Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

B édéiste vaguement désabusé, José Pablo Garcia a l’occasion de réaliser un reportage sur les terres occupées de la Palestine. Accompagné d’un représentant d’Action contre la faim (l’association coédite l’ouvrage), il découvre la pauvreté et le sort d’un monde bousculé par l’envahisseur ; l’eau potable, l’accès à la nourriture et un logement décent y sont des denrées rares. Dans cet univers où peu d’emplois sont disponibles et où la liberté de mouvement est restreinte, les gens survivent comme ils le peuvent. Ils ont depuis longtemps compris que ce qu’ils construisent ou ce qui leur est donné par les organismes d’aide humanitaire sera tôt ou tard détruit par l’occupant.

Le ton adopté se révèle didactique : rappels historiques, évocation de lois et de règlements, sans oublier les très nombreuses statistiques. Les chapitres, généralement un par endroit visité (Jérusalem, Hébron, Ramallah, Naplouse, etc.), sont brefs, juste assez pour constater l’état du désastre, sans vraiment analyser les causes ou désigner un coupable. L’auteur porte son regard sur la vie de tous les jours et, dans toute sa banalité, ce quotidien a plus de force qu’une fugace nouvelle sur un hôtel détruit par un groupe de terroristes.

Le dessin en bichromie s’avère minimaliste ; les personnages sont schématiques et les décors épurés. Certains objets techniques (canalisations, céramiques ou génératrices) sont tout de même croqués avec plus de précision. Enfin, les cartes du territoire illustrent avec quantité de détails l’occupation des lieux et les déplacements de population. Pour tout dire, les illustrations occupent un rôle secondaire et sont au service de la démarche de sensibilisation à la misère de ce peuple. Elles n’ont pas pour fonction d’enjoliver et il serait vain d’y chercher un second niveau de lecture.

En fin d’album, le narrateur se demande comment mettre tout cela dans une bande dessinée. Plutôt que de tout évoquer, peut-être aurait-il été intéressant de creuser et d’explorer les situations afin d’approfondir davantage le destin de quelques-uns des acteurs. Vivre en terre occupée n’est sans doute pas un chef-d’oeuvre du neuvième Art, mais son propos demeure nécessaire. Il est d'ailleurs dans l'ère du temps, alors que Leila Abdelrazaq aborde sensiblement le même sujet dans Baddawi, une enfance palestinienne.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Vivre en terre occupée - Un voyage en Palestine, de Naplouse à Gaza

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.