Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Orcs & Gobelins 4. Sa'ar

03/09/2018 4408 visiteurs 7.3/10 (3 notes)

S a'ar est grenouilleur, c'est son gagne-pain. Lorsqu'une partie de son clan est massacrée par des vauriens avides de menus fretins, il se retrouve aux fers avec une poignée de survivants. Devenu esclave, il comprend instantanément que s'il ne prend pas l'orc par les cornes il continuera à endurer la loi du plus fort le reste de sa misérable vie. « C'est ainsi, les forts punissent et les faibles subissent » se dit-il. Alors, pour ne plus avoir à subir, nourri par une haine et une détermination farouche, le petit gobelin aux oreilles horizontales décide de ne plus bayer aux corneilles et de s'emparer de son destin à pleines paluches : il veut devenir le maître de la tour de la cité des sangs mêlés. Voici son histoire.

Très productif, Nicolas Jarry (Les Chroniques de Magon, Elfes, Nains) est une "machine à écrire"... Dans ce nouvel épisode, les terres d'Arran étoffent leur univers consacré aux petites créatures anthropomorphes en proposant de découvrir l'ascension étonnante de l'un d'entre eux, de prendre part à sa souffrance et à sa révolte puis d'assister au renversement du pouvoir en place. C'est percutant et irrésistible, car, conduit sur un rythme soutenu, le récit le plus souvent exposé par le gobelin en personne, permet de mieux comprendre ses motivations et de partager ses angoisses et ses rêves de suprématie. Le scénariste n'a rien laissé au "ha-Sa'ar" : le langage souvent argotique propre à l'espèce verte est succulent et donne lieu à des échanges savoureux. Et lorsque la ruse, la patience et les stratagèmes ne suffisent plus, c'est une dague affûtée qui sort de son étui pour le seconder. Pour parvenir à ses fins, le héros est également présenté avec une certaine cruauté et noirceur de l'âme. Mais paradoxalement, le lecteur habilement manipulé par l'auteur, ne peut qu'éprouver de la compassion voire de la sympathie à son égard.

Régal visuel, le dessin tutoie la perfection. Sur une mise en page très dynamique, la paire Vukic (MerlinLe prophète, Elfes) – Deplano (Les Exilés d'Asceltis, Nains) livre un esthétisme de toute beauté, y compris dans les nombreuses petites cases qui rendent un trait réaliste aussi bien sur les décors médiévaux-fantastiques que sur les gueules toutes particulières des différentes races et hordes. Il en est de même pour les scènes de castagne qui parviennent à dégager les mouvements justes et de leurs bonnes vitesses d'exécution. Pour couronner le tout, il est à souligner la présence de vieux parchemins sur lesquels est inscrite la narration pour enjoliver des planches bien colorées par les studios Digikore.

Si le lectorat a pris plaisir à "gober l'un" ou l'autre, alors il se fera une joie de festoyer avec un quatrième volet particulièrement réussi dans tous les domaines !

Par D. Roy
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Orcs & Gobelins
4. Sa'ar

  • Currently 4.61/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (38 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Fradagast Le 14/02/2022 à 08:52:55

    4e tome et la dynamique est là. Les gobelins sont mis en valeur dans les bas-fonds de la cité et dans la cité des bas-fonds. Les dessins pataugent agréablement dans la fange urbaine avec des nuances de verdâtre efficaces et une noirceur généralisée.
    Saar ne s’attache pas à grand monde mais ses affects sont intéressants et nourrissent l’histoire de son endurcissement. On regrette seulement l’utilisation d’un gobelin comme récipiendaire sacrifié de l’histoire : la cohérence en souffre un peu et le process ne démontre que la cruauté du maître, déjà bien assimilée.
    Un bon album, bien sombre, qui préfigure les réussites à venir.

    Blueberry13 Le 13/01/2022 à 23:00:49

    Scénario dense et suspens haletant ... Voilà un bon résumé de cet album, servit par un dessin de haute voltige !!!
    Sa'ar est une pure réussite, l'histoire d'une incroyable ascension.

    Saigneurdeguerre Le 11/04/2021 à 12:25:31

    La Cité des Sang-Mêlé est le lieu où se côtoient toutes les races, tous les croisements improbables, la plupart étant des êtres sans foi ni loi. Au départ, ce n’était qu’un trou puant où s’agglomérait la fange de tout ce qui parlait et marchait sur deux pattes dans ce coin du monde. Un lieu bien trop malodorant et inquiétant pour la noblesse aux narines si délicates qu’aucun de ses membres n’osait venir s’en emparer.

