Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Batman - The Dark Prince Charming 2. Tome 2/2

11/06/2018 2112 visiteurs 7.0/10 (1 note)

Éternel romantique, le Joker souhaite offrir un bijou hors de prix à Harley Quinn. Il sollicite la collaboration de Bruce Wayne en mettant un peu de pression : ou bien il lui achète le collier évalué à 50 millions ou bien le psychopathe tuera une fillette présumée être le fruit d’une rencontre du richissime play-boy avec une serveuse. Et c’est sans compter sur la plus féline des criminelles qui brouille les cartes en convoitant le même caillou. Mais cette petite est-elle vraiment celle du richissime fêtard ? Si les tests ADN disent que oui, le doute subsiste cependant. Son héritière ou pas, le chevalier noir est déterminé à la sauver.

Le récit est joliment mené et les rebondissements se succèdent. Bref, cet album se lit tout seul. Mais au final, les 150 pages composant le diptyque tournent un peu à vide. Marini demeure un vrai professionnel, il connaît les mécanismes et il sait raconter une histoire, il y a cependant quelque chose de convenu dans l’adversité opposant Batman et le bandit au sourire terrifiant, de même que dans la relation trouble que le héros entretient avec Catwoman. La rivalité entre l’otage et la femme-enfant n’est pas inintéressante. La gamine a du caractère, elle tient tête à son ravisseur qui semble admirer son entêtement. Il y a dans cela quelque chose ressemblant à une mise en danger pour celle qui a gagné le cœur du vilain en jouant à la potiche.

Si le scénario laisse sur sa faim, le dessin se révèle exceptionnel. Les planches sont savamment découpées, les cases s’empilent et se bousculent, les changements de point de vue se multiplient, les scènes d’action sont spectaculaires et les gros plans saisissants. Les décors de bas-fonds, teintés de gothisme et nappés de couleurs foncées (souvent dans des teintes de marron), accentuent la noirceur d’une fable déjà dramatique. La distribution est également impeccable. L’homme en noir dégage sa légendaire assurance, le clown se montre plus fou que jamais, la muse du sociopathe endosse bien ses habits enfantins et la femme-chat porte admirablement le cuir.

L’auteur des Aigles de Rome ne réinvente pas les aventures de super-héros, mais il s’en approprie tous les codes pour proposer aux amateurs un agréable moment. Cela dit, le lecteur aurait apprécié que l’artiste injecte un peu de plus d’esprit franco-belge dans cette entreprise.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Batman - The Dark Prince Charming
2. Tome 2/2

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 18/06/2018 à 14:07:03

    Sur le premier volume sorti paru il y a peu j'avais été quelque peu mitigé, un peu agacé par la com' gargantuesque de Dargaud sur l’événement et par le caractère introductif du volume. Après la lecture de ce second tome qui clôt très joliment l'histoire, des confirmations et une information. Niveau fabrication, hormis une chouette couverture et une élégante maquette, on a le minimum syndical; un carnet comme sur le tome 1 n'aurait pas été un luxe.
    --------
    Je reconnais que je me suis trompé! L’impression mitigée sur le premier volume était bien due au découpage et confirme que l'éditeur aurait été inspiré de ne publier le volume qu'une fois clôture (surtout que la parution des deux tomes est très rapprochée). L'affaire est donc réglée puisque plus personne n'aura a attendre entre deux albums et je gage que Dargaud sortira à noël une intégrale joliment augmentée.

    Cet album est, me semble-t’il, encore plus axé sur le Joker que le premier et donne lieu à un humour noir très réussi, notamment dans la relation entre le clown, la gamine et Harley. C'est bien là l'innovation de ce titre qui introduit une lignée à un Bruce Wayne habituellement considéré comme incapable d'enfanter et d'avoir une vie relationnelle. Même si c'est par accident, on nous montre néanmoins le passé du jeune Bruce (ainsi que celui du Joker... ce qui est assez rare dans l'ensemble de l'édition Batman...) et ce qui aurait pu lui désigner une autre vie. Les scènes intimistes sont nombreuses et permettent de développer une psychologie complexe à un joker finalement pas si monstrueux que cela. Si la violence et le caractère adulte de "Dark prince charming" sont présents, Marini ne suit cependant pas les traces du tandem Snyder/Capullo (l'une des plus impressionnante variation mais aussi très noire). Comme je l'avais noté sur le premier volume, la filiation visuelle avec la trilogie de Christopher Nolan est cependant dommage (outre que je n'ai pas accroché avec cette esthétique réaliste) car elle perd l'originalité que l'on aurait attendu de l'artiste italien, qui semble néanmoins avoir pris un énorme pied à s'immiscer dans le monde du Detective. Néanmoins quel plaisir de voir un Gotham redevenu gothique et l'ombre de la chauve souris fondre sur les truands!

