Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Édouard Luntz est décédé, dans l’indifférence, en 2009. Les choses s’annonçaient pourtant bien pour ce cinéaste doué qui a remporté quelques prix et dirigé Jeanne Moreau, Michel Bouquet et Madeleine Renaud. Mais après deux longs métrages et une dizaine de films courts, il est mis au ban du septième art. Le scénariste Julien Rey cherche à comprendre. La première étape est évidente : regarder les productions. Théoriquement, ce devrait être simple. Il fouine d’abord sur internet, puis poursuit son investigation dans les bibliothèques, les cinémathèques et les écoles de cinéma, avant de rencontrer les proches et la famille. Le constat se révèle cruel : il ne reste plus grand-chose de l’œuvre.

Ce roman graphique s’avère l’histoire de l’oubli. L’oubli parce que les technologies ont changé, l’oubli parce que l’argent et le producteur ont toujours le dernier mot, l’oubli parce que tout est trop bien classé, l’oubli parce que les bureaucrates se montrent inflexibles, l’oubli parce que les gens sont négligents, l’oubli parce que tout le monde s’en fiche. Et, aussi, parfois, l’oubli parce que ce n’est pas nécessairement très bon. La démarche journalistique se veut solide et la quête fascinante. Le lecteur suit l’auteur à travers les rues de Paris, Washington ou Rio de Janeiro. Il vit avec lui ses petits succès et ses déceptions et s’enthousiasme lorsqu’il trouve son Graal : Les cœurs verts, une comédie dramatique réalisée au milieu des années 1960.

Le dessin en noir et blanc de Nadar est de toute évidence réalisé dans l’urgence. Les personnages sont esquissés et les décors sommaires. Le traitement a quelque chose de cinématographique : les dialogues sont « filmés » en champ-contrechamp et les entrevues ponctuées de gros plans, d'abord pour briser la monotonie, mais également pour capter une émotion ou un détail, avant de revenir au cadrage initial. L’illustrateur laisse par ailleurs parler les images ; par exemple, plutôt que reproduire un extrait de ce qui est projeté à l’écran, il se concentre sur les réactions des spectateurs visionnant Le Grabuge, un drame tourné dans des conditions difficiles au Brésil. Du travail de l’artiste se dégage une forme de modestie ; le coup de crayon demeure simple, sans devenir simpliste, un peu comme s’il souhaitait offrir toute la place au propos.

Un bon travail journalistique pour sauver un homme et son œuvre de l'indifférence.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Avec Edouard Luntz

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

  • Nadar (2)
  • <N&B>
  • 05/2018 (Parution le 03/05/2018)
  • Futuropolis
  • 978-2-7548-2141-4
  • 178

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Litout Le 29/07/2018 à 16:03:03

    Le parcours d'Edouard Luntz, cinéaste maudit

    Un cinéaste peut-il disparaître ? Du moins son œuvre ? La question est lancinante dans cette BD de Julien Frey et Nadar. Édouard Luntz a signé une dizaine de courts-métrages avant de passer au long. Rapidement il rencontre le succès. Au point de signer avec la Fox. Ce sera « Le grabuge », tourné au Brésil. Un autre film maudit. Budget dépassé, trop long, remonté par le producteur. Procès, victoire du réalisateur français, mais sortie confidentielle et copie à jamais perdue.

    Julien Frey est allé jusqu’au Brésil pour tenter de voir ce film. Étudiant en cinéma, il a failli travailler avec Luntz.. C’est un peu pour rattraper cette occasion manquée qu’il a écrit cette BD passionnante sur le milieu du cinéma, impitoyable.

    http://litoulalu.blogspot.com/2018/06/bd-une-bande-dessinee-retrace-loeuvre.html