Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

U n homme revient à Salonique, sa ville natale, en Grèce. Il déambule dans les rues et se souvient. Il écrit des lettres à sa grand-mère. De ces missives émergent des souvenirs ; ceux de ses proches et ceux de cette cité fondée il y a 2.000 ans. Une agglomération à la frontière de l’occident et de l’orient, où, au fil des siècles se sont croisés et succédés Romains, Turcs, Kurdes, Grecs, Arméniens, Albanais et Juifs séfarades... entre autres. Allez savoir pourquoi le narrateur est fasciné par les langues, dont il comprend la structure sans vraiment les parler. « Dans la langue il y a un grand pouvoir et la grammaire recèle un incroyable arsenal de guerre », affirme-t-il.

Il vaut mieux être bien éveillé pour se lancer dans cet album scénarisé par Elettra Stamboulis. Le ton est très littéraire, le style décousu, les changements d’époque fréquents. Il n’y a pas de réel récit, le lecteur doit accepter de suivre les déambulations du héros et plonger avec lui dans ses songes. La proposition est au départ alléchante, particulièrement lorsqu’il est question des codes linguistiques qui se séparent et convergent, mais le propos finit par s’éparpiller et l’intérêt s’émousse. Mention à l’excellente traduction de Marie José Tramuta dont l’écriture se révèle agréablement fluide.

Petite Jérusalem n’est pas véritablement une bande dessinée. Le bédéphile y découvre certes quelques pages avec des cases et des bulles, mais la plupart du temps Angelo Mennillo trace des dessins qui accompagnent discrètement la narration, comme s’il voulait éviter d’empiéter sur les mots qui demeurent au cœur du projet.

Un livre singulier, intéressant sans être séduisant.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Petite Jérusalem

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.