Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Asphodèle 4. La Nuit du Masque

13/06/2005 8472 visiteurs 4.5/10 (4 notes)

B rian Freeman, sous l'emprise d'un Stryge, est chargé de tendre un piège à sa compagne Asphodèle. Cette dernière, secondée par Angela Cooper et Graham Gallagher, veut affronter les Stryges afin de libérer son ami. Pourquoi ces derniers s'intéressent-ils tant à Asphodèle ? Quels liens y a-t-il entre ces monstres et le père de l'héroïne, à savoir Satan en personne ?

Suite et fin de ce deuxième diptyque de la série qui se situe chronologiquement avant le premier. Corbeyran a visiblement beaucoup d'ambitions pour cette série, au moins commercialement parlant, et cela passe par une utilisation des Stryges, filon qui a déjà fait ses preuves. Toutefois, après un premier tome agréable amenant une touche intéressante, celui-ci est plus indigeste. En effet, comme dans le premier cycle, Asphodèle va plonger dans une dimension parallèle pour affronter son père Satan, laissant son enveloppe terrestre dépendante d'un mystérieux masque que ses ennemis voudront détruire. Mais la sauce ne prend pas car même si on en apprend un peu plus sur ses origines, Asphodèle n'est pas un personnage attachant. Par ailleurs, si les Stryges avaient pris la vedette dans le premier tome, ils jouent ici un rôle des plus secondaires au point que l'on se demande quel est l'intérêt de les faire intervenir.

Defalli, quant à lui, continue à nous servir un graphisme soigné et honorable, si l'on excepte certains gros plans hasardeux sur des visages. En revanche, les mise en couleur est toujours aussi glaciale et peu avantageuse.

En 2006, les éditions Delcourt annoncent 6 albums d'Asphodèle qui paraîtront bimestriellement. C'est un pari commercial osé dont la réussite devra à tout prix passer par des récits plus captivants et surprenants.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
4.5

Informations sur l'album

Asphodèle
4. La Nuit du Masque

  • Currently 2.86/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (64 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BIBI37 Le 10/02/2010 à 22:48:39

    Fan d'asphodèle ou des Stryges passez votre chemin.
    Le scénario nous livre une histoire trop peu originale ou trop raccourcie pour nous captiver.
    Coté dessins ils sont irréprochables mais restent perfectibles.
    Une grosse déception.
    5/10.

    Christophe C. Le 18/03/2006 à 17:47:11

    Globalement dans cet album l'histoire tourne un peu en rond et n'aboutit pas vraiment à grand chose. L'histoire n'avance pas vraiment que ce soit au niveau de l'univers des Stryges dont on en apprend pas des masse ou au niveau de l'histoire d'Asphodèle la seule vrai explication que l'on ai c'est la raison pour laquelle elle refusera par la suite de se rendre dans la dimention où se trouve son "père". Bref l'intrigue est globalement assez inutile