    Ce second tome donne lieu à quelques séquences remarquables, comme ce récital au piano du Joker dans une usine désaffectée montrant la bêtise de sa jolie copine, une citation de "singing in the rain" ou ce tordant face à face entre un Joker grimé en drag-queen et un Bruce Wayne bourru au possible. Comme souvent dans les histoires de Batman c'est donc encore une fois le Joker le clou du spectacle. L'auteur jour d'ailleurs très subtilement sur un quiproquo attendu concernant le titre: le Sombre prince charmant n'est pas forcément celui que l'on crois, notamment via une ultime pirouette vraiment réussie.

    Niveau action, Marini sort la grosse artillerie et maîtrise toujours aussi superbement son cadrage, son découpage, son rythme. Il parvient ainsi sur son double album à rendre aussi intéressantes les scènes de dialogues entre personnages, les panoramas nocturnes, les clowneries du Joker et les séquences testosteronées. DPC2.jpgJe pointerais juste une petite déception sur Catwoman, toujours aussi garce mais un peu délaissée. Il est vrai que sur une telle pagination il est compliqué de donner toute leur place à tous les personnage du panthéon batmanien et Marini semble avoir jeté son dévolu plutôt sur Harley Quinn (... logique vu que le focus va plus sur le Joker que sur le héros!).

    Cette aventure à Gotham d'Enrico Marini lui aura permis de se faire plaisir autant qu'à nous et de proposer aux novices en matière de super-héros une introduction franco-belge qui pourrait être le sas idéal pour pénétrer le monde des comics. Parvenant à respecter les codes de l'univers Batman sans trahir sa technique, Marini réussit haut la main la transposition. A se demander s'il est capable de rater quelque chose...

    A lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/06/11/batman-the-dark-prince-charming-2

    Erroll Le 17/06/2018 à 15:17:44

    Suite et fin... C'est assez affligeant en fait... Et vraiment dommage d'avoir autant bâclé ce qui aurait mérité d'être un bel évènement dans le monde de la bande dessinée...
    Alors ils se sont gargarisés à coup de déclarations dithyrambiques de Jim Lee (cf. début du 1er album), vautrés dans le caractère exceptionnel de cette première collaboration de DC Comics avec un auteur européen pour Batman, pour au final accoucher de ça ! Honnêtement, j'y vois véritablement une forme de manque de respect pour le lectorat.
    Bon, rentrons dans le vif du sujet : si graphiquement, l'album ne manque définitivement pas d'attraits, il pâtit d'un cruel manque de profondeur scénaristique. C'est très, très, très mal écrit. Les innombrables répliques nanaresques ("Vous voilà Papa à présent. La fête est finie fiston, bienvenue dans le monde réel."), poussives ("N'oublie pas que chauve-souris rime avec souris" ou le truc avec les syndromes de Stockholm et de Lima), ou à l'humour simultanément pompeux et douteux (Beethoven = bite au vent, Rachmaninoff = boeuf stroganoff...) ont ce mérite d'être raccord avec une histoire qui n'offre à aucun moment les gages de solidité qu'on est en droit d'attendre d'elle. Les ressorts narratifs sont tellement faibles qu'ils parviennent presque à ternir la classe naturelle du personnage de Batman. Mais ça rejoint ce que je disais aussi pour le premier tome : on peine à croire que Marini a véritablement respecté le personnage qu'il a eu le privilège de se voir confier.
    La cohérence du tout est elle aussi incroyablement bancale. Séparément, on trouve pas mal de scènes assez sympas, d'autant qu'elles sont, encore une fois, vraiment bien brossées. Agglomérées, ça donne un truc assez informe. C'est sans doute du aussi à la brièveté du format... Et en même temps, ils s'accordent le luxe de nombreuses planches facultatives. Tout le passage sur la colère de Batman qui veut retrouver le Joker, à cheval sur les deux albums, est très cool, mais au final, il n'apporte strictement rien au propos. Pire ! Il faut attendre que le Joker donne rendez-vous à Batman pour qu'enfin il le retrouve... Parfois, des grosses ficelles tirées pour être aussitôt abandonnées (ça valait vraiment la peine de les tirer du coup ?). Et un retournement final aussi grotesque et attendu qu'il aurait pu être puissant et surprenant...
    Bref, ça partait d'une vraie bonne idée et il y avait quelque chose à travailler, mais Marini est passé totalement à côté du filon. Vraiment, sur ce coup-là, il aurait du se trouver un auteur. Tout est prétexte à de jolis dessins, c'est tout. D'ailleurs, belle opé financière avec la galerie 9e art qui a revendu pas mal d'originaux à l'occasion... Et bravo à DC Comics pour ce joli coup de fric. J'attends impatiemment la sortie du tirage limité et de la version intégrale avec son double collector ! J'avoue que je me suis rarement senti autant pris pour un ***.

    Rody Sansei Le 16/06/2018 à 09:07:28

    Très peu d’intérêt pour la fin de ce dyptique. L’histoire est ultra basique et même si les dessins sont relativement bons (je pense que l’auteur a fait bien mieux dans le temps, moins brouillon), ça s’oublie tout de suite.
    Beaucoup de bruit pour pas grand chose, en somme.