Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

I l y a un coup à faire et quelques billets à palper. C’est ce que c’était dit Jérôme Pignon et Florian Cornu ; ils ont les contacts en amont et en aval et le cash pour amorcer l’affaire. Acheter et revendre rapidement des produits dopants à des cyclistes pas trop regardants, ça devrait le faire. Dommage que les Douanes aient eu l’idée de débarquer lors du rendez-vous avec leur fournisseur. Changez de braquet les gars, c’est le moment de filer rapidos…

Deux amis pris dans un engrenage trop grand pour eux, les flics et la mafia à leurs trousses, Les porteurs d’eau a tout du thriller à suspens. Ajoutez-y l’univers de la petite reine et ses arrangements, l’ombre d’une gloire du passé et des médias toujours prêts à se jeter sur un scandale juteux et vous obtenez un véritable roman noir dans la plus pure tradition. Fred Duval exploite à bon escient et méthodiquement les aspects les moins reluisants du cyclisme (tant professionnel qu’amateur) dans un road movie à la distribution pléthorique.

Le scénario ne s’arrête pas là et dresse également un portrait fort des seconds couteaux du peloton et de la vie en général. Duval les montre tels quels, sans les accuser, mais sans les excuser pour autant. Ils font tous volontairement partie d’un système basé sur le mensonge et les regrets seront pour après ou pas. Plus réaliste que cynique, le récit évite les facilités dramatiques ou le pathos (sauf à la télévision, évidemment) et s’avère finalement profondément humain, policiers y compris.

Graphiquement, Nicolas Sure offre une galerie de protagonistes convaincante malgré un trait un peu statique. Sans oser la comparaison avec André Franquin et son Tour du Sud, la montée du Ventoux qui clôture l’album manque drastiquement de nerf et de mouvement. L’important n’est pas là. Sure a réussi à poser une véritable atmosphère dans ses descriptions des petites cités de province. Maubeuge, Dieppe, Volvic, etc., des ville-étapes immédiatement oubliées une fois la caravane partie. À l’image des héros, elles ne brillent pas, mais sont indispensables pour que les stars puissent faire rêver les foules massées sur les bords des routes. À n’importe quel prix.

Entre Ma révérence (Lupano/Rodguen) et Le chemin de l’Amérique (Thévenet/Baru), Les porteurs d’eau vont au charbon dans l’espoir de quelque chose de meilleur. Auront-ils la chance de porter le maillot jaune une fois la ligne d’arrivée passée ?

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les porteurs d'eau

  • Currently 2.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kingtoof Le 28/07/2018 à 16:47:28

    Bonne histoire d'un deal qui tourne mal en arrière plan de dopage dans le monde "si propre" du cyclisme...
    La cavale des deux jeunes protagonistes est découpée en différentes étapes, comme le Tour de France.
    Fred Duval réussit, comme souvent, un bon scénario où s'entrecroisent anciens coureurs pro (et leurs entourages) adeptes du doping, trafiquants de drogues, club de cyclisme et différents services de police.