Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Corb-nez

20/07/2018 1741 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

W itgar est peut-être femme, mais certainement pas soumise. C'est ainsi qu'elle se refugie chez le wali de Cordoba après avoir fui son mari Guiford, le roi de Bourgogne. Mais ce dernier a beau avoir des mœurs dissolues et se révéler absolument abject, il n'en reste pas moins vassal de Charlemagne. C'est donc en l'an 797 que, Guillaume l'Hébreu, dit Corb-Nez, se voit confier la mission de récupérer cette reine à la fierté inaliénable et de la ramener chez les Francs, à Aix. Tiraillé entre sentiments pour la belle et devoir envers son souverain, le guerrier saura-t-il trouver le juste chemin ?

Si Jerôme Charyn (Little Tulip) joue volontiers avec la réalité des faits historiques, il offre un récit au charme indéniable. Contés par un moine ayant vécu aux côtés de Corb-Nez, les trois chapitres constituent au demeurant une histoire de sentiments authentiques entre deux personnages à la personnalité entière. La narration, bien tournée, fine et non dénuée de grivoiserie, fait découvrir au gré des péripéties le portrait d'une forte et magnifique héroïne et son alter ego masculin, un homme loyal, fidèle à ses principes et droit dans ses bottes, tous deux s'opposant aux dirigeants avilis dans leurs bas instincts. Cette chronique conjugue avec justesse, conviction et humour les précieuses valeurs que beaucoup ont oubliées, telles que le courage et l'amour courtois.

Emmanuel Civiello (La graine de folie, Korrigans...) propose de superbes planches en couleur directes. Dès l'introduction, ses angles de vues vertigineux plongent le lecteur au cœur de l'intrigue mouvementée sur les champs de bataille tumultueux, les châteaux rugueux ou les alcôves veloutées. Ses riches illustrations détaillées pourraient, pour certains, paraitre chargées et brouillonnes, mais son talent de peintre insuffle beaucoup de vie à l'ensemble et ses petits défauts de posture font finalement partie intégrante de l'originalité de son style et se fondent dans le décor.

Les puristes de l'Histoire crieront à l'imposture et monteront aux créneaux, mais les amateurs d'épopée de héros dans la tradition la plus pure, d'aventure virevoltante et passionnée mettront genoux à terre, conquis.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Corb-nez

  • Currently 3.20/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 26/06/2018 à 13:19:28

    Pour leur première incursion dans la prestigieuse collection Signé, l'auteur américain Charyn et le peintre virtuose Civiello nous narrent la geste courtoise (et un peu barbare quand-même...) de Guillaume Corb-Nez ou Guillaume l’hébreu, compagnon de Charlemagne inspiré du personnage historique de Guillaume de Gellone.

    La belle reine Witgar, épouse rebelle du duc de Bourgogne s'est enfuie chez le Wali de Cardona, à l'époque franque où Maures et basques parcouraient le sud de la France. L'empereur envoie Guillaume l'hébreu, féroce guerrier et fidèle compagnon d'arme pour récupérer la fuyarde et laver l'affront. Guillaume sera confronté tout au long de cette épopée à la contradiction entre sa fidélité envers Charlemagne et son amour pour la belle...

    Étrange album que ce gros volume de presque cent pages aux cases spacieuses en peinture directe auxquelles nous a habitué l'auteur de la Graine de folie. La difficulté de la technique en peinture directe (Rosinski aussi a eu quelques albums compliqués...) c'est que fondamentalement elle ne se prête pas à la BD: le découpage BD nécessite une certaine finesse et du mouvement, ce qui est difficile avec la peinture (à la différence de la colorisation en peinture directe qui utilise le dessin classique et l'encrage). La qualité graphique indéniable de la technique (notamment sur les plans serrés de visages) nécessite un découpage visuel, des dialogues, des paysages, des albums contemplatifs...

    Ainsi dans cette histoire nous profitons de planches très différentes, tantôt sublimes lorsqu'elles sont en plans larges ou très cadrées, parfois un peu brouillonnes lorsqu'il s'agit d'illustrer des séquences d'action et de batailles que le style de Civiello rend un peu figé. En revanche, dès les premières pages montrant le moine entamer son récit alors qu'il enlumine des manuscrits, l'on est subjugué par la qualité artistique des pages et par la suite les visages prennent un réalisme saisissant. Le style est particulier et ne plaira pas à tout le monde. Mais si vous aimez la peinture et les ouvrages d'illustration cela devrait vous plaire.

    Ce qui est le plus intéressant dans ce récit très original c'est la description d'une époque que l'on connaît mal. La figure de l'empereur à la barbe fleurie se mélange aux mœurs frustes que l'on imagine de l'époque, l'amour courtois se mêle aux pulsions les plus primales et les moines du grand Suzerain sont autant des propagateurs de la foi et de la culture que des seigneurs de guerre. Le scénario parvient à allier subtilement cette vision romantique et réaliste de cette renaissance de l'Occident après la chute de l'Empire romain. Comme souvent dans ce genre de récit, les moins à l'aise en histoire seront peut-être égarés dans cette époque, mais ils pourront se raccrocher à l'histoire d'amour et cette figure héroïque en diable que celle de Corb-nez.

    Le personnage, agencement de plusieurs figures plus ou moins historiques (on pense au Cide ou à Montecritso) est visuellement réussi avec sa figure en nez d'aigle, ses cheveux sauvages et ses cicatrices. La scène de combat dans la prairie est à ce titre très réussie en ce qu'elle illustre la rage et la puissance brute des corps nus en contraste avec l'apparat des tuniques du duc de Bourgogne ou du Sarrazin assiégé. La brutalité physique de Corb-Nez contraste avec sa pureté morale lorsqu'il se brouille avec la belle reine qui lui laisse entendre qu'il n'a pas l'obligation d'obéir à l'empereur. La réalité des relations féodales bouleverseront cette relation et l'approche du chevalier.

    Une drôle d'atmosphère flotte sur cette BD sur laquelle il est compliqué de fixer le propos. Est-ce une hagiographie d'un semi-héros? Une chronique historique? Une farce vulgaire ou encore une épopée médiévale? Le projet général me rappelle l'extraordinaire album Le chevalier à la licorne qui racontait la quête sans fin d'un chevalier revenu d'entre les morts et à la limite de la folie, pris entre la réalité brutale de son époque et ses valeurs chevaleresques... Le mélange d'histoire et de fiction participent sans doute à cela et à faire de Corb-Nez un album à part qui a toute sa place dans cette belle collection.

    A lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/06/20/corb-nez