Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L e temps est un bien des plus rares que nul ne peut accumuler ni retenir, mais en cette époque de terreur où le Dux et ses Ombres règnent sans partage sur la Cité aux portes désormais closes, Cléophée en fait le commerce. Sept années ! Tel est le prix pour franchir le mur…

La Valise est un récit multiple. Conte fantastique sur l’éternelle jeunesse qui se nourrit des jours prélevés sans état d’âme sur des victimes acculées, allégorie sur la perversion du pouvoir et l’ambivalence du Bien et du Mal, Diane Ranville n’a pas opté pour la facilité ! Quoi qu’il en soit, le scénario de la co-fondatrice du collectif Blend Awake est solide et les références historiques autant que cinématographiques ne viennent pas surcharger son script, mais l’inscrire dans la lignée de ces récits qui interpellent aussi bien qu’ils divertissent. Graphiquement et visuellement, le travail de Gabriel Amalric et Morgane Schmitt Giordano est bluffant de maîtrise et puise sa force dans une mise en couleurs qui structure - avec une belle efficacité - la dramaturgie de planches tour à tour sombres ou lumineuses.

Assumant sa filiation au monde de l’animation et sachant parfaitement la retranscrire selon les canons du 9e Art, La Valise se révèle être, à l’image de Cléophée, un album surprenant, esthétique et envoûtant.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

La valise (Ranville/Schmitt Giordano)
La Valise

  • Currently 4.17/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (23 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    omoide Le 27/12/2018 à 22:00:43

    (7/10: bien)
    Dans un Isérois fantasmé, la Cité vit sous le régime totalitaire du Dux. C'est lots d'une terrible pandémie que le Dux a profité du désarroi des citoyens pour leur imposer sa coupe.
    Les opposants politiques ont été tués, ou exilés au delà du Mur, la fortification qui ceinture dorénavant la Cité. Dans les montagnes, les groupes armés de la Résistance, se rassemblent pour tenter une action d'éclat.
    Se tenant à l'écart de ces luttes, dans un manoir isolé, vit une dame élégante qui ne se dépareille jamais de son étrange valise...

    Cet album me semble constitué un récit pour adolescents à la construction agréable. Le commencement fait craindre une Nième dystopie sur les régimes fascistes, mais le scénario prend ensuite une tournure originale, et évite les schémas les plus évidents.
    L'association d'une couleur "primaire" à chaque groupe radicalisé est une bonne idée, même si elle induit une schématisation, une simplification du propos.
    Le scenario se tient de bout en bout, et l’intérêt de la morale suggérée (les civilisations sont traversées par la folie des pouvoirs) dispense de recourir à une pirouette de fin.

    Coté réalisation, j'ai peu d'enthousiasme pour le dessin à la palette graphique. L'ordinateur aide certainement la préparation du scénarimage ("story-board"), mais il est souvent l'excuse à une colorisation par simple aplat.

    sol Le 27/12/2018 à 21:36:14

    Beau style graphique, bel univers. Manque juste un scénario un peu plus original, en particulier au niveau du dénouement qui aurait pu être plus surprenant.

    Shaddam4 Le 25/10/2018 à 15:34:49

    Un des éléments clés de cet album est la maquette, qui semble avoir été une partie intégrante du projet. L'ouvrage est donc particulièrement soigné (je ne parle pas de la fabrication car je l'ai lu en numérique), avec un cahier final servant de prologue et détaillant l'origine de la passeuse. Un bien beau projet, mais qu'en est-il de la BD?

    Dans une cité entourée de murs et soumise à un pouvoir autoritaire protégeant sa population des dangers d'au-delà de l'enceinte, la rébellion s'organise en dénonçant l'absence de libertés et les crimes cachés commis par le Dux. Une passeuse utilise ses pouvoirs magiques pour faire évacuer les résistants de la Cité... en échange d'années de leur vie...

    La Valise est une dystopie fantastique réalisée par une équipe de novices en BD et venant du cinéma d'animation. Cela s'en ressent dans l'ambiance générale, tant graphique que dans les transitions qui sont très inspirées du cinéma d'animation. Contrairement à la relative déception Poet Anderson dont la conception est proche, l'album édité par Akileos a pour lui sa cohérence et son caractère fini. Si l'entrée en matière, très élégante, pose un contexte totalitaire connu reprenant l'esthétique des grandes dictatures des années 1930, avec son chef charismatique, ses grand messes, ses résistants et ses exécutions publiques, la fin est assez énigmatique, laissant entendre une reproduction sans fin de la même histoire dans différentes réalités. C'est comme souvent dans ce genre d'histoire, à la fois frustrant par l'absence de réponse, et dynamisant par l'ouverture réflexive que cela produit en nous faisant participer à la construction et  l'analyse du dénouement. En imaginaire il est toujours gratifiant de partager quelque chose avec les auteurs au travers de leur ouvrage.

