Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

B ien que Max ne travaille pas comme poinçonneur aux Lilas, il est tout de même celui qu’on croise et qu’on ne regarde pas. Dans la rue, on l’ignore; lorsqu’il bavarde avec les gens, ceux-ci l’oublient aussitôt; même sa psy a du mal à demeurer attentive à ses confidences. Bref, il est transparent. Au sens figuré, ça va de soi. Mais voilà qu’il le devient aussi au sens propre. Au premier abord, la chose se révèle embêtante, elle lui permet cependant de cohabiter avec Léonie la ravissante rousse qui vit dans l’appartement du dessus. Il mange avec elle, l’écoute quand elle a le cœur gros, dort à ses côtés et lui fait parfois des trucs… mais elle ne le sait pas. En manque d’affection, la rouquine s’entiche d’un lourdaud. Le spectre accepte tant bien que mal ce ménage à trois. Cela pourra-t-il continuer bien longtemps ?

Quelques mois à peine après Betty Boob, Véronique Cazot est de retour avec une comédie romantique comme les aime Woody Allen. Dans Les petites distances, elle aborde avec intelligence les questions de l’amour, de la sexualité, de l’isolement social et de la peur de la solitude, le tout traité à la façon d’une fable ancrée dans le XXIe siècle. L’auteure prend tout son temps pour établir les portraits de personnages attachants et vulnérables évoluant dans un cadre pour le moins improbable. Tout au long de l’album, le lecteur se demande d’ailleurs comment l’écrivaine arrivera à conclure cette histoire invraisemblable. La cohabitation de madame et son fantôme est fascinante et appelle à une conclusion saisissante qui n’est malheureusement pas vraiment au rendez-vous. C’est au demeurant le seul reproche qui puisse être fait à ce récit fort plaisant.

Dans ce livre, Camille Benyamina adopte un style complètement différent de celui développé dans Violette Nozière et Chaque soir à onze heures. Le crayonné, nappé d’aquarelle, donne un rendu légèrement nerveux traduisant une fragilité en adéquation avec l’insécurité et les questionnements des protagonistes. Ses acteurs sont du reste très réussis, particulièrement les femmes. Le défi de cette aventure était évidemment d’illustrer l’homme invisible. L’artiste le relève avec adresse, tout simplement en le dessinant diaphane. Il est assis sur un canapé fleuri, alors on distinguera les fleurs à travers lui. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Et c’est heureux.

Une bande dessinée qui devrait sourire aux amateurs de Philippe Dupuy, Charles Berbérian, Grégory Mardon et tous ces bédéistes qui décrivent avec finesse et humour la jeunesse parisienne.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Les petites distances

  • Currently 4.08/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (12 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    bd.otaku Le 13/01/2019 à 18:49:04

    Lors de l’album précédent de Camille Benyamina ( l’adaptation avec Eddy Simon de Chaque soir à onze heures de Malika Ferdjoukh) le lecteur était un peu laissé sur sa faim : les relations n’étaient qu’ébauchées, les rebondissements parfois précipités. Avec ce one shot écrit en collaboration avec Véronique Cazot toute la palette des sentiments … et des couleurs se déploie !
    J’aime beaucoup l’alliance de l’orange pimpant, solaire et « léonin » et du blanc « transparent » qu’on trouve dès la couverture puis tout au long de l’album et qui finit par caractériser les personnages. J’ai trouvé géniale l’utilisation « tremblée » que faisait la dessinatrice du gaufrier pour traduire le mouvement, et la transformation des cases en arrondis pour montrer les angoisses de Léonie ou au contraire les vraies « bulles » de bonheur des petites choses du quotidien. J’apprécie également les illustrations pleines pages où les couleurs pastel font tout passer, même les scènes un peu crues !
    Pour montrer l’invisibilité de son héros, Cyril Bonin choisissait dans L’homme qui n’existait pas d’en faire un peu un Passe-muraille à la Marcel Aymé et utilisait une palette de bleu et de vert pour le dépeindre en contraste avec les couleurs chaudes de la vraie vie. J’adore la solution de « transparence » adoptée par les deux auteurs (lorsque Max est par exemple sur le canapé) et l’utilisation de couleurs un peu délavées pour montrer la deuxième dimension dans laquelle évolue le héros ; le fonctionnement « en dédoublement » des objets imaginé par Véro Cazot est lui aussi vraiment inventif.
    C’est un travail extrêmement abouti qui mélange les genres : vaudeville (le triangle amoureux des voisines et du mari un peu benêt), satire (ah la psy ! ah le coloc relou et le hipster à deux neurones), comique (la mine et la verge réjouies de Max au parc m’ont valu un bon fou rire !) ; propose des personnages vraiment individualisés et croqués à la perfection qui ont le temps de s’épanouir sur les 120 pages. Ce roman graphique est à la fois une belle tranche de vie, une métaphore superbe sur « l’ultra moderne solitude » (le côté dégingandé et lunaire de Max me rappelle d’ailleurs un peu Souchon) et une extra-ordinaire histoire d’amour. La seule chose qui m’a moins convaincue est l’histoire de Maximilien que j’ai trouvée trop redondante par rapport à l’intrigue principale et trop grandiloquente. Il me semble que la simple mention du déni de grossesse de la mère aurait suffi à faire comprendre que Max était voué à l’invisibilité » dès sa naissance ….
    Alors en résumé : j’ai passé vraiment un moment aussi délicieux avec Max et Léonie que doit l’être la mousse framboise pistache des jardins de Léo !

    Exydius Le 23/10/2018 à 11:54:38

    Difficile de noter cet album, tant l'ambiance, le concept et le dessin m'ont plu mais la fin m'a laissé un gout de trop peu.

    Un peu comme "la9emebulle", j'attendais un petit plus, pour moi il manque quelques pages de transition sur la fin ...

    Cet album m'a par contre fait découvrir une dessinatrice dont je suivrais le travail avec grand intérêt ! Certaines pages sont vraiment sublimes, la colorisation et les visages très doux ...

    Ma note : 3,5/5

    la9emebulle Le 01/05/2018 à 09:41:52

    Bien aimé, joli dessin, je suis peut-être passé à côté de l'histoire avec cette invisibilité, ce compagnon, j'attendais quelque chose, je ne sais pas quoi, mais en tout cas plus ! Je suis partagé.
    J'ai aimé tout de même ce moment de lecture...