Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

P ar la fenêtre de sa villa, François Manzini regarde l'incendie qui ravage, non loin, une partie de la forêt. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est qu'au cœur du brasier termine de se calciner la voiture d'un couple d'anciens amis. Rien de tel pour dégriser après une soirée où les souvenirs, comme le bon vin, ont coulé à flots. Cet événement va le sortir de sa tour d'ivoire et le rappeler à ses anciens réflexes : criminel un jour, criminel pour toujours. Ce Monsieur Naples devra s'associer à Zinedine, un jeune délinquant qui s'était réfugié dans sa remise, pas par hasard…

Sur un pitch classique et moderne, Éric Corbeyran développe un récit qui met l'accent sur ses personnages principaux, deux individus que tout oppose, embarqués dans la même galère. D'un côté, un gangster à l'ancienne retiré des affaires, dur, discret et qu'il ne faut pas titiller, de l'autre, un petit voyou des banlieues, pas méchant mais facilement influençable. Leurs antagonismes les rapprochent et vont les amener à se serrer les coudes pour régler le compte d'une bande de caïds qui règne sur la ville. Si elle ne contient pas de réelle surprise, l'histoire se révèle solide et cohérente. Une voix off et des dialogues à la Olivier Marchal ne font pas forcément dans la finesse psychologique mais caractérise au mieux les personnalités, bien campées et le genre de l'ouvrage. Polar, vous avez dit polar ?

Manuel Garcia livre un dessin à l'image du scénario, sans chichi ni folie, mais efficace et réaliste. Le lecteur aurait apprécié une cité phocéenne plus présente, la majorité de l'intrigue se déroulant dans les bois ou des cités dégradées, peu représentatifs. La violence s'affiche, les mâchoires sont carrées et les poings serrés. Le cadrage et les plans amènent fluidité et dynamisme pour des scènes d'action chorégraphiées comme il faut.

Si quelqu'un vous propose un Barbecue Marseillais*, déclinez l'invitation. Par contre, n'hésitez pas à vous plonger dans cette lecture au rythme trépidant qui dévoile les milieux interlopes de Marseille.

* technique consistant à brûler des corps (en général à l’intérieur de l’habitacle ou du coffre d’une automobile) afin de faire disparaître des preuves.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Barbecue marseillais

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    la9emebulle Le 18/11/2018 à 14:58:59

    Efficace et classique, un bon polar du début à la fin, un peu de mal au départ au niveau du dessin, mais finalement très agréable du début à la fin..

    marco30100 Le 01/10/2018 à 17:46:44

    En plein tropisme. Bon polar. Marseille sera toujours Marseille. Le dessin de Garcia donne une belle gueule aux différents protagoniste.