Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Interférences

22/01/2018 2657 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

P aris, 1978. L’offre radiophonique est restreinte. Quelques stations officielles occupent toute la place en mettant à l’antenne les bluettes de Claude François, France Gall ou Johnny Hallyday. Avec trois fois rien, Pablo et Alban lancent Radio Nomade. Chaque semaine, le tandem déplace son matériel pour échapper à la police avec laquelle ils jouent au chat et à la souris. Ils permettent à leurs compatriotes d’entendre Pink Floyd, Led Zeppelin ou Jacques Higelin et donnent la parole aux clochards, aux pauvres et aux prostituées.

Le récit de Laurent Galandon se révèle intéressant, précis et bien documenté. Le discours est minuscule, mais fondamentalement, il offre un prétexte pour porter un regard sur les années 1970 et sur les baby-boomers. La démonstration est réussie, le lecteur s’attache aux deux protagonistes, se reconnaît dans l’un comme dans l’autre : le révolutionnaire pour qui les ondes demeurent un outil et l’esthète qui s’intéresse davantage à la musique qu’au combat. Ils ne savent pas encore, que les trente glorieuses touchent à leur fin.

Le dessin de Jeanne Pujol s’avère en phase avec le projet. Très réaliste, il est fidèle à l’époque décrite. Il ne transcende pas la narration, ce n’est d’ailleurs pas ce qu’on lui demande. Discret, il soutient efficacement le propos, sans toutefois marquer durablement les esprits.

Le portrait d’une génération vue à travers le prisme d’une anecdote finalement mineure. Du moins quand on l’observe quarante ans plus tard.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Interférences

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 03/09/2020 à 18:56:18

    On a aujourd'hui du mal à y croire car on peut écouter toutes les radios que l'on souhaite sans qu'elles soient soumises à un appareil d'état. Cela n'a pas toujours été le cas dans l'histoire de notre pays. Il faut se rappeler qu'avant 1981 et l'élection de François Mitterrand, les radios étaient toutes contrôlées par l'Etat et il ne faisait pas bon du tout critiquer l'action du gouvernement.

    Ainsi, le président Valéry Giscard d'Estaing disposait d'un avantage politique assez conséquent sur ses adversaires en disposant de l'outil médiatique. Les chanteurs français comme Johnny Hallyday ou Michel Sardou ont également pu prospérer car les programmes musicaux étaient fortement hexagonaux.

    L'action de ce récit se passe dans les années 70 avec l'émergence des radios pirates alors que certains pays européens comme l'Italie avait déjà libéralisée les ondes dès 1976. On va suivre deux étudiants qui se lancent dans la piraterie dans une société parfois assez réactionnaire malgré mai 1968. C'est assez intéressant de voir comment ce sujet rare est traité.

    Il y aura une trahison à la fin d'où l'interférence mais ce n'est pas celui que l'on pense qui a balancé. Comme quoi, il ne faut jamais tirer des plans sur la comète.