Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sang de Sein

30/04/2018 2855 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

Écrivain chouchou du public, de la critique et des médias, Brieg Mahé a décidé d’organiser une rencontre avec les meilleurs spécialistes du polar dans le but d’écrire le roman policier parfait (rien que ça). Comme il aime faire les choses en grand, il a même convaincu les autorités de lui prêter le phare d’Armen pour quelques jours. Lieu mythique (et hanté à ce qu’il paraît), air du large, météo contrastée et chouchen à volonté : les ingrédients parfaits pour remplir un week-end à tuer ?

Après l’Île d’Ouessant (Ouessantines) et Belle-Île en Mer (Belle-Île en père), Michel Weber et Nicoby continuent leur tour de Bretagne en s’arrêtant à l’Île de Sein et son fameux phare avec Sang de Sein. Véritable whodunit qui s’amuse à asticoter le monde littéraire, l’album reprend tous les éléments obligés du genre. L’intrigue s’avère classique et, sans être totalement cousue de fil blanc, logique et recelant juste ce qu’il faut de surprise. Plus intéressante, la galerie des personnages se montre particulièrement succulente. Un auteur à succès mégalo, un autre aigri, une cinéaste revenue de tout, un historien perdu dans ses références et un brave inspecteur à la retraite se retrouvent à cohabiter à l’intérieur d’un bâtiment étriqué et reclus. Les échanges sont rudes et les remarques assassines (!) fusent à tout vent. Très bien construite, la narration se déploie tranquillement alors que la tempête approche. Quand celle-ci se déchaîne, c'est par l’intermédiaire de moult coups de théâtre. Ces effets de manche sont, certes, un peu téléphonés, mais attendus vu la nature du propos. De plus, sans en avoir l’air, Michel Weber rend également un hommage sincère aux anciens, Agatha Christie au premier chef.

Aux pinceaux, Nicoby se fait plaisir en illustrant une fois de plus son petit coin de pays. Dès que l’action se transporte dans l’Enfer des enfers, il a l’occasion de donner une belle leçon de découpage et de mise en scène. Le huis clos est parfaitement orchestré et évidemment rempli de plongées et contre-plongées acrobatiques. Loin du romantisme exacerbé d’Emmanuel Lepage, le dessinateur réussit néanmoins à rendre une bonne partie de la grandeur dramatique de cet endroit fabuleux.

Sympathique et très bien réalisé, Sang de Sein offre un excellent moment de lecture à suspens entre terre et mer.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Sang de Sein

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (1 vote)

  • Nicoby
  • Kness
  • 04/2018 (Parution le 02/05/2018)
  • Vents d'Ouest
  • 978-2-7493-0829-6
  • 136

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 26/09/2018 à 14:20:50

    La BD commence bien.

    Si j’ai eu un peu de mal avec le gros trait, les couleurs simples, le manque de détail, je me suis assez vite glissé dans l’histoire – qui, en plus, se révélait mystérieuse de prime abord.

    On est partout, on ne comprend pas tout, les liens se tissent au fur et à mesure, c’est un plaisir de se laisser entraîner.

    Et puis vers la moitié de l’ouvrage, on glisse dans quelque chose de plus classique, une enquête déjà vue, qui manque d’originalité…

    Le mystère retombe pour proposer quelque chose de plus fade que le début, jusqu’à un dénouement deus ex machinien qui ne m’a absolument pas convaincu, dommage.