Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

O n veut être serviable, aider son prochain et paf, tout le monde vous tombe dessus. Pourquoi ? Thibault ne sait vraiment pas comment un simple acte de gentillesse a transformé sa nuit en cauchemar sans fin. Et si ce n’était pas son jour, tout simplement ?

Le bien trop rare Olivier Pont propose un album en liberté entre jeu formel et écriture automatique. Comme son titre l’indique, l’intrigue de Bouts d’ficelles n’est pas des plus exigeantes. Par contre, la manière est remarquable. Le scénariste ne s’est posé qu’une seule contrainte (au lecteur de la deviner avant la fin) et a laissé dérouler son imagination en avançant à l’aveugle. S’étant trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, c’est le pauvre Thibault qui fait les frais de cette version parisienne d’After Hours. Personnages loufoques ou inquiétants, retournements de situations improbables (mais logiques), un soupçon de peinture sociale et, heureusement, pas mal d’humour transforment cette virée nocturne en un véritable jeu de piste passionnant à suivre. Résultat, il est impossible de lâcher l’ouvrage avant sa conclusion. Quitte à parier que rares sont ceux qui ne retourneront pas en arrière pour repérer les éléments cruciaux qui auraient échappé à leurs yeux.

Plus lâché que dans ses œuvres précédentes, le trait du dessinateur de Où le regard ne porte pas a gagné en spontanéité et en énergie. D’un côté, les (très) divers protagonistes rivalisent d’ébahissements et de rictus improbables. De l’autre, les lieux (égouts, ruelles, bars, etc.) sont dépeints avec précision et un cachet immédiatement reconnaissable. Le tempo est d’enfer, mais le cadre et les acteurs conservent en tout temps leur identité visuelle. Homogène et toujours très lisible malgré un propos volontairement foutraque, le récit démontre un talent et une envie de raconter admirable.

Sous ses faux-air de thriller noir se cache en fait une fable aux allures de farce de gamin de Doisneau. Bouts d’ficelles, parfois il suffit de pas grand-chose pour oser s’aventurer sur les toits de la Capitale.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Bouts d'ficelles

  • Currently 3.48/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (21 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 27/10/2018 à 19:46:27

    J’adore le dessin.

    Ce côté réaliste caricatural est pile poil ce que j’aime (réaliste pour les décors, caricatural pour les visages majoritairement).

    Le dessinateur s’amuse comme un fou à prendre ses personnages dans les situations les plus grotesques, surtout le héros (et perso, ça m’amuse beaucoup les petites voitures qui flottent à 20 centimètres pour donner l’impression qu’elles roulent).

    Bref, chaque case fut un plaisir pour moi, dans sa structure, sa construction, comme dans ces petits détails qui nous plongent dedans.

    Le scénario est entre les comédies italiennes des années 50 et les frasques burlesques des Monthy Python. On s’enfonce petit à petit et de plus en plus dans le délire où un pauvre type, juste parce qu’il n’a pas fait attention en sortant du métro, se trouve mêlé à des histoires de plus en plus dingues.

    L’auteur dit s’être amusé à suivre son imaginaire, sans plan prévu.

    C’est dommage qu’il n’ait pas choisi une vraie fin quand même…

    Tout se tient, mais ça fait pétard mouillé – surtout qu’une comptine nous laisse entrevoir quelque chose de plus grand à un moment pour la résolution et en fait, non, c’est juste une nuit d’aventure, un scénario de film des années 80 où il se passe plein de choses sans que cela ait de conséquence grave…

    Malgré ça, on s’amuse beaucoup à suivre le héros au fil des pages !

    thieuthieu79 Le 21/09/2018 à 22:31:58

    Appuyé par un dessin banal mais très correct, cet album tient son originalité sur l'histoire qui se déroule sur une seule nuit.
    Le héros va vivre une succession de rencontres et d'évènements qui vont l'amener sur une conclusion surprenante (qui explique d'ailleurs le nom de l'album).
    Olivier pont à construit cet album en totale improvisation, jour après jour, cases après cases, sans avoir écrit de scénario préalable.
    Il en ressort un album sans barrières, à la fois léger et profond, mais surtout particulièrement réussi.