Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

En roue libre

07/05/2018 1087 visiteurs 7.0/10 (1 note)

G amin, Tonio n’avait peur de rien. Pour impressionner ses camarades, il a fait toutes les fanfaronnades imaginables… même celle qui lui aura presque été fatale. Désormais adulte, il se déplace en fauteuil roulant. Aigri, le matamore est seul et paumé. Despote et centré sur lui-même, il tue le temps en parcourant les rues où il peste contre tout un chacun. Un copain lui témoigne de la sollicitude, mais le casse-cou le transforme en souffre-douleur.

Gilles Rochier signe le scénario de cette improbable amitié. L’histoire se révèle sommaire, le rythme lent et les rebondissements rarissimes. Et pourtant ça fonctionne. Par courts épisodes, certains actuels, d’autres tirés de l’enfance, l’auteur raconte la triste existence de celui qui n’a plus la capacité de sauter les clôtures, grimper sur les grues ou braver les molosses. L’intérêt de ce récit se trouve aussi dans ce qui n’est pas exprimé. Par exemple les noms. Si celui de l’égocentrique est mentionné des dizaines de fois, les autres personnages n’en ont pas. Ils sont « mec », « chef », « les filles », « tata » ou encore « ma sœur », comme si un seul acteur pouvait être nommé. De la même façon, la vie de celui qui lui est resté loyal est pratiquement passée sous silence ; le lecteur entrevoit ses enfants et sa compagne, mais la famille ne mérite pas de réelle considération puisque tout doit graviter autour d’un individu qui a toujours été au centre de l’attention.

Nicolas Moog situe l’action d’En roue libre dans une cité grise, bétonnée et carrée. Gratifiés d’un peu plus de rondeurs, ses interprètes rappellent ceux de Manu Larcenet à l’époque du Retour à la terre. Le trait de l’artiste est habituellement minimaliste, les décors sont simples, voire inexistants et les personnages succincts. Privilégiant une double monochromie, les couleurs de Jiip Garn sont à l’avenant. Il n’y a pas de lumière dans ce monde dépeint en gris, les rares éclaircies demeurent celles proposées par les va-et-vient dans le passé que le coloriste dépeint en orange.

Une étrange fable sur une camaraderie asymétrique et malsaine sur fond de manipulation et de culpabilité.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

En roue libre

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.