Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Giant 2. Giant 2/2

29/01/2018 3447 visiteurs 7.5/10 (4 notes)

N ew York, 1932. Jack Jordan, dit « Giant », au regard de sa corpulence, vient d’être passé à tabac par la pègre italienne. Il est secouru par ses collègues qui, comme lui, travaillent à la construction du Rockefeller Center. Pendant ce temps, Mary Ann Murphy débarque avec ses trois enfants à Ellis Island, la porte du Nouveau Monde, avec son service de l’immigration et ses mises en quarantaine. La jeune mère pense retrouver Ryan, son mari, qui a quitté l’Irlande quelques années plus tôt. Mais il a été enterré au cimetière Calvary, dans le Queens, des mois auparavant. Jordan était chargé d’informer l’épouse. Il n’a pas pu s’y résoudre et a commencé une correspondance avec la veuve, laissant croire qu'il est le défunt. La vérité va éclater, avec son lot de surprises et de douleurs.

Avec ce dernier tome, Mikaël, illustrateur de livres pour enfants et dessinateur de Promise, reprend ses personnages là où il les avait laissés dans le précédent : le ténébreux Giant, colosse qui assemble les poutrelles métalliques avec une virtuosité inégalée, Dan, le pote bavard et enjoué, Betty « la Diva », qui cherche un bon parti, Robert Bishop, le gratte-papier alcoolique, et Dorothea MacPhail, la photographe ambitieuse. Gravitant autour du gratte-ciel en chantier, symbole d’une Amérique en pleine expansion, ils portent en eux les stigmates de ceux qui ont laissé leur sol natal, ne sachant plus trop pour quelles raisons (la guerre fratricide, la faim, la pauvreté). Ils sont aussi des ouvriers qui prennent de plein fouet la Grande Dépression. Les destins individuels s’entrechoquent, les blessures ne se referment pas. Les anonymes qui bâtissent le mythe américain sont confrontés à leurs passés, leurs peurs, leurs lâchetés. Franchir un océan n’est pas suffisant pour cicatriser, un mensonge est toujours une menace et les rires ne gomment la misère que le temps de leurs éclats.

Mikaël réalise avec Giant, une œuvre forte, qui s’apprécie à tous les niveaux. L’intrigue, admirable de sens et d’humanité, intéresse et émeut. La narration, qui intègre les échanges épistolaires ainsi que les propos radiophoniques de Walter Winchell, l’animateur de WJZ, varie les points de vue, donnant une profondeur à l’ensemble. Les dialogues, dosés au plus près du nécessaire, en contrepoint de l’image, distillent humour, gravité ou réflexion. Enfin, le dessin, nimbé d’une sépia opportune, fait exploser toute la sensibilité de l’artiste. Il oscille entre réalisme et expressionnisme et, en osant plusieurs planches totalement muettes, se suffit à lui-même. Au-delà de ses fonctions narratives, il est aussi le support d’une poésie urbaine unique, celle de la Big Apple. Tout en verticalité, cette esthétique se rapproche des nuages et des rêves célestes, mais retombe régulièrement dans les arrière-cours poisseuses et la contingence de la condition humaine.

Giant ne peut pas déplaire. L’intelligence côtoie le sensible ; le collectif s’affine en individualités. On y voit l’homme se heurter à lui-même et à son environnement, et comprendre que le lieu importe peu. La règle du jeu consiste à s’arranger avec soi-même et les autres en permanence, dans un équilibre à réorganiser chaque jour. C’est grâce à des œuvres de ce calibre que la bande dessinée doit être considérée comme un art majeur.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Giant
2. Giant 2/2

  • Currently 2.89/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (19 votes)

  • Mikaël
  • Mikaël
  • 01/2018 (Parution le 19/01/2018)
  • Dargaud
  • 978-2-505-06953-9
  • 54

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 01/05/2018 à 08:53:43

    Encore un excellent dyptique de Mickael. Cet auteur n’a pas son pareil pour raconter le quotidien authentique des personnages qu’il développe dans ses récits. Tout est justesse, authenticité et équilibre. Mickael nous conte plus qu'il nous écrit et développe une histoire humaine touchante.
    Résultat, dans Giant nous sommes tout de suite immergés dans l'histoire et pris dans l'émotion qui s'en dégage.
    Le dessin est lui aussi bien présent et retranscrit avec justesse le New-York des années 30, le tout avec une mise en couleur là aussi au plus près de cette époque.
    Gros coup de cœur pour cette magnifique histoire.

