Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ça a mis le temps, mais internet (et le XXIe siècle) est enfin arrivé au Paradis. Quoiqu'omniscient, la tâche de Dieu est ainsi grandement facilité par la modernité. Et du boulot, il y en a ! Renégocier les contrats avec les autres religions, améliorer le marketing de la marque, garder un œil sur le fiston qui a des envies de retour, etc. Sept jours pour la Création, une éternité de problèmes administratifs. Si ça continue, il va y avoir de l’Armageddon dans l’air.

James a pris de la hauteur et raconte le présent en mode déconnade. Alors que l’idée de prendre Dieu comme témoin n’est pas nouvelle, la manière s’avère efficace et éminemment rigolote. Marie devenue une Femen ou les cravatés de Goldman Sachs qui demandent des comptes, le scénariste n’a eu qu’à se baisser pour trouver des munitions et faire enrager son céleste héros. Le procédé est bien rodé et les clins d’œil abondent. Évidemment, comme c’est pratiquement toujours le cas pour ce type de récits courts originellement parus en magazine, le passage au recueil estompe une partie de l’impact des histoires.

Avec un style typé « Fluide », Boris Mirroir s’amuse également beaucoup en dépeignant ces tribulations œcuméniques et autres. De plus, malgré des influences passablement remarquables, il sort son épingle du jeu grâce à une mise en scène bien pensée. Rictus ébahis ou effondrés de circonstance et attention spéciale aux petits détails qui tuent, le résultat fonctionne et les rates se dilatent à qui mieux-mieux.

Avalanche de bons mots, références à gogo et un côté irrespectueux à souhait, Dieu point zéro surfe sur son époque avec la même avidité que celle du bas clergé constatant la décadence morale de leurs ouailles.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Dieu point zéro

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.