Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Imastu

22/03/2018 2920 visiteurs 6.0/10 (1 note)

U lrica, une fillette visiblement en état de choc, a été placée dans une institution spécialisée après une tragédie. L’endroit est sévère, gris et morne. Seule avec elle-même, elle attend et regarde vers l’horizon en gardant ses colères à l’intérieur.

Pour son premier album, Jérémie Horviller propose une fable triste à hauteur d’enfant. Muet, rempli d’un symbolisme de tous les instants, le scénario plonge le lecteur dans le quotidien d’Ulrica. Plutôt que de documenter cette situation inquiétante et méconnue comme l’avaient fait Dav Guedin et Craoman dans Bray-Dunes 99, l’auteur a choisi d’explorer la psyché même de la jeune fille. Un univers rempli de formes, d’impressions, de peurs et, très rarement, de quelques bribes de souvenirs d’un avant fantasmé et hypothétique. Une maman, un papa, une famille entière qui a disparu après une catastrophe incompréhensible pour cette gamine à peine sortie de l’enfance. Loin d’uniquement se focaliser sur son sujet central, la narration reste très ouverte et laisse la place à toutes les interprétations (conte sur l’innocence perdue, rite de passage halluciné, etc.).

Pour peupler ces songes mélancoliques, le dessinateur manie un noir et blanc sans compromission rappelant la linogravure par moments. Il a également semé de nombreux rappels, sous forme de clins d’œil, à différents artistes du passé : Van Gogh, Diane Arbus, Hokuzai, Otto Dix et, presque logiquement vu les tourments de l’héroïne, Edvard Munch. L’étrange atmosphère mêlant réalité et imaginaire qui en résulte s’avère des plus réussies. Par contre, pour bien apprécier cet imbroglio mental, il est nécessaire et même indispensable de prendre son temps en abordant l’album. Tout ne va pas de soi pour celui qui ose s’aventurer dans les replis l'âme.

Angoissant, mais touchant, Imastu est exigeant et globalement maîtrisé. Jérémie Horviller réalise là une excellente entrée en matière dans le monde du 9e art.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Imastu

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.