Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sir Alfred Sir Alfred N°3

18/10/2018 825 visiteurs 6.0/10 (1 note)

A lfred Hitchcock, figure marquante du cinéma américain. Les oiseaux, Psychose, Vertigo, ces films figurent tous sur son curriculum vitæ. En fait, il est si populaire que le citoyen lambda le reconnaît à son profil bedonnant. Dans un style fragmenté, Tim Hensley propose un mélange d’anecdotes qui, mises bout à bout, tracent le portrait du réalisateur. La plupart des saynètes tiennent en une planche et s’attardent sur une facette de la vie professionnelle ou personnelle du cinéaste.

Le scénariste se montre audacieux. Dès le départ, il plagie l’auteur de L’homme qui en savait trop en se donnant un petit rôle (avec une tête de Frankenstein). Le projet va par la suite dans absolument toutes les directions. Les rapports du protagoniste avec les femmes, sa mère, la critique et les admirateurs, sa misogynie, son sale caractère, etc. Les segments abordent tous les âges, sans respecter la chronologie, cela dit, ça ne pose aucun problème de compréhension ou même de logique. Mais lorsqu’il termine le livre, le lecteur se dit que quarante-six pages, c’est tout de même un peu court pour présenter un tel personnage. À moins que ce ne soit pas le véritable objectif de Sir Alfred.

Le dessin se veut un hommage aux années 1950 ou 1960, les illustrations sont simples et la ligne claire. Ce choix esthétique n’est probablement pas fortuit puisqu’il correspond à la grande époque du créateur. L’artiste explore par ailleurs la potentialité du neuvième art : couleur, bichromie et noir et blanc, fausse couverture (cartonnée au milieu de l’ouvrage), numérotation factice (l’album porte le numéro 3, comme s’il s’inscrivait dans une série... alors qu’il n’y a pas de série), sans oublier les bandes qui ont l'allure de fragments de pellicule. Bref, l’entreprise est créative.

Une intéressante réflexion sur l'art séquentiel, une biographie sommaire, un humour qui franchit plus ou moins bien la frontière culturelle.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Sir Alfred
Sir Alfred N°3

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.