Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Q u'il est loin le temps où, accompagné d'hommes triés sur le volet, le sergent Joseph Darnand franchissait les lignes ennemies pour leur porter un coup fatal, sauvait un de ses surbodonnés et se voyait décoré et déclaré « artisan de la victoire ». Vingt ans après, à Nice, entre un travail qui l'ennuie et une femme qui le fatigue, il ne rêve que d'une chose, reprendre les armes et défendre la France et la vision qu'il en a. L'Histoire et l'Armée vont lui en donner l'occasion et 1940 sera l'occasion de renouer avec les distinctions. Mais Joseph en veut plus et ne s'arrêtera pas en si bon chemin...

Après les diptyques Kersten, médecin d'Himmler et Forçats, le duo Pat Perna/Fabien Bedouel poursuit son exploration des coins sombres de l'Histoire avec Darnand, un bourreau français. D'entrée, le scénariste plonge le lecteur au cœur de la Grande Guerre, genèse du lien entre le sergent Joseph Darnand et le tireur d'élite Ange Servaz. Un soir de fête nationale, une opération commando en territoire allemand lancera la carrière (et la réputation) militaire du premier et scellera l'amitié et le respect entre les deux soldats. C'est sous l'angle de cette relation, distendue et ambiguë, mais forte et sincère, que le récit est narré.

Construite intelligemment et menée sur un rythme élevé, l'histoire alterne les époques, entre les combats et les huis clos, sans trop en dire sur les événements d'entre-deux-guerres qui auront marqué la vie des deux protagonistes principaux. L'auteur dépeint ainsi par petites touches des individus marqués, plus à l'aise fusil à la main qu'en société derrière un bureau, qui garderont contact au gré des batailles menées en commun. « Jo » apparaît comme un héros, militaire hors pair et meneur d'hommes, qui fascine ses troupes même lorsqu'il bascule peu à peu dans la clandestinité et que, devant les (non-)décisions politiques qu'il trouve trop molles ou lâches, rejette la République et ses ordres. En ne dévoilant pas complètement les raisons de ces changements, Perna entretient le mystère et crée une tension qui grandit au fil des pages. Pourquoi ? Comment ? Quand ? Avec qui ? Jusqu'où ? Les questions fleurissent pour atteindre leur point d'orgue lors de la dernière séquence.

Depuis l'Or et le sang, Fabien Bedouel a prouvé son aisance pour brosser les scènes d'affrontements. Dans cet album, le dessinateur pousse un peu plus loin son style, à la fois épuré et riche. Son trait dynamique, à l'encrage léger, et l'utilisation récurrente d'aplats pour les décors, lui permettent de se focaliser sur les premiers plans et les personnages. Et même si, au passage, certains se ressemblent un peu trop pour les différencier au premier regard, il conserve une lisibilité appréciable. Chaque planche est claire et bien construite, l'immersion s'en ressent et l'attention du lecteur est constamment en éveil.

Efficace de bout en bout, ce premier acte lance de manière convaincante une biographie romancée sur une personnalité trouble de l'Histoire de France.

Voir la preview du tome 1

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Darnand, le bourreau français
1. 1/2

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 16/09/2017 à 12:12:15

    Graphiquement, tout n'est pas réussi, mais certains passages sont pas mal, niveau décors (sous la neige, essentiellement). Les autres, comme la guerre des tranchées, je suis moins fan. Dans le genre, "l'armée de l'ombre" de Speltens est beaucoup plus réussi, graphiquement parlant. Ou "La guerre des loups" de Lepointe, pour la 1ère Guerre Mondiale.

    L'histoire est assez facile à lire, mais les changements de temps sont un peu abrupt, pas toujours très bien annoncés.

    Il manque tout de même le contexte historique dans lequel se déroule chaque chapitre de l'album.
    Surtout à partir de 1936, quand on nous montre les préparatifs d'une tentative de putsch ; on entend la diatribe des putschistes, mais pourquoi rendent-ils les juifs et les rouges responsables de l'état de la France ? Quelques vignettes d'illustration des raisons de cette haine auraient été bienvenues, sinon on ne peut pas prendre cette histoire au sérieux.

    N'oublions pas que les lecteurs potentiels de cette BD n'ont, de l'Histoire de France, qu'une image assez floue, concernant la 2nde Guerre Mondiale (sans parler de la 1ère Guerre Mondiale).

    La fin de ce tome, abrupt là aussi, nous éloigne de l'étude sociologique (je pensais trouver dans l'album une tentative d'explication sur ce héros devenu tortionnaire, mais il n'en est rien) pour nous faire basculer dans la BD d'action et de suspense.

    Et dans ce cas, il restera une BD pas déplaisante à lire, mais moins intéressante, historiquement parlant, que prévu. Je ne suis pas certain que le tome 2 y changera quoi que ce soit. le sujet traité est finalement moins ambitieux que ce à quoi je m'attendais.

    Dommage.