Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D oit-on juger d’une adaptation au regard de l’œuvre adaptée ou pour elle-même, se demanda-t-il ? Après un bref instant de réflexion, il reposa le livre et la bande dessinée sur la table basse et se dit que cet éternel dilemme était sans importance, car s’il était normal de comparer les choses, encore devaient-elles être comparables !

Paresseux mais consciencieux, il avait achevé une lecture laissée en suspens depuis près de trente ans. Cet exercice eut le mérite de raviver quelques images d'un été passé, de pages finalement abandonnées sur la plage, d’une insupportable futilité intellectualisée et d’un dilettantisme égocentrique aussi sadique que puéril ! De cela, il ne retrouvait que peu de chose dans le travail de Frédéric Rébéna. L’histoire était – malgré nombre de petits changements - globalement la même. Toutefois, elle pâtissait de cet ascendant que le verbe prend généralement sur l’image : lire un roman, c’est s’imaginer, lire une bande dessinée, c’est regarder…

Dans le cas présent, les dialogues apparaissent comme plaqués sur des cases, telles des balises permettant la correspondance entre le roman et l'album, sans cependant faire totalement sens avec le récit ! In fine, ne s’agissait-il pas d’une succession de passages se prêtant au mieux à une transcription graphique, de morceaux choisis et amendés uniquement dans le dessein de s’émanciper d’une autrice par trop envahissante ? Tentative vaine et inutile car, à l’évidence, il n’y avait pas de réelle volonté de rompre avec le fil narratif originel, seulement de le mettre en images. À ce propos, il remarqua que les physionomies épurées, l’ombrage aux traits appuyés et une colorisation jouant du noir portaient l’esthétique de Bonjour tristesse, mais passaient à côté des désirs et des névroses des personnages.

S’arrêtant là, il se dit que son erreur fut de relire Sagan, avant !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Bonjour tristesse

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.