Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A u tour de Denis-Pierre Filippi et Fabrice Lebeault de prendre en mains Spirou le temps d’un album. Après douze tomes regardant plutôt vers le passé et une certaine nostalgie, Fondation Z fait le pari de l’anticipation à grand spectacle. Quelque part dans un futur (et une galaxie) lointain, une rébellion gronde. Un nouveau cadre et une redistribution totale des rôles et des personnalités, les auteurs ont vu grand, très grand.

Malheureusement, la lecture provoque un certain malaise. Non pas parce que les protagonistes et l’esprit de la série chère à Charles Dupuis n’est plus trop reconnaissable. Il s’agit d'un Spirou de …, il est donc normal que le résultat bouscule les habitudes. C’est plus dans ses fondements que le récit se montre bancal : où sommes-nous et que se passe-t-il ? Peu ou prou d’informations sont disponibles. Le lecteur est quasiment obligé de deviner ou d’imaginer une bonne part du pourquoi et du comment pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants de l'action. Difficile dans ses conditions d’être réellement captivé par le déroulement des évènements. Quid du groom et ses amis dans tout ça ? Ils sont bien là. Le scénariste a trouvé quelques astuces originales (Seccotine en grande sœur, un Spip cybernétique, etc.), mais globalement il a préféré laisser tomber la mythologie d’origine pour repartir à zéro.

Par son allure et son design, ce monde fait immédiatement penser à Horologiom et pas qu’un peu. En effet, les inventions graphico-mécaniques de Lebeault sont de retour pour le plus grand plaisir des amateurs des aventures de Mariulio. Le tout est également saupoudré d’un soupçon space opera façon Georges Lucas et Luc Besson. De plus, le dessinateur a évidemment truffé ses planches de clins d’œil à la série-mère. L’ensemble est admirable, d’une richesse graphique époustouflante, mais, il faut bien l’avouer, quelque peu étouffant.

Très, voire trop extrême et passablement embrouillé, Fondation Z désarçonne au premier regard et déçoit sur la longueur. À force d’avoir voulu jouer l’originalité à tout prix, les artistes ont un peu perdu de vue l’objectif d’un tel exercice de style : utiliser à bon escient un personnage symbolique du 9e Art dans une bonne histoire, tout simplement.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Spirou et Fantasio (Une aventure de.../Le Spirou de...)
13. Fondation Z

  • Currently 2.75/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.8/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    biggyjay Le 27/08/2018 à 19:58:33

    Une aventure surprenante pour ne pas dire déroutante et plutôt mauvaise au final.
    L’entrée en matière surprend, amuse et très vite perturbe. Pourquoi Spirou dans l’espace ? Qui est-il ? Qu’est-ce que la Fondation Z ?
    On imagine alors ce que pourrait donner un exemple du même genre : D. Vador est employé de bureau et son chef, Monsieur Sidious lui en fait baver mais, de temps en temps, il garde le fils de sa voisine, le jeune Luke à qui il apprend à jouer au freesbee. Tout ça n’a ni queue ni tête... mais l’impression qu’on a en lisant cet album est la même. C’est compliqué. Donc, pour lire Fondation Z, il faut s’accrocher. Alors, on s’accroche. Mais vraiment, pour le coup. Puis on semble percevoir des éléments connus et enfin arrive le dénouement ! Et là, on se dit : « Ah ouais ! Tout ça pour ça !? »
    Ce qui pêche dans cet album, c’est le scénario. Pas dans l’écriture mais bien dans le concept ! Le dessin est plutôt sympathique bien qu’un peu naïf !
    Sortir un tel album est osé et même dangereux car Dupuis montre qu’il ne maîtrise plus rien de ce qui fait Spirou... Pendant ce temps, l'éditeur annonce l’arrêt de la série principale (Spirou), de la série parallèle (Le Spirou de...) mais il va poursuivre les aventures de Spirou début XXe par Émile Bravo et lancer SuperGroom, un Spirou super-héros !
    On sent bien la maîtrise du personnage et de son héritage, là ! M'est avis (oui je sais, c'est toujours facile de critiquer) qu'il aurait fallu lorgner sur les américains qui savent faire perdurer des héros depuis plus de 80 ans. Je dis ça, je dis rien.
    Quoi qu'il en soit, ruiner le devenir d'un héros de BD, quel qu'il soit, n'a pas de prix. Merci Dupuis !

    Cellophane Le 25/08/2018 à 18:03:16

    J’ai eu du mal à entrer dans la BD (jusqu’au 4/5ème environ, c’est dire…).

    D’un côté, il y avait les dessins, qui étaient de très bonne qualité, présentant un monde futuriste crédible et intéressant. Un petit style vieillot, peut-être, dans le trait, volontairement certainement, mais qui ne m’a pas totalement emballé.

    De l’autre, il y avait le scénario.

    D’abord, il était un tout petit poil complexe à suivre. Mais surtout, ensuite, parce que je ne comprenais ni la cohérence ni la pertinence de l’histoire.

    Spirou qui est le frère de Seccotine, petit-fils du Comte de Champignac, avec tout un tas de lien bizarre entre les personnages…

    J’ai eu énormément de mal à me dégager de ça, à me demander « mais pourquoi ils ont pris Spirou pour compliquer cette histoire futuriste qui aurait pu être très bien si elle avait raconté une histoire One Shot ??? ».

