Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D ans un futur lointain, sur la planète HIX 719563c, les androïdes ont pour mandat d’exploiter les données scientifiques que leurs maîtres leur ont confiées. Dans cette société autocratique, il est interdit d’évoquer ou même de penser à l’histoire et à la culture de la mère patrie, un peu comme si le destin des colons était d’éviter de répéter les erreurs causées par les émotions et la déraison. Les enquêteurs North 2 et Quang 1 veillent au grain. Lorsqu’ils entendent la Ballade pour un bébé robot, composée par Mama Béa Tekielski, une chanteuse du XXe siècle, ils croient avoir trouvé la preuve qu’un groupe de rebelles fomente un soulèvement. Contrairement à ce que préconise la doctrine, les dissidents sont convaincus qu’ils ne pourront remplir leur mission sans comprendre l’héritage culturel des Terriens.

Le scénario de Cédric Villani se montre ambitieux. Le conteur marche dans les traces de quelques audacieux écrivains qui ont poursuivi cette chimère qu’est la totalisation des savoirs : Gustave Flaubert (Bouvard et Pécuchet), Georges Perec (La vie mode d’emploi) et pourquoi pas Jens Harder (Alpha, Beta). Le récit s’accroche aux investigations des deux limiers qui sont de plus en plus gagnés par le doute. Au hasard de leur enquête, ils croisent une science solide et rassurante. Qui remettrait en question la loi de Gauss ou la lemniscate de Bernouilli ? Ils se confrontent par ailleurs à des considérations sur les révolutions française, américaine et soviétique, les arts, la philosophie… puis il y a cette vieille chanson, tel un leitmotiv envahissant et déstabilisant. En filigrane de cette narration transparaît une réflexion critique sur l’humanité, ce qu’elle est et ce qu’elle fait.

Le lecteur soupçonne qu’Edmond Baudoin a lui aussi la velléité de totaliser la connaissance. L’artiste convoque tour à tour un trait simple et élégant, des compositions chargées et hétéroclites, les enluminures du Moyen-Âge (avec des équations tout autour de la planche), les arts primitifs, la gravure et les calligrammes. Il pastiche, entre autres, les œuvres d’Eugène Delacroix (La liberté guidant le peuple), Michel-Ange (La création d’Adam) et La petite fille de la photo (jeune vietnamienne nue brûlée par le napalm). Les illustrations sont riches et chacune des vignettes doit être scrutée avec soin pour découvrir Georges Brassens, Adolf Hitler, Alan Turing et plusieurs autres, ou pour savoir ce qui arrivera au jeune boxeur, lequel se fera finalement consoler, assis sur le cadre d’une case. Pour tout dire, chaque page demeure unique, chacune abrite un univers qui fourmille de détails, de créativité et d’ingéniosité. Le dessin fait corps avec le texte et le texte fait corps avec le dessin. Bref, l’auteur du Portrait est, une fois de plus, au sommet de son (neuvième) art.

L’ensemble est très didactique et commande un réel investissement. Mais qu’est-ce qu’on se régale. Un livre à relire deux, trois et pourquoi pas quatre fois, et au moins à une occasion sans tenir compte des mots, juste pour les images.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Ballade pour un bébé robot

  • Currently 4.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    docteur fil Le 25/06/2018 à 13:56:30

    Réflexion exceptionnelle et indispensable.
    Sous un prétexte de science-fiction, les deux auteurs nous entrainent à mener une réflexion profonde et nécessaire.
    Qu'est-ce qui est le plus important : l'efficacité collective centralisée ou le libre-arbitre individuel ?
    Osez lire ce livre.
    Vous en sortirez différent !

    janharmony Le 12/06/2018 à 22:29:59

    Paix à celui qui hurle parce qu'il voit clair ...

    Un enfant reçoit ses racines et des ailes, racines qui lui rappellent son histoire, et des ailes qui lui permettent d'explorer par lui-même.

    Le futur nous le laissons à la chance, et le présent? Quel est notre sort à nous? la réponse dans le bouquin :-)

    Cédric Villani et Edmond Baudoin cherchent la poésie dans la chanson Française. Moi je le cherche dans les histoires et les dessins de Monsieur Baudoin.