Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le sentier de la guerre 1. Fort Buford

07/05/2018 1646 visiteurs 7.0/10 (1 note)

J uillet 1868. Lasse de peindre les mêmes scènes d'un quotidien morose, Diane Myers rêve d'horizons lointains et de paysages sublimes pour son pinceau. Convaincue que la guerre qui décime les tribus indiennes dans les grandes plaines de l'ouest Américain pourrait être son support idéal, elle se rend, contre l'avis des siens, au plus près des hostilités. Mais la jeune et jolie artiste pourrait bien malgré elle venir perturber le cours de l'Histoire.

Après «les pirates de Barataria» et plus récemment «l'Art du crime», Marc Bourgne signe vingt ans après l'avoir imaginé un western épique et tragique. Dosant habilement évènements historiques, personnages réels et imaginaires, l'auteur installe son héroïne fictive aux côtés de sommités qui ont écrit et marqué l'histoire des États-Unis, tels que Sitting Bull et Buffalo Bill. Toujours très inspiré, il poursuit avec l'efficacité d'une nouvelle flèche faisant mouche : immédiatement touché par un script inédit, le lecteur risque d'être convaincu. Bien documenté, Le sentier de la guerre fait aussi référence au traité de Fort Laramie et au soulèvement des Hunkpapas, retraçant fidèlement la révolte des chefs Sioux dans la défense de leurs territoires sacrés et la protection des peuplades.

De visages (trop) pâles et dénaturés, il en est question dans le dessin de Didier Pagot (Le chineur, Pandora box) lesquels manquent férocement de netteté et de justesse sur les gros plans. Beaucoup plus à son aise pour les personnages en mouvements, - chevaux, diligences, baraquements et costumes d'époque - le coquin s'est fait plaisir – et pas seulement à lui - sur deux planches de scènes torrides et sur une troisième de squaws dénudées. Plaisant dans son ensemble, le graphisme est correctement mis en couleurs par Zuzanna Zielinska croisée auparavant sur Les Maîtres saintiers.

A l'ouest il y a donc du nouveau ! Sur un rythme soutenu et qui ne souffre d'aucun répit, Le Sentier de la guerre se goûte d'abord sans faim puis se dévore tout cru comme le cœur encore chaud et palpitant du bison fraîchement abattu.

Par D. Roy
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le sentier de la guerre
1. Fort Buford

  • Currently 4.13/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 24/08/2018 à 16:43:06

    J'ai passé un "bon" moment de lecture, si tenté qu'on puisse se délecter d'un sujet aussi dramatique que l'holocauste des indiens d'Amérique.

    Le sujet est fort, intéressant, lorgne du côté de "danse avec les loups" (inévitablement...), et ne donne pas forcément une juste image des indiens, de ce qu'ils ont vécu.

    Leur côté guerrier, par exemple, je n'y crois pas plus que ça.
    L'Europe a passé son temps à se faire la guerre, à travers les siècles, d'une région à l'autre, d'un pays à l'autre, et ce n'est pas l'indien qui est belliqueux, mais l'homme, quand il est question d'espace vital et d'expansion.

    N'empêche, l'histoire se lit bien, parce qu'elle est bien écrite.
    Le scénariste sait y faire, et ce n'est pas une surprise pour qui lit déjà "pirates de Baratavia".

    Le dessin, par contre, mériterait plus de netteté.
    Le dessinateur sait positionner ses personnages, dessiner des décors, illustrer le mouvement, mais les visages sont un peu moyen.
    A une autre époque, ce dessinateur aurait continué à travailler comme assistant d'un dessinateur confirmé.

    La suite ne s'annonce pas joyeuse, fatalement.
    Un album à réserver aux personnes non dépressives !