Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les chevaliers d'Héliopolis 2. Albedo, l'œuvre au blanc

14/05/2018 835 visiteurs 6.0/10 (1 note)

D ix-sept a réussi brillamment son épreuve initiale, il est maintenant Asiamar. Cependant, aux yeux de ses maîtres, il lui reste manifestement beaucoup de chemin à parcourir pour évoluer vers un véritable chevalier d'Héliopolis. Passant outre son manque de maturité et d'expérience, la confrérie lui confie une mission de première importance : contrer la montée en puissance d'un dangereux individu auparavant pressenti pour devenir membre. En effet, son âme s'est laissée corrompre par le pouvoir. Son nom ? Un certain Bonaparte...

Alors que le quinzième et dernier volume des lettres de l'empereur parait chez Fayard - hasard des sorties - Alessandro Jodorowsky exploite le deuxième test de son nouveau protégé pour proposer son idée du « petit caporal », pris dans une folie mégalomaniaque. La majeure partie de l'ouvrage lui est consacrée, de la campagne d'Égypte à son sacre en 1804. C'est donc l'occasion pour le lecteur de découvrir un portrait antipathique au possible : imbu de lui-même, individualiste, intraitable et jusqu'auboutiste, mais ayant le don de conquérir les pays et de rassembler les foules. Cette représentation hallucinée se joue des flous historiques entourant le « général Vendémiaire » et le montre à la fois comme un génie politique, un dictateur insatiable et un mystique paranoïaque. Face à une telle personnalité, le caractère du jeune héros souffre de la comparaison et pourrait paraître de ce fait un peu fade.

Aussi à l'aise avec le faste des Tuileries qu'avec le Sahara aride, dans les panoramas ou les scènes de combat, Jérémy a bien compris l'exubérance requise et l'exprime avec force détails et une belle vitalité, parfaitement en phase avec le scénariste.

L'Albedo profite à Napoléon : sa lumière éclipse quelque peu l'aura de l'apprenti, sans que cela dérange pour autant. L'ésotérisme imprègne un peu plus l'esprit de la série, qui l'eût cru ?

Lire la chronique du tome 1

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les chevaliers d'Héliopolis
2. Albedo, l'œuvre au blanc

  • Currently 3.45/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    docteur fil Le 23/05/2018 à 19:14:24

    Non, vraiment non : je n'adhère plus du tout aux délires de Jodorowski ! Quel dommage pour un aussi bon dessinateur...

    kergan666 Le 13/05/2018 à 19:48:54

    je suis plutôt bon public d'habitude mais, là, non!
    pourtant je suis un fan d'héroic fantasy et d'histoire avec un grand H.
    le mélange des 2 aurait pût me plaire mais il m'a été impossible d'accrocher.
    les dessins sont certes très beaux mais le scénario est trop capillotracté pour moi.
    je vais donc m'arrêter là.

    Arnusse Le 13/05/2018 à 08:08:09

    L'histoire se base sur des faits réels, tout en les modifiant par la suite pour créer cette montée en puissance vers la recherche de la vie éternelle. Si l'on accepte ce principe d'uchronie, alors on peut se laisser emporter par les dessins très réalistes qui nous livrent les sentiments exacerbés des personnages confrontés aux choix de l'Histoire.

    feldmur Le 05/05/2018 à 21:17:04

    Incontestable chef d'oeuvre mais avec une coquille historique de taille ...
    Le narrateur cite en page 51 l'expulsion de Louis XVIII par Napoleon; nous sommes donc dans les fameux "100 jours" après le retour d'Elbe, du 1er mars 1815 au 7 juillet 1815.
    Puis en page 53 le narrateur aborde le sacre de Napoleon du 18 mai 1804.
    Ergo, problème chronologique ...

    la9emebulle Le 23/04/2018 à 15:14:50

    Sans intérêt, déçu de la tournure de ce deuxième tome, on se retrouve avec Napoléon Bonaparte en Égypte, pas de liant avec le tome 1 et je reste déçu également sur le dessin...

    kurdy1207 Le 23/04/2018 à 13:33:39

    Rien d’historique dans ce deuxième volume, mais un délire scénaristique de Jodorowsky qui me plait pas mal. Le dessin de Jérémy comme toujours est au top. J’ai été quand même assez décontenancé par le scénario où Bonaparte prend les quatre cinquièmes de l’histoire à lui tout seul. Mais bon, je ne me suis pas ennuyé et suis plutôt curieux de la suite qui sera donnée.