâche de départ qui n'est en fait pas le moins courageux.
    Sans parler du flic borné et du politique véreux.
    Le dessin de Max Cabanes est toujours aussi envoutant. A lire tranquille le soir, dans le semi obscurité du salon juste éclairé.
    Du tout bon.

    MARCANTOINE34 Le 11/11/2018 à 19:44:16

    Belle plongée dans le Paris et sa banlieue des années 70 avec des personnages noirs et errants jamais sympathiques. Les dessins et les couleurs sont remarquables. L'histoire est un peu cousue de fil blanc et date un peu quand même, mais l'atmosphère générale captive le lecteur.

    LuCi0l3 Le 11/11/2018 à 15:35:34

    Un graphisme et une colorisation au top avec un détail du Paris des années 70 remarquable permettant une immersion rapide. 200 pages où chaque case vaut le temps d'arrêt. Rien que pour ca cet album vaut le détour. Malgré une intrigue assez simple et sans réels rebondissements, le charisme des personnages et le dynamisme des dessins et de la mise en scène font qu'on est embarqué.
    Bref du très bon.

    poltuiu Le 03/11/2018 à 22:38:55

    La production de bande dessinées est suffisamment riche pour qu'on se passe de la lecture de cet album. Difficile de trouver des points positifs, les dessins sont peut-être beaux mais d'une froideur polaire. L'histoire est creuse et désespérante, les personnages principaux sont inexistants, ils errent littéralement sans but. Tous les protagonistes sont hyper violents, à tel point que l'histoire fini en bain de sang. Et ? Rien. Tout ça pour ça.
    Passez votre chemin.