    La Valise aurait pu être une énième illustration des régimes totalitaires, avec la fascination de l'esthétique tout particulière qu'ils arboraient et le rôle majeur que la communication a eu dans ces régimes, mais le côté fantastique et le personnage central qu'est la passeuse donnent une tonalité originale que l'accélération de la seconde partie accentue en surprenant le lecteur là où il ne s'y attend pas. L'exposition est en effet lente et longue dans cet album, les auteurs prenant le temps de poser leur esthétique des cases, la construction élaborée et très géométrique du découpage et cet univers très sombre. Car l'esthétique est une préoccupation de tous les instants pour l'équipe créative, jusque dans cette peau noir permettant des contrastes rouge/noir, ces grandes bannières et ces contre-plongées. Puis à compter de la rupture scénaristique du milieu d'album l'ambition devient toute autre, exposant une thématique sur le renouvellement du pouvoir, sa corruption et sur la transformation des aspirations en autojustifications, pour finir une réflexion sur le mal même. A ce stade le tempe et l'espace sont déconstruits pour nous plonger dans les dernières pages dans un vortex étonnant qui nécessite temps et relecture pour bien l'appréhender.

    Sur le plan graphique, nous avons des dessins plats, très numériques, dans un style simplifié proche du cinéma d'animation. On peut tiquer au premier abord, mais l'ensemble est très maîtrisé et l'habillage général comme la mise en scène permet de compenser cet "effet plat" comme sur Warship Jolly Roger ou Gung-Ho. Je le répète, personnellement ce ne sont pas les dessins (correctes) qui donnent son cachet à l'album mais bien le travail général sur l'ambiance graphique et le jeu sur l'espace avec cette valise, cette sorcière jouant des dimensions comme sur cette case en miroir inversé où elle progresse dans son manoir ou cette séquence finale dans le non-temps, très réussie, où les auteurs peuvent laisser libre cours à leurs visions, séquence qui peut rappeler l'exceptionnelle série Divinity où les auteurs jouent pareillement du temps et de l'espace.

    S'il ne s'agit pas d'un album majeur du fait notamment d'un dessin assez standard, la qualité de réalisation et le plaisir des auteurs que l'on sent à la lecture permettent à ce premier album d'être un beau projet qui vous transportera dans un monde imaginaire en procurant qui plus est une intéressante réflexion sur le pouvoir. Perspectives et limites que j'avais trouvé dans le récent Arale, sur un sujet proche et qui aurait pu gagner en profondeur avec un ou deux albums de prolongations.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/10/20/la-valise

    biggyjay Le 01/04/2018 à 11:30:14

    Une jolie claque originale et bien écrite.
    Whaouh ! Dès les premières pages, on pressent une ambiance un peu spéciale à laquelle ou s'accroche. Je n'ai pas su dire si je me trouvais au milieu d'une fable ou d'une aventure et cette sensation ne m'a pas quitté jusqu'à la fin du récit. On trouve dans cet album une narration efficace qui passe par la disposition des case et un multitudes de codes graphiques, c'est riches et fluide. L'histoire en elle même est tout aussi bien traitée et vraiment originale.
    Le dessin évoque clairement l'animation et je pense réellement qu'un tel film d'animation tiendrait du chef d'œuvre. Le design des personnages, des décors et des astuce illustrant les talents de l'héroïne sont très travaillés. j'ai aussi beaucoup apprécié les ombres et les ors pour illustrer les renversements de situation.
    Bref, c'est du très bon boulot et un très bon choix d'édition pour Akiléos qui, encore une fois se démarque avec un album de qualité.
    Bravo !

    thieuthieu79 Le 11/03/2018 à 21:02:23

    Un album surprenant tant sur le plan graphique que scénaristique.
    Coté graphique, le dessin très géométrique est magnifique, détaillé et très soigné. Les couleurs et les jeux d'ombres, notamment sur les scènes de nuit, sont splendides.
    Coté scénario, on accroche tout de suite à l'histoire qui mélange le fantastique avec l'espèce de dictature qui règne dans le récit (qui n'est pas sans rappeler des faits historiques authentiques).
    Cet album a été travaillé et recherché. Cela s'en ressent et donne un one-shot efficace et divertissant.

    Random- Le 03/03/2018 à 22:13:57

    Voilà un album qui mérite que l’on s’y arrête. Les trois jeunes auteurs nous mettent en scène un univers sombre et fascinant. Les relations entre les différents clans sont présentées de manière efficace et on rentre très vite dans l’action. Le final, quant à lui, est surprenant mais apporte une vraie originalité. Alors on aurait aimé le double de pages, ou plusieurs tomes, pour détailler un peu plus la psychologie des personnages, par exemple... mais ce 1er one shot est très prometteur.

    Luth Le 04/02/2018 à 17:20:34

    Il est des BD qui vous ravissent l’œil mais aussi l'esprit, La Valise en fait partie.

    J'ai passé un vrai bon moment devant cette BD, j'y ai découvert des personnages impressionnant qui vous fascineront autant que certains vous effraieront. La plastique est super avec des images qui n'ont pas à rougir du 7e Art. Une gestion tout en finesse des couleurs et une ambiance qui vous feront littéralement dévorer cet ouvrage dès la lecture des premières pages.

    On a affaire à des gens qui ont intégré et digéré le média BD pour nous pondre quelque chose de fort. A lire absolument !!!

    Woodchuck Le 31/01/2018 à 18:25:12

    Un beau livre avec un scénario captivant, très bien pensé et avec une grande attention aux détails. Un vrai plaisir à lire !