Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L es épisodes de Pin-Pin le lapin pompier se suivent et se ressemblent. Tellement que plus personne n’y fait attention ; le directeur de collection néglige même parfois de lire les planches avant de publier les albums. Les choses basculent lorsqu’un des personnages y va d’une déclaration enflammée : « Ma femme a le feu au cul ». Et ce n’est que le début. Les enfants se plaignent, la police intervient, les éditeurs paniquent, prennent la fuite et partent à la recherche de l’auteur. Pendant ce temps, ce dernier, convaincu d’être sur la bonne voie, leur expédie des compositions glauques.

Le lecteur y voit des soldats mutilés, des mers d’urine, des vieillards sodomisés ou encore une martyre sur le point de se faire exploser (nerveuse lorsqu’elle s’imagine seule avec soixante-dix puceaux). Bref, Sébastien Munoz tire sur toutes les cibles, il n’y a pas de censure et il n’y a pas de tabous. L’ensemble s’avère sympathique, souvent amusant, mais présente ses limites, notamment un rythme de lecture assez rapide et une trame narrative un peu mince, assurée par quelques pages racontant la poursuite de l’écrivain dépressif. Il est d’ailleurs tentant de tracer un parallèle avec un célèbre bédéiste belge qui, frappé de surmenage, a délaissé son public enfantin pour se consacrer à ses Idées noires.

La plus grande partie de l’ouvrage relève davantage du dessin de presse que du neuvième art ; il n’y a pas de cases et pratiquement pas de phylactères. Le trait, caricatural et ludique, offre un intéressant contrepoint au sombre propos. L’exercice permet par ailleurs à l’artiste de démontrer sa polyvalence en intégrant des segments de bande dessinée de deux styles très différents. Enfin, la colorisation ajoute un niveau de sens : les illustrations se révèlent presque exclusivement en gris, la quête des acteurs adopte un ton sépia et les aventures du rongeur la pleine couleur.

Un recueil hilarant qui plaira aux nostalgiques du magazine AAARG, lequel se trouve maintenant sous l’aile de Glénat. Mauvaises mines est du reste une des premières publications de la collection GlénAAARG.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Mauvaises mines

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.