    Et puis, il y a la fin…

    La fin qui justifie toute l’histoire et qui est absolument excellente, faisant passer cette BD d’un gros « bof » à un grand « Ah ! Ouais, quand même ! »

    Ne pas se décourager, donc, la fin est bonne !

    Saint -Jean Le 12/05/2018 à 21:40:36

    J'ai du mal à donner mon avis. J'ai aimé cet album mais c'est bizarre de retrouver Spirou et Seccotine dans un rôle proche de Laureline et Valérian. Enfin, c'est futuriste, étrange. J'aime beaucoup le dessin de Lebeault. Je le conseille quand même mais attention on sort de l'univers de Spirou.

    pierryves Le 15/04/2018 à 10:56:53

    Le 21 avril 2018 est le jour précis du quatre-vingtième anniversaire du Journal de Spirou et de son icône éponyme, et certains parmi les inconditionnels de la série qui porte son nom pourront trouver que FONDATION Z (qui sort la veille) est une bien piètre manière de rendre hommage à leur personnage favori. La lecture du résumé proposé par l'éditeur a effectivement de quoi choquer le puriste ou l'auto-proclamé comme tel : on y apprend que Spirou et Seccotine sont frère et sœur, que Champignac est leur grand-père, que Fantasio est un genre de mercenaire qui mitraille à qui mieux-mieux et que le tout se déroule dans un univers de space opera au design rétro-futuriste. Il a dû y avoir quelques crises cardiaques au pays des lecteurs appréhensifs, et il est vrai que lorsqu'on débute cet album, on se demande en quoi c'est du SPIROU. D'autant plus que l'entame est assez déstabilisante.

    Les choses ont un peu de mal à se mettre en place et l'on sent que Filippi a hâte d'en venir au vif du sujet et au cœur de l'action. Passé le premier tiers de l'aventure, les pages défilent effectivement avec beaucoup plus de facilité et de fluidité. On sent le scénariste content d'aborder enfin la partie qui l'intéresse et qui représente à l'évidence le pourquoi de cet album, la raison pour laquelle lui et son comparse l'ont créé. Et puis, tout naturellement, on en arrive à la conclusion – osée mais cohérente – qui fait le lien avec SPIROU & FANTASIO, la série-mère. Et ce lien constitue un hommage de bon aloi par rapport à l'anniversaire sus-cité.

    Le scénario est donc, dans l'ensemble, plutôt bien construit, mais il manque toutefois d'une certaine clarté. Après deux ou trois lectures, on se demande toujours en effet ce qu'est cette Fondation Z et quel est son rôle, par exemple. La mise en place est trop fastidieuse, notamment à cause des dialogues ; le gros point faible de Filippi. A force d'appuyer sur des expressions-bateau comme "petit frère" toutes les trois cases, ça sonne terriblement faux. C'est lourd et pénible. Ce genre d'expression artificielle est un poncif de scénariste (bédé ou ciné) tendant à prendre le lecteur pour un imbécile à qui on matraque l'idée que les personnages sont frère et sœur ; alors qu'on l'avait assimilé dès le premier dialogue entre Spirou et son père. Ajoutons un style qui manque de maturité et des références épaisses (la planète Hotooïne : Hoth + Tatooïne ou R2PO : R2D2 + C3PO de LA GUERRE DES ETOILES – le système Actarak : Actarus + GOLDORAK du manga du même nom, Wars Trek, l'unité d'avatar klingolarienne, la planète Franqua...), presque aussi écœurantes que celles pratiquées par Yann dans ses trois dernières participations à SPIROU VU PAR... et l'on finit de considérer que Filippi aurait dû s'adjoindre les services d'un véritable dialoguiste (la manière de s'exprimer de Fantasio semble parfois calquée sur celle de Han Solo – c'en est gênant tellement c'est visible).
    Bref, une somme d'éléments qui tirent malheureusement l'album vers le bas. Sans oublier une faute de français ("décade" au lieu de "décennie" planche 30), ce qui est toujours désagréable.

    Mais heureusement, comme le fond du scénario tient bien la route et comme le crayon et les pinceaux ont été confiés à Fabrice Lebeault, le résultat final reste valable. Car de son côté, le dessinateur se régale depuis la première case de la première planche – c'est palpable – et c'est grâce à son talent créatif que l'on passe sur les faiblesses de Filippi. Le créateur d'HOROLOGIOM se délecte toujours autant à concevoir des décors foisonnants et vertigineux ou à exprimer sa passion pour les véhicules improbables. Il parvient à donner une certaine poésie à cet univers pourtant froid ; dans une moindre mesure que dans HOROLOGIOM, certes, mais tout de même. Et c'est beau ! (on pense également à LA NEF DES FOUS de Turf dans la partie finale.) Mais son trait raide n'est pas toujours profitable pour les personnages un peu trop monolithiques et parfois curieusement proportionnés.

    Alors, au bout du compte, cet album constitue une sympathique bédé de science-fiction et d'aventure, riche de belles idées graphiques, malgré ses écueils. Ce n'est sans doute pas un des meilleurs SPIROU & FANTASIO, même s'il se rattache de façon maligne à la série-mère, mais on a tout de même évité le poncif du personnage qui a rêvé toute l'histoire ou celui de la bête réalité virtuelle, ce qui n'est pas rien. Cet hommage culotté permet donc de souhaiter un bon anniversaire à Spirou, et nous lui disons « A bientôt pour de nouvelles aventures ! » en espérant toutefois que sa crise d'identité éditoriale cesse bientôt et que sa belle série redevienne aussi palpitante qu'elle l'était au XXe siècle.