Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Secret Weapons

14/06/2018 1084 visiteurs 6.0/10 (1 note)

N ikki, Owen et Avi sont dans de sales draps. Déjà que le rejet des psiotiques ne leur facilite pas la vie, voilà qu’un cyborg cherche à les éliminer. Pour résister au monstre, ils n’ont que des pouvoirs inutiles. La première dialogue avec les oiseaux, tandis que le second peut invoquer, de manière aléatoire, des objets tandis que le dernier est capable de se changer en statue de pierre. Ils sont des échecs dans la détection de dons psychiques de Toyo Harada. Livewire y voit au contraire une opportunité et elle est bien décidée à sauver ces jeunes gens.

Secret Weapons est une mini-série se situant quelque temps après les événements décrits dans Harbinger. Son format court ne lui permet pas de construire un récit d’ampleur. De plus, le méchant de service n’est pas très intéressant. Il manque cruellement de charisme et ses raisons d’agir sont assez simplistes. Par contre, le choix de proposer des protagonistes aux capacités plutôt anodines procure un aspect assez original et frais. De plus, leur caractérisation est assez attrayante et compense suffisamment le déficit d’ambition du scénario concocté par Eric Heisserer, permettant au lecteur d’avoir envie de les suivre jusqu’au bout. C’est d’autant plus vrai que la partie graphique assurée par Raúl Allén et Patricia Martín est très agréable et efficace, tant en termes de fluidité que de soins apportés à la définition et l’expressivité des personnages.

Au final, Secret Weapons se révèle plaisant et assez doté d’atouts pour regretter qu’il n’ait pas été choisi un développement plus conséquent.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Secret Weapons

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 10/07/2018 à 09:58:19

    Secret Weapons est (de ce que j'ai lu) le plus fourni en documents de fin de volume: outre des couvertures alternatives (alors que le design général du livre est partie intégrante du projet), de nombreuses et longues interview des auteurs de la BD, ainsi que les désormais habituelles planches noir-et blanc. Le texte introductif est en revanche un peu évasif sur le contexte général de l'histoire et on en apprend finalement plus pendant la lecture que par cet éditorial. Mais sincèrement on peut difficilement de mander plus comme bonus.

    Autrefois jeunes talents convoités par la Fondation Harbringer de Toyo Harada, trois jeunes psiotiques ont été abandonnés et désormais pourchassés par un mystérieux tueur. Livewire, l'une des plus puissantes psiotiques en rupture de ban avec le chez de Harbringer se mets sur la trace de ces jeunes gens dans le but de les protéger et d'en faire une véritable équipe...

    Lorsque l'on commence un one-shot de Valiant se pose la question du public ciblé. J'ai commencé il y a peu mon immersion dans cet univers (très sympathique au demeurant) et commence à repérer certains personnages clés, mais suis loin de maîtriser toutes les interactions. Je suis donc encore un lecteur novice et je peux dire qu'à ce titre j'ai bien apprécié Secret Weapons. Cela signifie que le scénario permet à lui seul d'apprécier l'album comme un vrai one-shot en donnant suffisamment d'infos (notamment dans les deux prologues dédiés à Nikki et Owen) pour apprécier le contexte général. Plus que cela, ces séquences donnant un aperçu de mêmes scènes de différents points de vue intrigue et donne envie de lire les albums consacrés à Harbringer et les psiotiques. A noter que le scénariste est celui du film Premier contact de Denis Villeneuve, dont l'intelligence m'avait marqué.

    Ce qui donne un intérêt réel à ce comic c'est son humour et son aspect décalé: le choix de raconter l'histoire de mutants recalés dotés de pouvoirs tout à fait pourris, est gonflé et permet de se concentrer sur autre chose que des affrontements apocalyptiques auxquels l'industrie du comics nous a malheureusement trop habitués. Nikki communique avec les pigeons, Owen fait apparaître des objets tout à fait inutiles (genre parapluie ou aspirateur...), Avi se transforme en statue et le quatrième comparse fait briller les objets... on a vu plus impressionnant comme héros! On assiste donc à des combats totalement second degré mais aussi à des personnages qui assument leurs capacités et se débrouillent pour contrer les menaces, qu'elles viennent de Harada ou du tueur, une sorte de cyborg végétal, croisement entre Groot et Robocop.Ce méchant est à mon sens la seule faute de goût des auteurs, son design n’étant pas particulièrement heureux.

    Le dessin du duo espagnol adopte une sorte de ligne claire transposée dans l'univers SF de Valiant et surtout rehaussée de tonalités chromatiques calées sur chacun des personnages. On va donc passer de séquences à dominante rose pour Nikki à d'autres vertes ou bleu-gris. Cette esthétique est vraiment réussie et donnent à l'objet global un véritable intérêt graphique (les traits en eux-même sont très sympa également mais comme toute ligne claire, assez sobres). A cela s'ajoute un découpage très réussi utilisant beaucoup de successions de cases verticales provoquant des effets de ralentis ou de comique de situation. Mention spéciale enfin aux deux épisodes "#0" sur les deux personnages principaux et notamment celui sur Nikki qui enchaîne des cases pleine largeur en mode "plan fixe" sur Nikki qui nous relatent l'année passée, du lycée à la fondation Harbringer et l'apparition de ses pouvoirs. Outre le découpage, on plonge donc directement dans la naissance d'un psiotique et c'est très intéressant.

    D'un album qui semblait d'une assez modeste ambition, on aboutit ainsi à un projet qui aide le nouveau venu à pénétrer en douceur dans l'univers Valiant, crée une familiarité avec des personnages et un dessin soft qui pourra même intéresser les non férus de fantastique. Un joli bouquin assez tendre, loin du bruit et de la fureur d'un Bloodshot et autres Harbringer wars. Cela donne une autre vision de ces histoires et parfois cela fait du bien.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/07/07/secret-weapon