Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Renato Jones 1. Saison une : Les Un%

19/03/2018 1360 visiteurs 7.0/10 (1 note)

R enato Jones a un vieux différent à régler avec les Uns %, cette frange de la population qui - à elle seule - possède autant que les 99% restants ! Tant de richesses dans si peu de mains induit inévitablement une certaine propension à se croire au-dessus des lois qui régissent le commun des mortels. Le problème, pour eux, c’est que Renato Jones veut leur faire rendre gorge pour leur suffisance et leurs excès. Pourquoi ? Voilà une très bonne question !

Attendue fin 2017, voici que la version française de The One % se retrouve dans les bacs de librairies.

Alors si le fond de l’histoire trouve en ces périodes de recomposition électorale un écho dans l’actualité, la solution proposée s’avère plus que radicale. « Faire payer les riches » un slogan remis au goût du jour par Kaare Andrews qui s’emploie vraiment à la chose, par dessins interposés, il s’entend ! Toutefois, que personne ne s’y trompe, il ne s’agit pas d’un énième remake de Robin des bois, puisqu'ici, entre la bourse ou la vie, c’est cette dernière qui est volée… Alors si le jaune de la couverture et une relative facilité à tailler dans le vif ou à tirer dans le tas peuvent rappeler la frénésie d’un Tarantino, le rôle de justicier tourmenté n’est pas , non plus, sans présenter certaines similitudes avec quelques comics, mais avec un côté mauvais garçon nettement plus marqué et assumé. Cependant, afin de ne pas se laisser gagner par un manichéisme réducteur entre le Bien et le Mal, une kyrielle de seconds rôles vient équilibrer et relativiser la croisade de Renato Jones. Du philosophique ? Peut-être ! Du politique ? Pourquoi pas ! Mais avant tout, et surtout, une sacrée dose de second degré, de régressif et de transgressif à souhait. Flinguer à tout va de vrais salauds tout en se donnant bonne conscience… quoi de mieux ?

Graphiquement, le résultat est plus contrasté. Frôlant le "génial" tout en ne pouvant s'éviter des planches à la composition un tantinet brouillonne, ce premier volume souffle le chaud et le froid mais ne peut laisser insensible. Si l’implication et la force mises dans cet exercice altèrent parfois la fluidité de lecture comme la compréhension du récit, il ne peut être retiré à l’ensemble un impact visuel qui doit beaucoup à la culture tant cinématographique que graphique de Kaare Andrews.

Alors comme à l’accoutumée sur ce type d’album, les avis seront contrastés. Quoi qu’il en soit à la fin de cette Saison une, il n’y a aucune raison de ne pas rempiler pour la suite !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Renato Jones
1. Saison une : Les Un%

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Franckchen Le 17/02/2018 à 16:44:37

    Ce qui est sympa avec ce comic, c'est qu'on a affaire à une œuvre d'un seul et unique artiste. Bon, après c'est peut être exagéré et il en joue, déjà sur la couverture : [quote]créé, écrit, dessiné, colorisé et [b]possédé [/b]par Kaare Kyke Andrews[/quote].

    Il a donc les pleins pouvoirs et peut faire transpirer à 100% ce qu'il a souhaité réaliser. Même si cela peut tourner un peu au narcissisme...

    Concernant le fonds, le fait d'attaquer les ultra-riches est un prétexte pour faire voyager le lecteur dans un univers élitiste poussé à l'extrême. Ce n'est (heureusement ?) pas un pamphlet communiste-gauchiste car les ficelles sont trop grosses pour être crédibles. Le message politique est donc à mettre de côté. Et c'est tant mieux.

    J'apprécie plus le fait que l'ouvrage mêle la réalité de ce monde (les 1%) avec toute la décadence nauséabonde liée à l'avarice et la quête de richesse sans objet altruiste ou sociétal in fine. Dès lors, notre justicier - plus ou moins masqué - Renato Jones va se faire un malin plaisir à remettre les pendules à l'heure.

    Plutôt original et rigolo comme approche pour justifier une belle boucherie ! Andrews ne dénonce donc pas la richesse, mais joue plutôt sur l'extravagance et l'utilisation de l'argent par certains très, très riches pour faire n'importe quoi. Mais vraiment n'importe quoi... Ce qui pousse encore l'effet comique du comic, loin du côté donneur de leçons moraliste.

    A côté de cet univers réaliste, quelques débordements "super héroïques" accentuent encore l'aspect purement fiction du récit. Et pour alléger le tout, et appuyer le fait que ce comic est avant tout une pure distraction, de superbes pubs bling-bling sous forme de photos "réelles" agrémentent l'aventure. Ce qui met bien le lecteur dans l'ambiance des "un%".

    Bref, selon moi, la mission du 4ème de couverture est rempli.

    Je serai de l'aventure du tome 2.
    A voir comment la narration évolue et va susciter l'envie de suivre toute la série.