    fizz Le 11/02/2018 à 10:52:19

    Exactement du même avis que yovo, on ne peut pas noter les 2 tomes séparements, le dyptique se fond dans une seule et même histoire et c'est l'ensemble qui doit être noté. Pour ma part j'ai trouvé l'ensemble très cohérent, du début à la fin. Une très belle histoire, humaine, touchante et bien narrée. Un trait qui colle parfaitement à l'époque. Un très bon moment de lecture.

    Yovo Le 09/02/2018 à 22:29:47

    Je mets mon grain de sel dans les avis car ne critiquer que le tome 2 n’a guère de sens. "Giant" est un diptyque, par définition indissociable, et parfaitement cohérent. Un récit humble, pudique, humaniste sur l’apparente petitesse des hommes face aux buildings qu’ils construisent au péril de leur vie, pour des magnats qui les déconsidèrent et les ignorent. Mikaël y fait preuve d’une grande sensibilité et la symbolique de son œuvre inverse ces destins : au final les géants, ce sont bien eux les ouvriers et non les puissants, incarnés par leurs tours pharaoniques.

    Ici, pas de manichéisme, pas de happy end, pas de romance à l’eau de rose ; rien que la vie qui passe, la vie qui meurtrit… et guérit parfois.

    "Giant" est une BD d’ambiance, pas un polar. Ce rythme lent est donc à mes yeux absolument parfait pour évoquer la prétendue insignifiance de ces quelques humains et leurs efforts silencieux pour élever jours après jours, étages après étages, ces monstres qui finiront par les dévorer. Avec au bout, comme seule récompense, l’espoir d’une rédemption.

    Ces deux albums superbes rendent avec la manière un hommage mérité à ces héros de l’ombre, les bâtisseurs oubliés du rêve américain. Bravo !

    Cellophane Le 03/02/2018 à 13:30:13

    Déception.

    Autant le premier tome mais en place une histoire qui se développe malgré elle, au sein d’une époque, autant dans ce tome, ça m’a paru être le contraire.

    La photographe, le journaliste, les deux mettent l’accent sur les travailleurs des buildings, les indiens, etc., ce qui donne un côté plus didactique à une partie du volume que dans le premier où l’action se situait à une époque : là, on nous l’explique.

    Il y a d’ailleurs beaucoup moins d’action puisqu’une bonne partie du temps, Giant attend (quand il agissait, que tout le monde agissait dans le premier) et reste passif plus des trois quarts de l’album.

    Et puis soyons honnête : le premier tome nous fait miroiter une relation. Le second nous l’apporte et que se passe-t-il ? Rien…
    Hop, on emballe tout ça dans un mouchoir, comme le dit Mary, et on range ça au fond de sa poche.

    Il me semble que toute l’attente déçue de Giant, la quarantaine du petit, ne servent pas à grand-chose et qu’il aurait été plus intéressant de rentrer dans le vif du sujet plus tôt (la rencontre).

    Du coup, si le premier tome m’avait emballé et que les dessins restent bon, ici, j’ai trouvé que le temps s’étirait et que le final n’était pas à la hauteur de mes attentes…

    reivax4 Le 01/02/2018 à 15:18:42

    Alors oui l'esthétique est superbe mais honnêtement ce second tome m'a énormément déçu en me laissant un goût de "Quoi ? Tout ça pour ça ?" en le refermant.

    Je rejoins Franckchen sur son avis.

    Franckchen Le 23/01/2018 à 16:05:35

    Pourquoi avoir fait 2 tomes à part pour faire plus de fric ?

    Esthétique agréable, mais T2 superflu. Tout aurait tenu en 1 tome.

    Déçu, et un léger goût amer en bouche...

    Sauf à avoir été très fan du premier tome, vous pouvez faire des économies et passer votre chemin.

    tchicala Le 22/01/2018 à 18:48:18

    très bel album.
    Scénario très bien ficelé, sur une superbe idée avec pour couronner le tout un dessin super efficace : personnages, décors ... etc ...