Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Fréhel

08/10/2018 1169 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

M arguerite n’a pas de parents pour s’occuper d’elle ; papa en mer, maman prostituée, heureusement qu’il y a mamie pour en prendre soin. Puis sa mère la récupère… et la néglige, jusqu’à ce qu’elle comprenne que la fillette peut rapporter quelques sous en chantant et en faisant la manche. Et Fréhel, car c’est d’elle dont il s’agit, a une sacrée voix. Devenue femme, elle multiplie les amants, les beuveries et les lignes de cocaïne, mais son talent convainc et sa carrière va bon train. D’abord dans les cafés, puis aux Folies bergère, au Bataclan et au Casino de Montmartre.

Le scénario de Johann G. Louis se montre de facture plutôt classique. La biographie débute par l’enfance de la saltimbanque, en 1891, et se poursuit jusqu’à son décès, alors qu’elle a 60 ans. L’auteur insiste particulièrement sur les débuts de la marginale et s’arrête un peu après ses premiers succès. Juste avant la Première Guerre, la chanteuse s’éclipse en Roumanie et ne reviendra qu’après une dizaine d’années. Certains la croyaient morte. Chose certaine, sa gloire appartient au passé, son parcours se révèle alors moins intéressant et le scénariste choisit de peu s’attarder sur la période du déclin, sinon en ponctuant le récit de ses courtes apparitions, vieillissante, racontant sa vie à qui veut bien l’écouter (notamment à un chat). Le travail de recherche est réalisé avec beaucoup de rigueur, comme en témoignent les sources bibliographiques et filmographiques présentées en fin d’album.

Le dessin constitue pour sa part une exceptionnelle réussite. L’encrage est très léger, nerveux, pratiquement brouillon, mais généralement chargé de détails, qu'il s'agisse des rues de Paris, d'un bistrot, d'un taudis ou d'une riche demeure. Les illustrations sont magnifiquement rehaussées d’aquarelle et c’est probablement la plus belle qualité de ce projet. Les couleurs, toutes en nuances, constituent un réel atout. Elles accentuent les atmosphères, dramatisent les scènes de nuit et créent d’agréables effets d’ombre. La construction est également originale. Certes, les planches sont presque toujours formées de trois bandes de deux cases, mais ces dernières n’ont jamais de cadre et leur contour est aléatoire. Ils englobent parfois les phylactères, parfois pas, comme si l’artiste avait refusé de faire cette concession aux bulles, comme s’il désavouait leur prétention de s’interposer dans ses images.

Un roman graphique de près de 300 pages, à lire doucement pour le savourer pleinement.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Fréhel

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.