    C’est de cet enfer que va surgir une nouvelle noblesse qui s’est extirpée de la bassesse du lieu pour bâtir la cité, imposer un code, un garde-fou contre le chaos. Le pire des traîne-savates connaît les règles qui nous empêchent de nous entre-dévorer.

    Je m’appelle Sa’ar et je suis parvenu au sommet de la tour qui domine la cité. Je suis le Maître, celui qui veille au code. C’est la Cité qui m’a choisi. Personne ne m’a désigné. Je n’ai pas été élu. Je ne suis pas roi. Je resterai le Maître tant que la Cité voudra de moi. Aujourd’hui, un jeune gobelin ambitieux et virevoltant, Gnar la Gargouille, issu des mangroves comme moi, rêve de prendre ma place. La Cité a peut-être décidé de me remplacer…


    Critique :

    Nicolas Jarry est un extraordinaire scénariste et il le prouve une fois encore avec ce quatrième album de la série « Orcs & Gobelins ». Un album très « bavard » pour la bonne cause. Il permet de retracer en un livre de 56 pages la vie d’un gobelin qui a souffert tant et plus pour s’élever tout en haut de la Tour qui domine la Cité des Sang-Mêlé. Sa’ar en a bavé depuis qu’un immonde gobelin issu de son village de pêcheurs a été épargné après un crime. L’infâme est revenu avec des esclavagistes qui ont trucidé tous les villageois qui ont tenté de résister. Sa’ar a été vendu comme esclave à des marchands de poisson. Il croupissait dans les sinistres caves d’une fortification bâtie sur un récif perdu au milieu de l’océan. Des centaines de ses congénères s’y activaient, dans des conditions épouvantables, à trier les poissons, à les vider, les saler et les mettre en caisse. Là, il va apprendre que ce sont les plus forts qui décident et les plus faibles qui subissent. Il y perdra toute innocence et retiendra la leçon.

    Deux dessinateurs, au talent fou, l’Italien Paolo Deplano et le Serbe Bojan Vukic, donnent vie à cette improbable cité et à des personnages d’un dynamisme fulgurant. Les moindres détails de la Cité ont été peaufinés.

    Digikore Studios démontre une fois de plus le savoir-faire de son personnel dans cette brillante mise en couleurs.

    Même si le vert a tendance à vous faire gerber, même si vous n’éprouvez aucune sympathie pour les peux-vertes, ne passez pas à côté de ce magnifique thriller rebondissant.

    kurdy1207 Le 22/04/2019 à 11:57:53

    Le meilleur album de la série pour le moment. Il est servi par des dessins fouillés et par moment vraiment superbes. On suit l’ascension de Sa’ar pour devenir maître de la « Cité » avec délectation. Tous les coups sont permis et surtout les plus bas. Après tout, Sa’ar vivait tranquillement et n’avait rien demandé. L’histoire tient en haleine de bout en bout. Génial !

    Random- Le 28/12/2018 à 19:31:47

    Si l'univers d'Heroic Fantasy reste très classique, cet album possède un vrai scénario, bien construit, très dense, et avec quelques surprises et retournements de situation. L'ascension de Sa'ar est assez captivante et bien servie par le dessin précis et travaillé de Vukic. Un album au dessus du lot dans ces séries commerciales.

    Nettoyor Le 28/10/2018 à 14:13:53

    Excellent graphisme, très précis (trop, parfois ?) et scénario bien enlevé. On est partagé entre le désir de s’attarder sur chaque case pour en fouiller les détails et celui de dévorer l’album pour ne pas casser le rythme du récit. Une série originale qui tient la distance. Les protagonistes ont une réelle épaisseur : on est bien loin des gobelins et des orques frustes à la Tolkien.

    kingtoof Le 05/09/2018 à 19:09:08

    Un excellent album sur la construction d'un empire du crime.
    Le thème n'est pas inédit mais le scénario est bien construit.
    Très bon moment de lecture.
    Grâce à cet album, vous n'aurez plus tout à fait la même vision sur les gobelins.

    Dunyre Le 24/08/2018 à 17:44:55

    Je trouve de nouveau que cette série est excellente. Si Elfes et Nains peuvent sembler s’essouffler, Orcs et Gobelins renouvelle vraiment la série.

    Ici pas d’histoire de noblesse, de courage ou d’heroisme. On est vraiment sur des truands, des voyous et des trafics en tout genre. Le rythme est enlevé, les dessins splendides et pour une fois le suspens est vraiment incroyable. La fin nous laisse pantois.